Trevor Linden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Trevor Linden

alt=Description de l'image Linden3cropped1.JPG.
Surnom(s) Captain Canuck[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 11 avril 1970,
Medicine Hat (Canada)
Joueur retraité
Position Centre
Tirait de la droite
A joué pour LNH
Canucks de Vancouver
Islanders de New York
Canadiens de Montréal
Capitals de Washington
Repêc. LNH 2e choix au total, 1988
Canucks de Vancouver
Carrière pro. 19882008
Poste
Titre Présidents des opérations
des Canucks de Vancouver
Activité Depuis 9 avril 2014

Trevor Linden, C.M., O.C.B., (né le 11 avril 1970 à Medicine Hat dans l'Alberta, au Canada) est un joueur professionnel canadien de hockey sur glace.

Il fait ses débuts en tant que joueur junior dans la Ligue de hockey de l'Ouest pour l'équipe de sa ville natale, les Tigers de Medicine Hat, lors de la saison 1985-1986. Avec les Tigers, il remporte la Coupe Memorial en 1987 et 1988 avant de rejoindre la formation des Canucks de Vancouver de la Ligue nationale de hockey qui le choisissent lors du repêchage d'entrée de 1988 en tant que deuxième joueur.

Après un peu plus de neuf saisons avec les Canucks, il rejoint les Islanders de New York en 1998 mais n'y reste que jusqu'à la fin de la saison suivante. Au cours des saisons qui suivent, il joue pour différentes formations, Canadiens de Montréal puis Capitals de Washington avant de retourner jouer avec les Canucks en 2002. Il met fin à sa carrière à l'issue de la saison 2007-2008 après plus de mille matches joués en saison régulière dans la LNH et 867 points.

Joueur international pour l'équipe du Canada, il remporte la médaille d'or lors du championnat du monde junior de 1988 puis celle d'argent avec l'équipe senior lors du championnat du monde 1991. Il participe également en 1998 aux Jeux olympiques et au championnat du monde.

Suite à sa carrière sportive, les Canucks l’honorent en retirant son maillot et en accrochant son numéro 16 dans leur patinoire. Le 30 décembre 2010, il est annoncé qu'il est nommé membre de l'Ordre du Canada ; il est cité pour son esprit sportif et son engagement communautaire de leader respecté à la fois sur et hors glace. Il est nommé président des opérations des Canucks en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

En 1929, Nick van der Linden, le grand-père de Trevor Linden, immigre des Pays-Bas au Canada[2]. Il y crée une entreprise de construction qu'il dirige jusqu'en 1979 quand son fils Lane lui succède[3]. Trevor naît le 11 avril 1970 à Medicine Hat, en Alberta, de Lane et Edna Linden. Dans sa jeunesse, il est un athlète accompli et, en plus du hockey sur glace, joue au baseball, augolf, au volley-ball, au basket-ball et fait du patinage de vitesse[4]. L'université de Princeton l'invite à la rejoindre pour intégrer son équipe de hockey mais il refuse : ayant grandi en regardant jouer les Tigers et son idole Lanny McDonald[5], il préfère rester dans sa ville natale et jouer avec l'équipe junior locale[6]. Après une saison passée avec les Hat Tigers de Medicine Hat dans la Ligue de hockey midget[Note 1] de l'Alberta (également connue sous le sigle AMHL), Linden rejoint les Tigres dans la Ligue de hockey de l'Ouest pour les cinq dernières rencontres de la saison 1985-1986 où il marque deux buts. Il dispute ensuite six matches des séries éliminatoires et inscrit un but. L'année suivante, à l'âge de 16 ans, il devient titulaire de l'équipe terminant sa première saison complète dans la LHOu avec trente-six points en soixante-douze matches. Il marque ensuite neuf points en vingt matches de séries et deux buts, dont le but vainqueur[Note 2],[7], lors de la Coupe Memorial que les Tigers remportent pour la première fois[8]. Lors de la saison 1987-1988, il termine deuxième pointeur de l'équipe avec cent-dix points marqués en soixante-sept matches, un point derrière Mark Pederson qui ne joue que soixante-deux rencontres[9] et remporte une deuxième Coupe Memorial consécutive avec les Tigers[10]. Durant les séries éliminatoires, Linden établit le record du but le plus rapide de l'histoire de la ligue en marquant après sept secondes de jeu le 15 avril 1988[11].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Canucks de Vancouver[modifier | modifier le code]

Photographie de Modano avec les Stars de Dallas
Mike Modano, premier choix du repêchage de 1988 devant Linden.

