Henriette-Catherine de Joyeuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henriette-Catherine de Joyeuse
Henriette Catherine de Joyeuse 01.jpg
Titre de noblesse
Duchesse de Joyeuse
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Catherine de Nogaret de la Vallette (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Enfants

Henriette-Catherine de Joyeuse (1585-1656), duchesse de Joyeuse, de Montpensier et de Guise, comtesse d'Eu et princesse de Joinville est une aristocrate française, grand-mère de la Grande Mademoiselle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née au Louvre le , elle est la fille d'Henri de Joyeuse, comte du Bouchage, et de Catherine Nogaret de La Valette, et donc la nièce du duc d'Epernon et du duc de Joyeuse, favori du roi Henri III. Elle est duchesse de Joyeuse de 1608 à 1647 et princesse de Joinville de 1641 à 1654.

Après la mort de sa mère et l'entrée dans l'ordre des Capucins de son père, elle est recueillie et élevée par sa grand-mère paternelle, Marie de Batarnay. Henri reprend sa fille en 1595, à la mort de Marie.

Le , Henriette-Catherine épouse Henri de Bourbon, duc de Montpensier (°   ), alors qu'elle n'a que 13 ans, elle est confiée quelques années à son oncle, le cardinal François de Joyeuse (° 1562  1615). La fille d'Henriette-Catherine, Marie de Bourbon-Montpensier, naît le , à Gaillon (Eure).

Devenue veuve en 1608, Henriette-Catherine de Joyeuse épouse le Charles de Lorraine, 4e duc de Guise et prince de Joinville (° 1571  1640). Ils ont dix enfants :

Elle est la grand-mère d'Anne-Marie-Louise d'Orléans , la "Grande Mademoiselle".

Elle fonde en 1620 la maison des Oratoriens de Joyeuse (Ardèche)[1].

Sur les autres projets Wikimedia :

Menant une vie pieuse, proche de la famille royale et amie de Marie de Médicis, Henriette-Catherine est néanmoins obligée de suivre son mari, exilé à Florence en , à la suite d'intrigues contre le cardinal de Richelieu. Elle y reste jusqu'à la mort de Charles, en .

Revenue en France, Henriette-Catherine se consacre à des œuvres pieuses et meurt en , à l'âge de 71 ans. Elle est inhumée en l'église du couvent de Capucines de Paris. Son cercueil aurait été mis au jour vers 1854 lors de travaux d'assainissement de la rue de la Paix[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]