Bozas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bozas
Bozas
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Haut-Vivarais
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hermitage-Tournonais-Herbasse-Pays de Saint Félicien
Maire
Mandat
Françoise Alexandre
2014-2020
Code postal 07410
Code commune 07039
Démographie
Population
municipale
243 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 21″ nord, 4° 39′ 06″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 808 m
Superficie 12,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Bozas

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Bozas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bozas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bozas

Bozas est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bozas est situé à 9,9 kilomètres de Lamastre et à 3,8 kilomètres de Saint-Félicien. Elle est limitrophe d'Arlebosc, de Colombier-le-Vieux et de Saint-Victor.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Félicien Saint-Victor Rose des vents
N Colombier-le-Vieux
O    Bozas    E
S
Arlebosc

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bozas (ou Bosas), Bousas en ancien patois nord occitan).[réf. nécessaire] Le nom peut venir de l'occitan « bosa », forme ronde ou bouse, du nord-occitan « bos », bois ou lieu boisé, ou de possesseurs du lieu nommés Boson. L'un d'eux a donné en 912 à l'église du Puy la « villa » d'Arlebosc qui est limitrophe de Bozas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bozas est au XIIIe siècle un mandement, avec un château fortifié dont on peut encore voir les ruines dans le village actuel. Il appartient alors aux Boson de Bozas, famille vassale des Pagan de Mahun qui contrôlent aussi les mandements de Seray et de Mahun..

On ignore si ces Boson ont un lien avec le Boson de 912. La dernière de cette lignée est Élisabeth, dame de Bozas, mariée à Jaucerand de Lamastre, à qui elle apporte la seigneurie de Bozas. En 1276, avec l'accord de leur suzerain Aymon de Pagan, Elisabeth et Jaucerand ont placé Bozas sous la sauvegarde directe du roi Philippe le Hardi, en prêtant hommage à son baillif du Velay Guillaume de Malet (15 ans avant la création de la « ville » royale de Boucieu par un traité de paréage avec un seigneur voisin, Jarenton de Saint Romain).

Bozas, située dans les limites du diocèse de Vienne, est le siège d'un petit prieuré de l'ordre de Cluny, dépendant de celui de Tain-l'Hermitage. En 1285, Elisabeth et Jaucerand transigent avec le prieur de Bozas, Pierre de Laroche, au sujet de litiges relatifs à leurs possessions respectives dans le mandement de Bozas.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 2014 Aimé Deloche    
2014 En cours
(au 24 avril 2014)
Françoise Alexandre[1] DVD Agricultrice

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 243 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Ardèche : +2,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800765738720720841805922985
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
959916939855860861845888838
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
785788674600557568549492467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
433380302281233244238246243
2016 - - - - - - - -
243--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 29 juillet 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.