Ça (personnage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ca.
Page d’aide sur l’homonymie « Grippe-sou » redirige ici. Pour l’article homophone, voir Gripsou.

Ça
Personnage de fiction apparaissant dans
Ça.

Cosplay du personnage de Ça dans la version de 2017.
Cosplay du personnage de Ça dans la version de 2017.

Nom original It
Alias Grippe-Sou
le Clown dansant
Bob Gray
Adresse Derry, Maine

Créé par Stephen King
Interprété par Tim Curry
Bill Skarsgård
Films « Il » est revenu
Ça
Romans Ça

Ça (It), aussi connu comme Grippe-Sou, le Clown dansant (Pennywise, the Dancing Clown) ou Bob Gray, est un personnage fictif du roman Ça (1986) écrit par Stephen King.

Les références au personnage sont nombreuses dans les autres œuvres de King, comme Les Tommyknockers (1987) ou Dreamcatcher (2001). Ce clown maléfique est une forme archétypale, mélange de Bozo le clown, de John Wayne Gacy et de Ronald McDonald[1].

Dans l'adaptation télévisée « Il » est revenu (1990), son rôle est interprété par Tim Curry, tandis que dans l'adaptation cinématographique Ça (2017), il est interprété par Bill Skarsgård.

Plusieurs médias tels que The Guardian classent ce personnage comme l'un des clowns les plus effrayants dans la culture cinématographique ou populaire[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

Principal antagoniste du roman, il s'agit d'une entité extraterrestre métamorphe éternelle et plus ancienne que l'univers prenant généralement la forme d'un clown. Il cible de manière cyclique les enfants de la région de Derry dans le Maine, lieu où il est arrivé et vit depuis.

Dans le roman, c'est une entité éternelle, presque aussi ancienne que le temps lui-même. C'est l'ennemi naturel de Maturin (La Tortue), existant tous les deux dans le Macroverse. Son réveil a toujours été marqué par un grand acte de violence, et un autre grand acte de violence finit sa folie et l'envoie à l'hibernation. Il a commis d'autres crimes non mentionnés dans le film, comme le meurtre de plus de 300 colons entre 1740 et 1773, ainsi que d'un groupe de bûcherons entre 1876 et 1879.

Il a également pris beaucoup plus de formes que dans le film, comme : Dracula, un lépreux sans-abri, le ptérosaure Rodan, le monstre de Frankenstein, des sangsues, des piranhas, la sorcière de Hansel et Gretel, Tony Tracker, une statue géante de Paul Bunyon, la Créature du Lagon Noir, la mère de Jimmy Donlin, un œil géant, le cadavre réanimé de Dorsey Corcoran, le requin des Dents de la Mer , un loup-garou... Il est également responsable des décès d'Alvin Marsh et du mari de Beverly, Tom Rogan. Aussi dans le roman, il apparaît à Henry comme Victor Criss au lieu de Belch. Quand il semble que l'un des gardiens de l'asile Henry Bowers est conservé, il prend la forme d'un Doberman Pinscher de 8 pieds de haut, par opposition à un croisement entre le clown et un rottweiler dans le film. Le film inverse également les pires craintes de Ben et Stan ; dans le roman, Pennywise est apparu à Ben comme la momie, et à Stan comme les cadavres pourrissants, tandis que dans le film, c'était l'inverse.

Également dans le roman, il n'a pu être arrêté lorsque Bill a exécuté le Rituel de Chüd. Le livre implique également qu'il peut être féminin, étant donné qu'il a pondu des œufs lorsqu'il était sous forme d'araignée.

Un autre détail laissé hors du film est que sa forme d'araignée n'est pas celle de sa forme officielle véritable ; c'est simplement la représentation la plus proche de sa forme réelle que l'esprit humain peut comprendre. La véritable forme de Pennywise n'existe que dans ce qu'il appelle "Les lumières-mortes".

Film[modifier | modifier le code]

Les résurgences de Ça sont montrées comme liées à une partie des catastrophes qui ont lieu tous les 27 ans dans la ville de Derry au Maine.

