Crozes-Hermitage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le vin, voir crozes-hermitage (AOC).

Crozes-Hermitage
Crozes-Hermitage
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Tain-l'Hermitage
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hermitage-Tournonais-Herbasse-Pays de Saint Félicien
Maire
Mandat
Chantal Bouvet
2014-2020
Code postal 26600
Code commune 26110
Démographie
Gentilé Crozois, Crozoises
Population
municipale
651 hab. (2016 en augmentation de 13,61 % par rapport à 2011)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 27″ nord, 4° 50′ 48″ est
Altitude Min. 116 m
Max. 367 m
Superficie 5,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Crozes-Hermitage

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Crozes-Hermitage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crozes-Hermitage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crozes-Hermitage

Crozes-Hermitage est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Érôme Rose des vents
Gervans N Larnage
O    Crozes-Hermitage    E
S
Tain-l'Hermitage

Crozes-Hermitage est situé à 20 km au nord de Valence et à 3 km au nord de Tain-l'Hermitage.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’origine, la commune s’appelait Croses (villa de Crosis, Mota de Crosis, issu d’un essai historique de 1872 sur la Baronnie de Clérieux). En 1918, le préfet demande un additif au nom de la commune afin de la distinguer de Crozes (Creuse) et le journal officiel du 14 juin 1920 publie le nom de Crozes l’Hermitage. À la demande de la ville voisine Tain l’Hermitage, ce nom est rectifié et deviendra alors CROZES HERMITAGE.

Ce qui fait la renommée de notre village est la reconnaissance de son vignoble en A.O.C. par un décret du 4 mars 1937. L’appellation "Crozes Hermitage" a été étendue à 10 autres communes du Canton par décret, le 1er juillet 1952.

En mai 1940, l’aviation allemande bombarde la vallée du Rhône et "Pierre Aiguille". En février 1944, la paroisse émet le vœu qu’une statue de la Vierge soit érigée si la population crozoise est épargnée par les bombardements. Celui-ci sera exaucé le 7 mai 1950 par la bénédiction de la statue actuelle de la Vierge par l’Evêque de Valence, Monseigneur Pic.

Crozes Hermitage est placé à l’entrée d’une gorge au pied de son célèbre vignoble. Ses maisons s’étendent sur les deux bords d’un ruisseau (le croze) souvent inoffensif mais se transforme en torrent lors des épisodes pluvio-orageux.

Deux belvédères, "Pierre Aiguille" (en cours de classement, espace naturel sensible par le département) et "Les Méjeans" veillent sur la tranquillité de ce village. (Source Archives Mairie)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette commune tire son nom de deux toponymes. Le premier Crozes est dérivé de crucem qui a donné ensuite crocem en bas latin. Il peut signifier à la fois croix ou croisement de chemins[1]. Le second Hermitage provient de Heremitagium qui a donné ermitage en français. Il fait référence à la colline qui domine le Rhône au sommet de laquelle le chevalier de Strimberg, de retour de la croisade contre les Albigeois, s'installa pour vivre en ermite[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Chantal Bouvet[3] DVD Agricultrice

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 651 habitants[Note 1], en augmentation de 13,61 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
240223244343363340336363401
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410427422389383350341346334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335327339318302253285273301
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
241220224317375418520573651
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tombeau du chevalier d'Urre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1764.
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1811.
  3. Crozes-Hermitage sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 12 mars 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.