Il connaît sa première sélection en équipe nationale avec l'équipe junior, au championnat du monde junior 1988 que le Canada remporte et où il marque un but. Lors du repêchage d'entrée dans la Ligue nationale de hockey l'été suivant, il est choisi à la deuxième position du premier tour par les Canucks de Vancouver derrière Mike Modano sélectionné par les North Stars du Minnesota ; Linden est alors décrit par les recruteurs du circuit comme étant le joueur junior le plus prêt pour jouer dans la LNH de tout le repêchage[12].

Il fait ses débuts dans la LNH le 6 octobre 1988 contre les Jets de Winnipeg ; douze jours plus tard, il marque son premier but contre les Islanders de New York et le gardien Kelly Hrudey. Le 17 novembre 1988, il marque son premier coup du chapeau contre les North Stars du Minnesota[13]. Il termine sa première saison comme meilleur buteur ex-æquo de la franchise avec trente réalisations et deuxième pointeur derrière Petri Skriko avec cinquante-neuf points. Il est le premier joueur recrue[Note 3] à marquer trente buts et il termine à une unité du record de soixante points établi en 1981-1982 par Ivan Hlinka pour un joueur des Canucks dans sa première saison. Il devient aussi la première recrue à remporter le trophée Cyclone Taylor remis au meilleur joueur de la saison des Canucks. Il est sélectionné dans l'équipe des recrues de la saison et termine deuxième derrière Brian Leetch lors du vote pour l'attribution du trophée Calder remis à la recrue de l'année dans la LNH[12]. Le 8 juin, il est élu recrue de l'année du magazine The Hockey News par un vote des supporters[14]. Vancouver est qualifiée pour les séries éliminatoires pour la première fois depuis trois ans[15] ; lors de la première ronde, Linden inscrit sept points alors que les Canucks sont éliminés en sept matches par les futurs vainqueurs de la Coupe Stanley, les Flames de Calgary[16].

Pour sa deuxième saison dans la LNH, avec vingt-et-un buts et trente aides, soit un total de cinquante-et-un points, Linden termine deuxième buteur et pointeur de son équipe derrière Paul Reinhart et à la troisième place des passeurs après Reinhart et Petri Skriko[17] alors que l'équipe n'est pas qualifiée pour les séries éliminatoires[15]. L'année suivante, il est un des trois Canucks à partager le capitanat de l'équipe avec Doug Lidster et Dan Quinn[18] ; Linden est le meilleur passeur et pointeur de son équipe avec trente-sept aides et soixante-dix points et participe à son premier Match des étoiles où il est le plus jeune joueur[19]. Les Canucks sont qualifiés pour les séries mais ils perdent encore une fois en première ronde, quatre matches à deux contre les Kings de Los Angeles[20] emmenées par Wayne Gretzky, meilleur pointeur de la saison régulière avec cent-soixante-trois points inscrits[21]. L'élimination précoce des Canucks lui permet d'effectuer ses premières apparitions en équipe senior canadienne lors du championnat du monde en mai 1991 ; il y marque un but et cinq points et gagne la médaille d'argent. Quelque temps plus tard, il est présélectionné pour la Coupe Canada mais n'est pas retenu par le directeur général Mike Keenan[22].

Au début de la saison 1991-1992, alors qu'il n'a que 21 ans et demi, il est nommé unique capitaine de l'équipe[18] et devient ainsi le plus jeune joueur des Canucks à occuper ce poste[23]. Il termine la saison avec un nouveau titre de meilleur pointeur de l'équipe en marquant soixante-quinze points et est deuxième buteur et passeur avec trente-et-un buts et quarante-quatre passes[24] ; il mène les Canucks vers leur premier titre de division depuis la saison 1974-1975[15]. Les Canucks battent les Jets de Winnipeg en sept rencontres lors de la première ronde mais chutent lors du deuxième tour en six matches contre les Oilers d'Edmonton[25]. Au cours de la saison, il participe au 42e Match des étoiles de la LNH au sein de la conférence Campbell[26].

Photographie de Boure avec le maillot blanc des Canucks
Pavel Boure, ici en 1997, coéquipier de Linden entre 1991 et 1998.