Il n'a jamais été contre la mort d'enfants. En fait, il préférait effectivement tuer des enfants car ils étaient des cibles plus faciles. C'est probablement pourquoi il a choisi la forme d'un clown, une figure qui a amusé et terrifié de nombreux jeunes enfants. Il avait des dents pointues qu'il pouvait utiliser pour tuer des gens.

Au fur et à mesure que le film progresse, un groupe d'enfants, connu sous le nom de Club des ratés, se réunit pour tuer Pennywise et mettre fin à son règne meurtrier (après qu'il a tué le frère de l'un d'eux). Cependant, Pennywise, étant un aspect moindre d'un être supérieur, n'est pas mort définitivement et a juré de se venger de la bande pour sa défaite avant de disparaître.

27 ans plus tard, Pennywise tient sa promesse et vient traquer et tuer les membres de la bande, devenus adultes depuis. Cela incite le gang à se reformer et à combattre Pennywise de nouveau pour le tuer encore une fois et se sauver de sa colère. À la fin du film, le gang réussit à vaincre Pennywise à nouveau. Dans la bataille finale, il prend la forme d'un monstre arachnoïde, plus proche de son apparence véritable que d'un déguisement (comme l'apparence de clown qu'il utilise durant le film). Il est tué quand les survivants du Club extraient son cœur. Après l'avoir tué, la bande laisse son cadavre pourrir.

Pouvoirs[modifier | modifier le code]

Il dispose d'une variété de pouvoirs comme la capacité de se métamorphoser, de manipuler et de posséder les personnes, la télékinésie, la téléportation, le contrôle météorologique et la télépathie. Il peut lire les esprits de ses victimes et utilise ce pouvoir pour se transformer en leur pire peur, et même les rendre hallucinés. Il peut aussi envahir les gens dans leurs rêves et les tuer.

Malgré ses vastes pouvoirs, sa faiblesse est qu'il peut être vaincu si les victimes montrent de la bravoure et de l'amour. De plus, il est obligé d'obéir aux lois de sa forme physique, ce qui le limite aux traits de cette forme.

Accueil[modifier | modifier le code]

De nombreux médias tel que le journal The Guardian ont évoqué le personnage, le plaçant aux premiers rangs des clowns les plus effrayants au cinéma ou dans la culture populaire[3],[4],[5]. Dans le magazine The Atlantic, il est dit du personnage : « la chose la plus effrayante avec Grippe-Sou, cependant, est la manière dont il se nourrit des peurs les plus profondes des enfants, manifestant les monstres par lesquels ils sont le plus terrifiés (quelque chose que J. K. Rowling émulera plus tard avec les Épouvantards)[6]. » La chercheuse et psychanalyste Mikita Brottman a également décrit Grippe-Sou comme "Un des clowns maléfiques les plus maléfiques à être apparu sur le petit écran" et qu'il "reflétait toutes les horreurs sociales familiales connues de l'Amérique contemporaine[7]."

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Linda Badley, Writing Horror and the Body: The Fiction of Stephen King, Clive Barker, and Anne Rice, Greenwood Publishing Group, , p. 52
  2. (en) Jessica Glenza, « The 10 most terrifying clowns », sur the Guardian (consulté le 28 août 2016)
  3. (en-GB) Jessica Glenza, « The 10 most terrifying clowns », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  4. (en-US) « 10 Most Terrifying Clowns in Horror Movies », sur Screen Rant, (consulté le 1er mai 2016)
  5. (en) « The Scariest Clowns in Pop Culture », sur Nerdist, (consulté le 1er mai 2016)
  6. (en-US) Sophie Gilbert, « 25 Years of Pennywise the Clown », sur The Atlantic (consulté le 1er mai 2016)
  7. Mikita Brottman, Funny Peculiar: Gershon Legman and the Psychopathology of Humor, Routledge, , 1 p. (ISBN 0881634042, lire en ligne)