Le Rêve d'Harvey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Rêve d'Harvey
Publication
Auteur Stephen King
Titre d'origine
Harvey's Dream
Langue Anglais américain
Parution ,
The New Yorker
Recueil
Traduction française
Traduction William Olivier Desmond
Parution
française

Le Rêve d'Harvey (titre original : Harvey's Dream) est une nouvelle de Stephen King publiée pour la première fois en 2003 dans le magazine The New Yorker[1], puis incluse dans le recueil Juste avant le crépuscule en 2008.

Résumé[modifier | modifier le code]

Harvey et Janet Stevens forment un couple de quinquagénaires dont le mariage est devenu une triste routine. Un matin, lors du petit déjeuner, Harvey commence à raconter à sa femme le cauchemar qui l'a réveillé. Janet réalise vite que les détails de ce rêve, dont la voiture cabossée de leur voisin, concordent avec la réalité.

Le récit du rêve d'Harvey se conclut par un coup de téléphone qu'il reçoit et sa compréhension qu'il est arrivé quelque chose de très grave à l'une de leurs trois filles. Janet fait tout de suite le rapprochement avec leur fille qui vit dans la même rue qu'eux et réalise qu'il y a une tache rouge et un magma plus sombre sur la partie cabossée de la voiture de leur voisin. À ce moment-là, le téléphone sonne et Harvey décroche.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Pour Christian Toto, du Washington Times, King évoque pleinement en quelques paragraphes le « cauchemar d'être coincé dans un mariage sans amour »[2]. Colette Bancroft, du Tampa Bay Times, estime que la nouvelle est « doucement inquiétante »[3]. Janet Maslin, du New York Times, évoque une nouvelle « exceptionnellement raffinée » et traitant de manière éloquente d'un mariage morose[4]. Matt Thorne, de The Independent, estime que c'est l'une des deux seules histoires vraiment décevantes du recueil avec Fête de diplôme et que King « semble avoir été moins intéressé par le fait d'écrire une histoire captivante que par celui de retranscrire ses propres terreurs nocturnes »[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le Rêve d'Harvey a été nommée pour le prix Bram Stoker de la meilleure nouvelle courte 2004[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Rawsthorne et Norma Blackburn, Stephen King: Uncollected, Unpublished, Kanrock Publishing, (ISBN 0975059343), p. 165
  2. (en) Christian Toto, « Stephen King in short, still has it », The Washington Times, (consulté le 30 mars 2015)
  3. (en) Colette Bancroft, « In Stephen King's 'Just After Sunset,' and the 'N.' online adaptation, fine nightmares by day », (consulté le 30 mars 2015)
  4. (en) Janet Maslin, « Just When You Thought It Was Safe to Work Out », The New York Times, (consulté le 30 mars 2015)
  5. (en) Matt Thorne, « These scary stories are strangely reassuring », The Independent, (consulté le 30 mars 2015)
  6. (en) « Bram Stoker Awards 2004 », sur sfadb.com, Locus (consulté le 30 mars 2015)