Les Canucks remportent à nouveau le titre de leur division la saison suivante[27] avec des records de franchise de quarante-six victoires et cent-un points[15]. Pour la troisième fois consécutive, Linden termine avec plus de trente buts et plus de soixante-dix points[26] mais les Canucks sont éliminés en deuxième ronde par les Kings[28] Il joue tout de même en cours de saison lors du 43e Match des étoiles de la LNH[26]. En 1993-1994, il marque trente-deux buts mais n'inscrit que soixante-et-un points[26] alors que les Canucks terminent la saison à douze points des vainqueurs de la division, les Flames de Calgary[27]. Bien qu'ayant terminé à la septième et avant-dernière place qualificative de la conférence, les Canucks éliminent tour à tour les Flames en sept matches, les Stars de Dallas 4 à 2 puis les Maple Leafs de Toronto 4 à 1 pour atteindre la finale de la Coupe Stanley pour la première fois depuis douze ans, la deuxième de l'histoire de la franchise[29]. Considérés comme outsider contre la meilleure équipe de la saison, les Rangers de New York[30], les Canucks sont menés trois victoires à une avant de remporter les deux matches suivants et de forcer une septième rencontre décisive. Linden marque les deux buts de son équipe qui perd malgré tout 3-2[31] ; avec 25 points marqués lors des séries, il termine deuxième pointeur de son équipe derrière Pavel Boure[32]. Il s'avère plus tard que Linden a joué les quatre dernières rencontres avec des côtes cassées et un cartilage déchiré[33].

Après une saison 1994-1995 écourtée en raison d'un lock-out et d'une élimination en deuxième ronde des séries[34], Linden termine la saison 1995-1996 avec trente-trois buts, quarante-sept aides soit un total de quatre-vingt points, ses records personnels dans la LNH dans les trois catégories[35]. Troisièmes de la division Pacifique, les Canucks perdent dès le premier tour des séries contre l'Avalanche du Colorado en six rencontres[36]. À la fin de l'été, il remporte une deuxième médaille d'argent lors de la Coupe du monde qui succède à la Coupe Canada ; il termine la compétition avec un but et une passe en huit matches. La saison suivante marque la fin d'une série record pour Linden au sein des Canucks : entre le 4 octobre 1990 et le 3 décembre 1996, il participe à 482 matches consécutifs de son équipe, série qui n'est battue qu'en 2007 par Brendan Morrison[37]. Il ne joue que quarante-neuf matches lors de cette saison mais il est récompensé par la LNH et reçoit le Trophée King Clancy remis au joueur ayant démontré le meilleur exemple de leadership et ayant le plus contribué à la société[38].

Au début de la saison 1997-1998, les Canucks font signer l'agent libre et six fois vainqueur de la Coupe Stanley, Mark Messier à qui Linden cède le titre de capitaine[23]. L'intersaison voit aussi l'arrivée du dirigeant Mike Keenan suite à la démission du directeur général Pat Quinn ; Messier et Keenan étaient respectivement capitaine et entraîneur des Rangers de New York lors de la finale perdue par les Canucks en 1994. Keenan endosse également le rôle d'entraîneur de l'équipe en congédiant Tom Renney en début de saison. Très vite, des tensions naissent entre Linden et Keenan, ce dernier reprochant même ouvertement à Linden une défaite 5-1 face aux Blues de Saint-Louis. De cette période, Linden dit : « It was the darkest time for me » (« C'était la période la plus noire pour moi »)[39]. Au moment de la pause olympique[Note 4], Linden a disputé quarante-deux matches ne marquant que sept buts et vingt-et-un points[40].

New York, Montréal, Washington[modifier | modifier le code]

Linden est échangé aux Islanders de New York 6 février 1998 contre Todd Bertuzzi, Bryan McCabe et le choix de troisième tour lors du repêchage 1998 (Jarkko Ruutu). Sélectionné pour disputer les Jeux olympiques à Nagano[41] et malgré une blessure au genou contractée la semaine précédant le tournoi[42], il dispute tous les matches de son équipe, marque un but qui permet aux Canadiens d'aller en prolongation lors de la demi-finale perdue contre la République tchèque[43]. À l'issue des Jeux olympiques, Linden rejoint les Islanders ; il devient leur capitaine en remplacement de McCabe[44] et il termine la saison en jouant vingt-cinq matches, marquant dix buts et sept passes pour dix-sept points[40] alors que les Islanders ne sont pas qualifiés pour les séries[45]. En mai, il participe à une dernière compétition internationale lors du championnat du monde où il marque un but et quatre aides. La saison suivante, sa première saison complète en trois ans, il termine deuxième pointeur et troisième buteur de l'équipe avec quarante-sept points et dix-huit buts marqués[46], les Islanders manquant une nouvelle fois les séries[47]. Le 29 mai 1999, en raison du salaire élevé de Linden, les Islanders l'échangent aux Canadiens de Montréal contre un choix de premier tour du repêchage 1999 (Branislav Mezei)[48].

