Érôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Érôme
Érôme
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hermitage-Tournonais-Herbasse-Pays de Saint Félicien
Maire
Mandat
Sandrine Pereira
2020-2026
Code postal 26600
Code commune 26119
Démographie
Gentilé Érômains, Érômaines
Population
municipale
811 hab. (2017 en diminution de 4,81 % par rapport à 2012)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 15″ nord, 4° 49′ 19″ est
Altitude Min. 115 m
Max. 377 m
Superficie 7,33 km2
Élections
Départementales Canton de Tain-l'Hermitage
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Érôme
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Érôme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Érôme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Érôme

Érôme est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Érôme est situé dans la vallée du Rhône, à 25 km au nord de Valence et à 7 km au sud de Saint-Vallier.

L'une des autres communes les plus proches est Arras-sur-Rhône.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • L'Érôme, ruisseau affluent du Rhône, ayant (en 1891) 3,07 km de parcours, une largeur moyenne de 3,03 m, une pente de 63,50 m, un débit extraordinaire de 15 mètres cube[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[2] :

  • 1266 : Eraume et Erazme (cartulaire de Saint-Vallier, 19).
  • 1320 : Héraume (inventaire de la chambre des comptes).
  • 1403 : Erame (archives de la Drôme, E 2298).
  • 1470 : Heramen (de Coston : Étym. de la Drôme).
  • 1521 : mention de la paroisse : Ecclesia de Hocasinae Mure (pouillé de Vienne).
  • 1778 : Hérome (Aff. du Dauphiné).
  • 1891 : Érôme, commune du canton de Tain.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

  • Villa romaine, sépultures, matériel gallo-romain et paléo-chrétien[3].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Possession des comtes de Valentinois[3].

La seigneurie[2] :

  • Terre de la baronnie de Serves.
  • Fin XVIe siècle : acquise par les La Croix-Chevrières, derniers seigneurs.

Avant 1790, Érôme était une paroisse du diocèse de Vienne et de la communauté de Serves, dont l'église était sous le vocable de Saint-Martin et dont les dîmes appartenaient au prieur de Notre-Dame-de-la-Mure, qui présentait à la cure (voir Saint-Antoine)[2].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Érôme forma, conjointement avec Ponsas, une municipalité du canton de Tain, et fut compris en l'an VIII dans la commune de Serves, à laquelle Érôme donna ensuite son nom, mais de laquelle Serves fut distrait en 1844 pour former une commune distincte du canton de Tain[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jacques Gros-Desormeaux    
    René Billon    
mars 2001 mars 2008 Marie-Noëlle Moulin    
mars 2008 2020 Dominique Génin[4] DVD Chef d'entreprise
2020 En cours Sandrine Pereira    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2017, la commune comptait 811 habitants[Note 1], en diminution de 4,81 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8001 2331 4311 7771 9231 9381 9581 3351 370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3431 3381 3081 2661 2161 1371 037982998
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
954864869872962982932928724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
676624642626698689769782852
2017 - - - - - - - -
811--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : .

Loisirs[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : céréales, vignes (vin AOC Crozes-Hermitage et Côtes-du-Rhône), fruits, légumes[3].

  • Foire le [3].
  • Marché (fruits) de mai à août[3].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château ruiné[3].
  • Église du XIXe siècle : tableau du XVIIe siècle (objet classé)[3].
  • Canal du Rhône[3].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Érôme possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 132 (ruisseau)
  2. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 132 (commune)
  3. a b c d e f g et h Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Érôme
  4. Érôme sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 12 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.