Rue de Bellefond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
9e arrt
Rue de Bellefond
image illustrative de l’article Rue de Bellefond
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Rochechouart
Début 105, rue du Faubourg-Poissonnière
Fin 46, rue de Maubeuge
Morphologie
Longueur 297 m
Largeur 10 m
Historique
Création Vers 1650
Dénomination 1721
Ancien nom Rue Jolivet
Chemin de la Nouvelle-France
Géocodification
Ville de Paris 0822
DGI 0827

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Bellefond

La rue de Bellefond est une voie du 9e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de Bellefond est une voie publique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle débute au 105, rue du Faubourg-Poissonnière et se termine au 46, rue de Maubeuge. Elle présente la particularité de surplomber en son centre la rue Pierre-Semard.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom à Marie-Eléonore Gigault de Bellefond, qui était abbesse de Montmartre lors du percement de la rue.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie est ouverte vers le milieu du XVIIe siècle sur un terrain relevant de l'ancienne abbaye de Montmartre. Au XVIIIe siècle, elle est appelée « rue Jolivet » et « chemin de la Nouvelle-France » avant de prendre sa dénomination actuelle en 1721.

Au XIXe siècle, on la nommait à nouveau « rue Jolivet », et on appelait « rue de Bellefond » la rue de la Tour-d'Auvergne. Une décision ministérielle du 13 floréal an IX (3 mai 1801) signée Chaptal et une ordonnance royale du 23 août 1833 ont fixé la largeur de cette voie publique à 10 mètres.

Par ordonnance 1833, la rue est alignée :

« Article 1 — Sont arrêtés ainsi qu'ils sont tracés sur les plans ci-annexés, conformément aux procès-verbaux des points de repère transcrits sur les dits plans, les alignements des voies publiques de Paris ci-après désignées, savoir : rues Beauregard, Bellefond, Bergère, Bleue, Bochard-de-Saron[1], de la Boule-Rouge[2], Buffault, Coquenard, Cretet, Montholon, Papillon, Pétrelle prolongée, Ribouté, Richer, Turgot, avenue Trudaine.
Article 2 — Il sera procédé conformément aux lois et règlements en vigueur, on[Quoi ?] tout ce qui pourra concerner soit les réparations d’entretien, soit la démolition, pour cause de vétusté, des bâtiments qui excèdent les alignements ainsi arrêtés, soit les terrains à occuper par la voie publique ou par les particuliers, soit enfin les indemnités qui seront dues de part et d'autre pour la cession de ces terrains.
Article 3 — Notre ministre secrétaire d’État au département du commerce et des travaux publics est chargé de l'exécution de la présente ordonnance.
Donné au palais des Tuileries, le 23 août 1833.
Signé : Louis-Philippe Ier. »

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Partie de la rue Bochart-de-Saron entre l'avenue Trudaine et le boulevard de Rochechouart.
  2. À cette époque, la rue de la Boule-Rouge comprenait la partie qui allait devenir la rue de Montyon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]