Au cours de son passage à Montréal, Linden est souvent blessé : il ne dispute que cinquante matches, marquant trente points lors de sa première saison puis cinquante-sept matches pour trente-trois points l'année suivante tandis que Montréal manque les deux saisons les séries[49]. Bien qu'ayant signé un contrat de quatre ans pour 15 millions de dollars avec les Canadiens, il est échangé le 13 mars 2001 aux Capitals de Washington avec Dainius Zubrus et un choix de deuxième ronde au repêchage de 2001 (Andreas Holmqvist) contre Richard Zedník, Jan Bulis et un choix de première ronde en 2001 (Aleksandr Perejoguine). Avec Washington, Linden participe pour la première fois depuis quatre ans aux séries éliminatoires à la fin de la saison 2000-2001[50] mais les Capitals sont éliminés dès le premier tour par les Penguins de Pittsburgh[51].

De retour avec les Canucks[modifier | modifier le code]

Après seize rencontres disputées avec Washington au début de la saison 2001-2002, il est à nouveau échangé le 10 novembre 2001 avec un choix de deuxième ronde en 2002 (Denis Grot) au club de ses débuts, les Canucks, contre un choix de première ronde la même année (Boyd Gordon) et un choix de troisième ronde en 2003 (Zack Stortini). Son passage par Washington se termine après seulement vingt-six matches joués, quatre buts, trois aides et sept points marqués. En soixante-quatre matches de saison régulière avec les Canucks, il marque trente-quatre points et franchit le cap des 1 000 matches dans la LNH le 26 mars 2002 contre les Kings de Los Angeles[52]. Pour son retour en séries éliminatoires, il termine meilleur pointeur des Canucks en compagnie de Ed Jovanovski et de Matt Cooke avec cinq points en six matches disputés[53] alors que son équipe est éliminée dès le premier tour par les Red Wings de Détroit, futurs vainqueurs de la Coupe Stanley[54].

La saison 2002-2003 est sa première saison complète avec les Canucks depuis 1996-1997 mais il doit cependant manquer deux semaines en raison d'une entorse au genou qu'il subit lors du match d'ouverture des Canucks[55]. En prélude au match lors de son retour, il est honoré pour sa millième participation à une rencontre de la LNH ; cette cérémonie a été retardée sur la demande de Linden qui ne voulait pas distraire son équipe lors de la course aux séries éliminatoires[56]. Le 25 novembre 2002, contre le Wild du Minnesota, Linden marqué son 263e but avec les Canucks, battant ainsi le record de l'ancien capitaine Stan Smyl[57]. Il termine l'année avec dix-neuf buts et vingt-deux passes pour quarante-et-un points, son plus haut total de but en sept saisons et son plus haut total de points depuis 1998-1999[35].

L'année suivante, il bat plusieurs autres records des Canucks : le 16 février 2004 contre l'Avalanche du Colorado, il joue son 897e match avec Vancouver, dépassant ainsi Smyl[58] ; le 8 mars, à nouveau contre l'Avalanche, il marque deux points et atteint 674 points avec les Canucks battant ainsi Smyl. Pour la première fois en cinq ans, il joue la totalité des matches de la saison et enregistre trente-six points[35]. Après la saison écourtée en 2004-2005 où il prend une part active lors des négociations sur les conventions collectives, il participe aux quatre-vingt-deux matches de la saison 2005-2006, inscrivant sept buts et seize points ; le 13 avril 2006, il devient le premier joueur à disputer 1 000 matches avec les Canucks[59].

Le 5 octobre 2006, lors du premier match de la saison 2006-2007 des Canucks, Linden marque le but vainqueur contre les Red Wings de Détroit et devient le premier joueur des Canucks à marquer 300 buts avec la franchise[60]. Après avoir marqué vingt-cinq points en quatre-vingt matches, il permet aux Canucks d'atteindre le deuxième tour des séries, marquant notamment deux buts vainqueurs au cours du premier tour y compris celui du septième et dernier match de la série contre les Stars de Dallas, son sixième but lors d'un septième match de séries[61]. Il termine les séries comme meilleur pointeur de l'équipe avec sept points marqués en douze matches joués. Cela fait de lui le recordman de la franchise en séries pour les buts, les aides et les points marqués[62].

Photographie couleur de la bannière numéro 16 accrochée sous le plafond de l'arena.
Numéro 16 de Linden.

Après avoir réfléchi l'été suivant à la poursuite de sa carrière, Linden signe finalement un nouveau contrat d'un an et de 600 000 dollars avec les Canucks[62]. Lors de cette saison où il est laissé de côté à vingt-trois reprises par son entraîneur[63], il marque sept buts et cinq aides en cinquante-neuf matches, le plus bas total de sa carrière. Contre les Flames de Calgary, le 8 novembre 2007, il enregistre sa 412e passe avec les Canucks, battant un autre record de Smyl[64], record qu'il porte à 415 à la fin de sa saison ; il est battu deux ans plus tard, le 14 mars 2010, par Henrik Sedin[65]. Pour sa dernière partie de saison régulière dans la LNH contre les Flames, Linden est nommé première étoile du match, fait un tour d'honneur devant le public debout qui l'ovationne et reçoit une poignée de main de tous les joueurs adverses[63].

