Abbaye de Montmartre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Montmartre
Aspect de l'abbaye de Montmartre le 19 mars 1625. Dessin d'Étienne Martellange.
Aspect de l'abbaye de Montmartre le 19 mars 1625. Dessin d'Étienne Martellange.
Présentation
Culte Catholique romain
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 53′ 17″ nord, 2° 20′ 24″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Abbaye de Montmartre

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Abbaye de Montmartre

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Montmartre

L'abbaye royale de Montmartre est une abbaye de moniales bénédictines fondée par le roi Louis VI en 1133-1134 à la place d’un prieuré clunisien relevant de Saint-Martin-des-Champs[1] rue des Moines à Paris.

L'acte de fondation commence par :

« Au nom de la sainte et indivise Trinité, Amen. Moi, Louis, porté à la royauté des Francs par la miséricorde de Dieu. Nous voulons faire savoir à, tous nos fidèles, tant futurs que présents, que, pour le repos de notre âme et de celle de nos prédécesseurs, sur les prières et conseils de notre très chère épouse la reine Adélaïde ², nous avons construit, avec l'aide de Dieu, une église et une abbaye sur le mont dit Mont des Martyrs. »[2].

Sise à Montmartre, elle fut dotée à sa création de terres agricoles dans les environs, d'un hameau, de vestiges paléochretiens, de l'église Saint-Pierre de Montmartre, d'une antique nécropole à mi-pente de la butte et d’une petite chapelle consacrée au martyre de Saint-Denis, le Sanctum Martyrium[3]. Ses bâtiments formaient avec les jardins et les vignobles un ensemble de 13 hectares.

Composée d'une abbesse, Dame du lieu, et d'environ cinquante-cinq religieuses, y compris les sœurs converses, elle jouissait de 30000 livres de rente, cette seigneurie avait haute, moyenne et basse Justice[4].

Elle fut gravement incendiée en 1559[5].

Lors du siège de Paris en 1590, le relâchement moral de l'abbaye était tel qu'elle fut surnommée par les Parisiens, le magasin des putes de l’armée[6].

En 1611, on y découvrit une crypte souterraine avec quelques inscriptions gravées. On estima qu'il s'agissait du lieu du martyr de Saint Denis[7].

Dans « Le Cœur admirable de la très sacrée mère de Dieu » publié en 1681, Jean Eudes indique que l'abbaye est consacrée à Marie « puisqu'elle s'appelle Notre-Dame de Montmartre », et que l'abbesse Françoise-Renée de Lorraine y a fait établir la « fête du très saint cœur de la glorieuse Vierge » célébrée chaque 8 février[8].

Elle fut fermée en 1790, vendue en 1794 et démolie, sauf l'église, qui en est le seul vestige[9]. Des carriers défoncèrent le sol pour en extraire le gypse.

Crypte du martyrium de saint Denis à Montmartre. Pierre de l'ancienne abbaye de Montmartre.

Liste des abbesses de Montmartre[modifier | modifier le code]

On a baptisé la place des Abbesses ( et la station de métro du même nom ) en l'honneur des quarante-six abbesses qui la dirigèrent.

  • 1134-1137. Adélaïde, première abbesse.
  • 1137-1153. Christine de Courtebrone
  • 1153-1179. Adèle
  • 1179-1195. Élisabeth
  • 1195-1207. G…
  • 1207-1216. Édeline
  • 1216-1239. Hélisende Ire
  • 1239-1247. Pétronille Ire
  • 1247-1260. Agnès Ire
  • 1260-1264. Émeline
  • 1264-1270. Hélisende II
  • 1270-1280. Mahaut de Fresnay (Ou Fresnoy)[10], dixième abbesse. Sa pierre tombale se trouve dans l'église.
  • 1280-1284. Alix[11].
  • 1284-1299. Adeline d’Ancilly
  • 1299-1305. Philippa de Clérambault
  • 1305-1317. Ada de Mincy
  • 1317-1328. Jeanne Ire de Repenti
  • 1328-1330. Jeanne II de Valengoujard
  • 1330-1376. Jeanne III de Mortéri[12].
  • 1376-1377. Isabelle de Rieux (1)
  • 1377-1384. Rothberge de Nantilly
  • 1384-1398. Isabelle de Rieux (2)
  • 1398-1429. Jeanne IV du Coudray[13].
  • 1429-1436. Simone d’Herville
  • 1436-1462. Agnès II des Jardins
  • 1462-1481. Pétronille II de La Harasse
  • 1481-1503. Marguerite Ire Langlois
  • 1503-1510. Marie Ire Cornu
  • 1510-1515. Martine du Moulin
  • 1515-1518. Claude Ire Mayelle
  • 1518-1526. Antoinette Auger (1)
  • 1526-1532. Catherine Ire de Charran
  • 1532-1540. Antoinette Auger (2)
  • 1540-1541. Jeanne V Lelièvre, meurt le 30 mars, enterrée auprès d'Antoinette[2].
  • 1541-1542. Marie II Cathin
  • 1542-1548. Marguerite II de Havard de Sénantes, fille de Jacques, seigneur de Sénantes.
  • 1548-1573. Catherine II de Clermont
  • 1573-1590. Claude II de Beauvilliers de Saint-Aignan
  • 1590-1598. Catherine III de Havard de Sénantes.
  • 1598-1657. Marie-Catherine de Beauvilliers de Saint-Aignan, sœur de Claude II[14].
  • 1657-1682. Françoise-Renée de Lorraine, fille de Charles Ier de Guise et Henriette-Catherine de Joyeuse.
  • 1682-1699. Marie-Anne de Lorraine-Harcourt, fille de François de Lorraine, (1623 † 1694).
  • 1699-1717. Marie III Éléonore Gigault de Bellefonds, qui donne son nom à la rue de Bellefond[15].
  • 1717-1727. Marguerite III de Rochechouart de Montpipeau
  • 1727-1735. Louise-Émilie de La Tour d'Auvergne, fille de Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne. La rue de La Tour-d'Auvergne lui doit son nom.
  • 1735-1760. Catherine IV de La Rochefoucauld de Cousage, et qui a laissé son nom à la rue de La Rochefoucauld.
  • 1760-1790. Marie-Louise de Montmorency-Laval, sourde et aveugle, fut condamnée à mort par Fouquier-Tinville et guillotinée en 1794[7].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :