Marilyn Vance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marilyn Vance
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marilyn KayeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Kenny Vance (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
Œuvres principales

Marilyn Vance est une costumière, réalisatrice et productrice américaine[1].

Née Marilyn Kaye, elle a été créditée au cours de sa carrière sous les noms Marilyn Straker, Marilyn Vance-Straker, Marilyn Kay Vance et Marilyn Vance[2],[3],[4].

Elle a déjà été mariée à Kenny Vance (en) du groupe Jay and the Americans (en). Elle est la mère du producteur Ladd Vance et de l'acteur, producteur et scénariste Gregg Vance.

Carrière[modifier | modifier le code]

Costumière[modifier | modifier le code]

Vance commence sa carrière comme costumière dans The Misadventures of Sheriff Lobo (1980). Alors qu'elle travaille dans ce domaine pour la télévision, elle commence à y travailler au cinéma pour des films tels Ça chauffe au lycée Ridgemont, The Breakfast Club, La Folle Journée de Ferris Bueller, Les Incorruptibles et Pretty Woman[3],[5]. Elle reçoit des hommages pour ces deux derniers films[6]. À la fin des années 1980, on note son utilisation de vêtements de designer (en) pour réaliser du placement de produit[6],[7],[8],[9],[10].

Productrice[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle travaille toujours comme costumière[11], Vance commence sa carrière de productrice en produisant des œuvres telles Le Premier Pouvoir (1990)[12] This was followed by Judgment Night[13], Get-apens (1994) et Timecop. Elle s'associe à Alan Mruvka (en) en 1993 et devient co-présidente de The Ministry of Film (MOF), une compagnie de production télévisuelle[14],[15],[16]. Ses premières productions à la tête de MOF sont la série Erotic Confessions (1994–1997)[11] et L'Étreinte du vampire (1995).

Elle retourne à la télévision en 1996 en travaillant sur The Legend of Gator Face (en) de Sonar Entertainment, et Pacific Blue de USA Network. En 1998, MOF produit la série Intimate Sessions (en)[11] ainsi que le film Digging to China. La même année, la compagnie est dissoute par Mruvka[4],[17]. Cependant, en 1999, Vance poursuit Mruvka pour détournement de fonds[16]. En 2003, elle obtient d'un jury un jugement de 1 million de dollars américains en dommages[18] Vance continued in film and television with her ongoing work as either costume designer, producer, or both for Pacific Blue (1996–2000), Red Letters (2000), Sale Fric (2002), The Girl Next Door (2004), Two Sisters (2008), My Best Friend's Girl (2008), and Unknown Sender (en) (2008)[3],[5].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

En 1988, elle est nommée pour un Oscar[19],[20] et pour un British Academy of Film and Television Arts en reconnaissance de son travail sur Les Incorruptibles[21]. En 1990, elle obtient une nomination pour un BAFTA pour son travail sur Pretty Woman[22]. En 1992, elle remporte un Saturn Awards pour son travail sur Rocketeer[23]. Elle sera nommée à nouveau pour ce prix en 2000 pour son travail sur Mystery Men[24].

Lors du 11e congrès annuel de la Costume Designers Guild en 2009, elle obtient le Lacoste Career Achievement in Film Award[25],[26].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Costumière[modifier | modifier le code]

Productrice[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Calhoun, « Used People », TCI (Teacher's Curriculum Institute),‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Marilyn Vance-Straker », Turner Classic Movies (consulté le 25 juin 2009)
  3. a, b et c (en) « Marilyn Vance-Straker Biography », Film Reference (consulté le 25 juin 2009)
  4. a et b (en) « interview with producer Ladd Vance », lukeford.net (consulté le 25 juin 2009)
  5. a et b (en) Marilyn Vance sur l’Internet Movie Database
  6. a et b (en) James Spada, Julia: her life, Macmillan, (ISBN 0-312-28565-5, OCLC 9780312285654, lire en ligne), p. 144
  7. (en) Stella Bruzzi, Undressing cinema: clothing and identity in the movies, Taylor & Francis, (ISBN 0-415-13957-0, OCLC 9780415139571, lire en ligne), p. 15, 27, 205, 206
  8. (en) « Directors », Gainesville Sun (en),‎ , p. 14 (lire en ligne)
  9. (en) Bill Marvel, « In the movies, the clothes can make the villain », The Dallas Morning News,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Anne Bogart, « Fashion Cerruti's Suave Assault on Hollywood », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  11. a, b et c (en) Linda Seger, When Women Call the Shots: The Developing Power and Influence of Women in Television and Film, iUniverse, (ISBN 0-595-26838-2, OCLC 9780595268382, lire en ligne), p. 202, 203, 223
  12. (en) Kevin Thomas, « 'First Power' Has Blood and Flesh-but Lacks Spirit », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « Tomorrow's hottest actors featured in Judgment Night' », Manila Standard,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Benedict Carver, « Duo travels to Filmtown », Variety,‎ (lire en ligne)
  15. (en) « Earnings up at Overseas », Variety,‎ (lire en ligne)
  16. a et b (en) K.D. Shirkani, « Battle lines drawn in $10 mil Ministry suit », Variety,‎ (lire en ligne)
  17. (en) « Ministry Sets Foreign Policy », allbusiness.com, The Hollywood Reporter, (consulté le 10 juillet 2009)
  18. (en) Janet Shprintz, « Jury awards producer $1 mil », Variety,‎ (lire en ligne)
  19. (en) Aljean Harmetz, « Surprises in the Academy Award Nominations », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « The Academy Award Nominees », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  21. (en) « Costume Design 1987 », British Academy of Film and Television Arts (consulté le 25 juin 2009)
  22. (en) « Costume Design 1990 », British Academy of Film and Television Arts (consulté le 25 juin 2009)
  23. (en) « Past Saturn Awards », saturnawards.org (consulté le 25 juin 2009)
  24. (en) « 2000 Saturn Award Nominees », alienpassages.com (consulté le 25 juin 2009)
  25. (en) Susan King, « Costume designers guild nominations », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  26. (en) Steve Chagollan, « Costume designers honor 'Slumdog' », Variety,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]