Le 11 juin 2008, après dix-neuf saisons dans la LNH, il met officiellement fin à sa carrière et quitte l'équipe des Canucks en détenant le record du plus grand nombre de matches disputés sous leurs couleurs (1 140) et à la deuxième place des buteurs derrière Markus Näslund[66]. Le 17 décembre 2008, les Canucks de Vancouver retirent son numéro 16[67],[Note 5]. Outre le numéro 99 de Wayne Gretzky retiré pour toutes les équipes par la LNH en 1999, il s'agit du deuxième numéro retiré par les Canucks après le numéro 12 de Stan Smyl en 1991[68].

Association des joueurs[modifier | modifier le code]

En 1990, il devient le représentant des joueurs des Canucks au sein de l'Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (désignée couramment sous l'acronyme NHLPA de son nom anglais National Hockey League Players' Association)[69], syndicat qui défend l'intérêt des joueurs de la Ligue nationale de hockey. En 1998, il devient président de l'association dont il reste membre jusqu'en 2006. À ce titre, il fait partie des personnalités ayant permis la mise au point d'une nouvelle convention collective entre les joueurs et la LNH à la suite du lock-out ayant amené l'annulation de la saison 2004-2005[70] malgré ses efforts pour la sauver[71].

Après carrière[modifier | modifier le code]

Le 9 avril 2014, il fait un retour dans l'organisation des Canucks de Vancouver au titre de président des opérations hockey[72]. Sa nomination fait suite à l'élimination de l'équipe des séries éliminatoires de 2014 et au congédiement de Mike Gillis, directeur-général de l'équipe[72].

Vie extra-sportive[modifier | modifier le code]

Photographie de Linden de profil qui parle dans un micro.
Trevor Linden lors d'une interview.

Petit-fils de Nick van der Linden, fils de Lane et Edna Linden, Trevor a deux frères : un frère aîné Dean et un cadet Jamie. En 1995, il se marie avec Cristina Giusti, propriétaire d'une boutique à Vancouver[73].

Jamie fait lui aussi une carrière de joueur de hockey professionnel, ne jouant toutefois que quatre matches dans la LNH avec les Panthers de la Floride avant de terminer dans des ligues mineures[74]. Jamie est promoteur immobilier en collaboration avec Trevor, métier vers lequel ce dernier indique vouloir s'orienter à l'issue de sa carrière de joueur[75]. Il est également fan de compétitions cyclistes et participe à différentes courses[76] dont la Trans Alp bike race, une course de 600 kilomètres dans les Alpes en 2007. Lui et son coéquipier, John Ramsden, terminent à la 48e place sur les cent-vingt-deux équipes de la compétition qui dure huit jours[77].

En dehors du hockey, Linden s'implique dans des œuvres caritatives. Il fait de fréquentes apparitions au British Columbia's Children's Hospital[78]. En 1995, il inaugure sa propre fondation, Trevor Linden Foundation, afin de récolter des fonds pour les associations caritatives locales et organise un tournoi de golf annuel au profit du British Columbia's Children's Hospital[69]. Lorsque l'Ordre de la Colombie-Britannique lui est attribué en 2003, la citation le décrit comme un joueur de hockey et un humanitariste[79]. Linden dit que son frère Dean est l'inspirateur de ses actions charitables, lui conseillant de profiter de sa notoriété de joueur de hockey. En raison de ses actions en dehors de la glace, il reçoit le trophée King Clancy en 1997 et le NHL Foundation Player Award en 2008, récompenses remises par la LNH aux joueurs pour leurs actions dans leur communauté[38].

