Chanos-Curson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chanos-Curson
Chanos-Curson
Vue d'ensemble.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Tain-l'Hermitage
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hermitage-Tournonais-Herbasse-Pays de Saint Félicien
Maire
Mandat
Stéphane Fournier
2014-2020
Code postal 26600
Code commune 26071
Démographie
Gentilé Chanos-Cursonnais, Chanos-Cursonnaises
Population
municipale
1 075 hab. (2016 en diminution de 1,19 % par rapport à 2011)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 46″ nord, 4° 54′ 51″ est
Altitude Min. 142 m
Max. 273 m
Superficie 8,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Chanos-Curson

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Chanos-Curson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chanos-Curson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chanos-Curson
Liens
Site web http://www.mairie-chanoscurson.fr

Chanos-Curson est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Chanos-Cursonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Veaunes Rose des vents
Mercurol N Clérieux
O    Chanos-Courson    E
S
Beaumont-Monteux

Chanos-Curson est située à 13 km de Romans-sur-Isère.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 960 (Chanos) : Villa Chanozco (cartulaire de Romans, 90).
  • 1030 (Chanos) : Conoscum (cartulaire de Romans, 97).
  • 1050 (Chanos) : Villa que Cannoscus vocatur (cartulaire de Romans, 28).
  • 1090 (Chanos) : Canoschum (cartulaire de Romans, 259).
  • 1100 (Chanos) : Cannoschum (cartulaire de Romans, 260).
  • 1233 (Chanos) : Chanosc (cartulaire de Léoncel, 115).
  • XIVe siècle (Chanos) : mention de la paroisse : Ecclesia de Chanosco (pouillé de Vienne).
  • 1442 (Chanos-Curson) : Villagia de Cursone et de Chanosco (choix de doc., 251).
  • 1449 (Chanos) : Lou Chanaus (terrier de Vernaison).
  • 1449 (Chanos) : mention de la paroisse : Parrochia de Canalibus (terrier de Vernaison).
  • 1459 (Chanos) : Chanasium / Chanascum (terrier de Vernaison).
  • 1520 (Chanos) : mention de la paroisse : Ecclesia de Chanots (pouillé de Vienne).
  • 1551 (Chanos) : Channot (terrier de Saint-Bardoux).
  • 1568 (Chanos) : Chanod (Bull. archéol., XIX, 33).
  • 1604 (Chanos) : Chanauds (Bull. archéol., XIX, 33).
  • 1640 (Chanos) : Chanoz (archives de la Drôme, E 800).
  • 1650 (Chanos) : Chanols (archives de la Drôme, E 600).
  • 1891 (Chanos-Curson) : Chanos-Curson, commune du canton de Tain. Elle correspond à l'ancienne communauté et paroisse de Chanos.
  • 1891 (Chanos) : Chanos, village, chef-lieu de la commune de Chanos-Curson

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[1] :

  • Au point de vue féodal, Chanos fit toujours partie de la baronnie de Clérieu[x] (voir ce nom).

En 1789, il y a 200 chefs de famille dans la commune de Chanos-Curson[1].

Avant 1790, Chanos était une communauté de l'élection et subdélégation de Valence et du bailliage de Saint-Marcellin, ayant exactement la même étendue que la commune actuelle de Chanos-Curson et formant une paroisse du diocèse de Vienne dont l'église, sous le vocable de saint Martin, dépendait, depuis le milieu du XIe siècle, du chapitre de Romans, qui y prenait la dîme et présentait à la cure[1].

Curson[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[2] :

  • 1185 : Curcon (cartulaire de Léoncel, 34).
  • 1192 : Curzo (cartulaire de Léoncel, 47).
  • 1285 : Feudus de Curczone (archives de la Drôme, E 601).
  • 1366 : Curczo (ibid., 3587).
  • 1442 : Villagia de Cursone (choix de doc., 281).
  • 1891 : Curson, village de la commune de Chanos-Curson.

La seigneurie[2] :

  • Terre dépendant de la baronnie de Clérieu[x].
  • XIIe et XIIIe siècles : elle appartient aux Curson.
  • Elle est morcelée en plusieurs petits fiefs.
  • XVIIe siècle : les petits fiefs sont successivement acquis par les Luc.
  • Ils passent par droit de prélation aux La Croix-Chevrières, barons de Clérieu[x].

Curson est une terre distincte de celle de Chanos mais dépendant elle-aussi de la baronnie de Clérieux. Après le XIIIe siècle, elle est divisée en petits fiefs[3].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Chanos-Curson devint une municipalité du canton de Clérieu[x], mais la réorganisation de l'an VIII en a fait une commune du canton de Tain[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2014 En cours Stéphane Fournier   Entrepreneur, Dirigeant de plusieurs sociétés dont SYRAH FINANCE à Chanos-Curson et POLYPAP à Granges les Beaumont
1983 2014 Serge Blache[4] PS Retraité
Président du syndicat mixte de la Drôme des Collines
Président du SYTRAD

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 1 075 habitants[Note 1], en diminution de 1,19 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6516188039219709529651 0301 001
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 024968946954940931908860873
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
818770734703639629623633632
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5966246417227739441 0581 0751 091
2013 2016 - - - - - - -
1 0761 075-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les vignes.

En 1992 : céréales, vergers, vignes (vin AOC crozes-hermitage (AOC) et côtes-du-Rhône), caprins[3].

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Vues (des coteaux) sur les Cévennes et les Alpes[3].
  • Équitation[3].
  • *Les mais se célèbrent le 30 avril au soir. C'est l'occasion pour tout le village de fêter la venue du mois de mai.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 66-67 (2 articles : Chanos et Chanos-Curson)
  2. a et b J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 122 (Curson)
  3. a b c d e f et g Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Chanos-Curson
  4. Chanos-Curson sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 12 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]