En 2010, il prend part au relais de la flamme olympique lorsqu'elle traverse Vancouver avant la cérémonie d'ouverture des Jeux[80]. Le 30 décembre 2010, il est annoncé qu'il est nommé membre de l'Ordre du Canada ; il est cité pour son esprit sportif et son engagement communautaire de leader respecté à la fois sur et hors glace[81].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques en club[35]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1985-1986 Midget Tigers de Medicine Hat AMHL 40 14 22 36 14 - - - - -
1985-1986 Tigers de Medicine Hat LHOu 5 2 0 2 0 6 1 0 1 0
1986-1987 Tigers de Medicine Hat LHOu 72 14 22 36 59 20 5 4 9 17
1987 Tigers de Medicine Hat Coupe Memorial - - - - - 5 2 1 3 6
1987-1988 Tigers de Medicine Hat LHOu 67 46 64 110 76 16 13 12 25 19
1988 Tigers de Medicine Hat Coupe Memorial - - - - - 5 3 4 7 0
1988-1989 Canucks de Vancouver LNH 80 30 29 59 41 7 3 4 7 8
1989-1990 Canucks de Vancouver LNH 73 21 30 51 43 - - - - -
1990-1991 Canucks de Vancouver LNH 80 33 37 70 65 6 0 7 7 2
1991-1992 Canucks de Vancouver LNH 80 31 44 75 101 13 4 8 12 6
1992-1993 Canucks de Vancouver LNH 84 33 39 72 64 12 5 8 13 16
1993-1994 Canucks de Vancouver LNH 84 32 29 61 73 24 12 13 25 18
1994-1995 Canucks de Vancouver LNH 48 18 22 40 40 11 2 6 8 12
1995-1996 Canucks de Vancouver LNH 82 33 47 80 42 6 4 4 8 6
1996-1997 Canucks de Vancouver LNH 49 9 31 40 27 - - - - -
1997-1998 Canucks de Vancouver LNH 42 7 14 21 49 - - - - -
Islanders de New York LNH 25 10 7 17 33 - - - - -
1998-1999 Islanders de New York LNH 82 18 29 47 32 - - - - -
1999-2000 Canadiens de Montréal LNH 50 13 17 30 34 - - - - -
2000-2001 Canadiens de Montréal LNH 57 12 21 33 52 - - - - -
Capitals de Washington LNH 12 3 1 4 8 6 0 4 4 14
2001-2002 Capitals de Washington LNH 16 1 2 3 6 - - - - -
Canucks de Vancouver LNH 64 12 22 34 65 6 1 4 5 0
2002-2003 Canucks de Vancouver LNH 71 19 22 41 30 14 1 2 3 10
2003-2004 Canucks de Vancouver LNH 82 14 22 36 26 7 0 0 0 6
2005-2006 Canucks de Vancouver LNH 82 7 9 16 15 - - - - -
2006-2007 Canucks de Vancouver LNH 80 12 13 25 34 12 2 5 7 6
2007-2008 Canucks de Vancouver LNH 59 7 5 12 15 - - - - -
Totaux LNH 1 382 375 492 867 895 124 34 65 99 104
Statistiques internationales[82]
Année Équipe Évènement PJ  B   A  Pts Pun Résultat
1988 Drapeau du Canada Canada Championnat du monde junior 7 1 0 1 0 Or Médaille d'or
1991 Drapeau du Canada Canada Championnat du monde 10 1 4 5 4 Argent Médaille d'argent
1996 Drapeau du Canada Canada Coupe du monde 8 1 1 2 0 Argent Médaille d'argent
1998 Drapeau du Canada Canada Jeux olympiques d'hiver 6 1 0 1 10 4e position
1998 Drapeau du Canada Canada Championnat du monde 6 1 4 5 4 6e position

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Ligue canadienne de hockey[modifier | modifier le code]

  • 1987 : vainqueur de la Coupe Memorial
  • 1988 :
    • nommé dans la 2e équipe d'étoiles de la conférence de l'est de la Ligue de hockey de l'Ouest
    • vainqueur de la Coupe Memorial
    • nommé dans l'équipe des étoiles du tournoi final

Ligue nationale de hockey[modifier | modifier le code]

Canucks de Vancouver[modifier | modifier le code]

  • 1989 :
  • 1991 :
    • Coupe Molson
    • Trophée Cyclone Taylor
    • Trophée Cyrus H. McLean[Note 8]
    • Joueur le plus excitant
  • 1992 : Trophée Cyrus H. McLean
  • 1995 : Trophée Cyclone Taylor
  • 1996 : Trophée Cyclone Taylor

Transactions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « midget » est un terme de hockey désignant une catégorie de jeunes joueurs de hockey. Il s'agit de la catégorie des joueurs plus jeunes que les joueurs juniors soit 15, 16 et 17 ans. Littéralement le terme anglais midget désigne une personne exceptionnellement petite.
  2. Lors d'un match de hockey, le but vainqueur est celui qui assure la victoire : par exemple, lors d'une victoire 5-2, le but vainqueur est le 3e de l'équipe gagnante.
  3. En Amérique du Nord, un joueur recrue (rookie en anglais) est un joueur qui dispute sa première saison professionnelle.
  4. La Ligue nationale de hockey interrompt temporairement ses activités lors des Jeux olympiques d'hiver pour la première fois en 1998.
  5. Il est d'usage, dans les sports nord-américains, de retirer le numéro d'un sportif qui a marqué l'histoire du club. Ce numéro ne peut plus, ensuite, être porté par aucun autre membre de l'équipe. Le retrait est généralement accompagné d'une cérémonie où une bannière flanquée du nom et du numéro est hissée au plafond de l'enceinte sportive où évolue l'équipe.
  6. La Coupe Molson est une coupe remise aux joueurs des équipes canadiennes de la LNH. Le vainqueur de cette coupe, dans chaque équipe, est celui qui a remporté le plus d'étoiles à la fin de la saison.
  7. Le Trophée Cyclone Taylor est remis au meilleur joueur de la saison des Canucks de Vancouver.
  8. Le Trophée Cyrus H. McLean est remis au meilleur pointeur des Canucks lors de la saison régulière.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Trevor Linden » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) « Vancouver Canucks Legends: Trevor Linden », sur canuckslegends.blogspot.com (consulté le 13 janvier 2012)
  2. (en) The Vancouver Sun, « 'Last time around' for Linden », sur www.canada.com,‎ 21 février 2008 (consulté le 26 décembre 2011)
  3. (en) The Vancouver Sun, « Life after hockey », sur www.canada.com,‎ 1er septembre 2007 (consulté le 26 décembre 2011)
  4. (en) « City of Medicine Hat : Background Information », sur www.medicinehat.ca (consulté le 26 décembre 2011)
  5. (en) Yvonne Zacharias, « Linden 'an ambassador for the game' », sur www.vancouversun.com,‎ 16 décembre 2008 (consulté le 26 décembre 2011)
  6. (en) Scott Burnside, « Linden to dad: 'Maybe I can make a difference' », sur sports.espn.go.com,‎ 3 février 2005 (consulté le 26 décembre 2011)
  7. (en) « History of the MasterCard Memorial Cup », sur www.mastercardmemorialcup.com (consulté le 29 décembre 2011)
  8. Lapp et White 1993
  9. (en) « Medicine Hat Tigers 1987-88 hockey team player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 29 décembre 2011)
  10. (en) « Not So Junior Experience », sur canucks.nhl.com (consulté le 29 décembre 2011)
  11. (en) « Official WHL Website : Team Playoffs », sur www.whl.ca (consulté le 26 décembre 2011)
  12. a et b Diamond 1998, p. 325
  13. (en) « Trevor Linden - Game log - 1988-1989 », sur NHL.com (consulté le 14 janvier 2012)
  14. (en) « On this day », sur canucks.nhl.com (consulté le 27 décembre 2011)
  15. a, b, c et d NHL records 2010, p. 133
  16. (en) « 1988-89 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 janvier 2012)
  17. (en) « Vancouver Canucks 1989-90 hockey team player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 9 janvier 2012)
  18. a et b NHL records 2010, p. 134
  19. (en) Brian Barbosa, « Numbers and notables », sur canucks.nhl.com,‎ 12 avril 2008 (consulté le 9 janvier 2012)
  20. (en) « 1990-91 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 janvier 2012)
  21. Diamond 1998, p. 79
  22. (en) « Sports people: Hockey; Cuts by Team Canada », sur www.nytimes.com (consulté le 12 janvier 2012)
  23. a et b (en) Joe Pelletier, « Trevor Linden », sur canuckslegends.blogspot.fr,‎ mars 2008 (consulté le 31 août 2014)
  24. (en) « Vancouver Canucks 1991-92 hockey team player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 9 janvier 2012)
  25. (en) « 1991-92 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 janvier 2012)
  26. a, b, c et d Diamond 1998, p. 1233
  27. a et b Diamond 1998, p. 80
  28. (en) « 1992-93 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 janvier 2012)
  29. (en) « 1993-94 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 janvier 2012)
  30. Diamond 1998, p. 283
  31. (en) P. Anson, « Vancouver Canucks 2 @ New York Rangers 3 - 14-Jun-94 », sur Hockey Summary Project (consulté le 14 janvier 2012)
  32. (en) « Vancouver Canucks 1993-94 hockey team player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 janvier 2012)
  33. (en) John McGourty, « Linden heroic in 1994 Stanley Cup Final », sur NHL.com,‎ 15 décembre 2008 (consulté le 10 janvier 2012)
  34. (en) « 1994-95 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 janvier 2012)
  35. a, b, c et d (en) « Trevor Linden hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 28 octobre 2009).
  36. (en) « 1995-96 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 janvier 2012)
  37. (en) « Morrison's game milestone », sur www.canada.com (consulté le 10 janvier 2012)
  38. a et b NHL records 2010, p. 217
  39. (en) Michael McKinley, « Captain Vancouver », sur www.vanmag.com (consulté le 11 janvier 2012)
  40. a et b (en) « Trevor Linden - Game log - 1997-1998 », sur NHL.com (consulté le 14 janvier 2012)
  41. (en) Ed Willes, « Hockey; Gretzky In, Messier Out As Canada Picks Team », sur www.nytimes.com (consulté le 12 janvier 2012)
  42. (en) « Linden's limbo to end soon », sur slam.canoe.ca (consulté le 12 janvier 2012)
  43. « Canada - République Tchèque (20 février 1998) », sur www.hockeyarchives.com (consulté le 21 janvier 2012)
  44. NHL records 2010, p. 95
  45. Diamond 1998, p. 81
  46. (en) « New York Islanders 1998-99 hockey team player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 19 janvier 2012)
  47. NHL records 2010, p. 93
  48. (en) Tarik El-Bashir, « HOCKEY; Strapped Islanders Trade Linden To Montreal for a Draft Pick », sur www.nytimes.com,‎ 30 mai 1999 (consulté le 11 janvier 2012)
  49. NHL records 2010, p. 81
  50. (en) Gary Graves, « Linden glad to get second shot at Cup », sur www.usatoday.com (consulté le 11 janvier 2012)
  51. NHL records 2010, p. 137
  52. (en) « Canucks honour Linden, welcome Ducks », sur www.cbc.ca (consulté le 11 janvier 2012)
  53. (en) « Vancouver Canucks 2001-02 hockey team player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 19 janvier 2012)
  54. (en) « 2001-02 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 19 janvier 2012)
  55. (en) Associated Press, « Craighead will play for AHL club in Manitoba », sur static.espn.go.com (consulté le 11 janvier 2012)
  56. (en) Associated Press, « Kariya's goal in third allows Ducks to earn tie », sur sports.espn.go.com (consulté le 11 janvier 2012)
  57. (en) « Canucks win, Linden sets record », sur www.cbc.ca (consulté le 11 janvier 2012)
  58. (en) Associated Press, « Cloutier makes 23 saves in victory », sur sports.espn.go.com (consulté le 11 janvier 2012)
  59. (en) « Today in Canucks history - april », canucks.nhl.com (consulté le 20 janvier 2012)
  60. (en) David Marchak, « Vancouver Canucks vs. Detroit Red Wings », sur www3.telus.net (consulté le 20 janvier 2012)
  61. (en) « Linden lifts Canucks over Stars in Game 7 », sur www.cbc.ca (consulté le 11 janvier 2012)
  62. a et b (en) « Canucks re-sign Trevor Linden for 1 year », sur www.cbc.ca (consulté le 11 janvier 2012)
  63. a et b (en) The Vancouver Sun, « Retirement seems nearly certain for Linden », sur www.canada.com (consulté le 12 janvier 2012)
  64. (en) John Kreiser, « Linden was No. 1 in hearts of Canucks fans », sur canucks.nhl.com,‎ 16 juin 2008 (consulté le 12 janvier 2012)
  65. (en) « Sedin brothers star for Canucks in win over flames », sur www.tsn.ca (consulté le 12 janvier 2012)
  66. (en) « Linden announces retirement after 19 NHL seasons », sur www.tsn.ca,‎ 11 juin 2008 (consulté le 12 janvier 2012)
  67. (en) « Trevor Linden, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 26 décembre 2011)
  68. (en) « Canucks retire Trevor Linden's Number 16 », sur canucks.nhl.com (consulté le 17 janvier 2012)
  69. a et b (en) Adam Kimelman, « Linden handles role transition with class », sur canucks.nhl.com (consulté le 12 janvier 2012)
  70. (en) « Linden out as NHLPA president », sur www.cbc.ca (consulté le 12 janvier 2012)
  71. (en) Joe Lapointe, « Linden Tries to Salvage Something From Lockout », sur www.nytimes.com (consulté le 12 janvier 2012)
  72. a et b « Linden à la tête des Canucks », radio-canada.ca (consulté le 9 avril 2014)
  73. (en) « Vancouver Style Profile: Cristina Linden », sur www.basquiat.ca (consulté le 31 août 2014)
  74. (en) « Jamie Linden hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 12 janvier 2012)
  75. (en) The Vancouver Sun, « Life after hockey », sur www.canada.com (consulté le 12 janvier 2012)
  76. (en) « An Interview with "Cyclist" Trevor Linden », sur www.canadiancyclist.com (consulté le 12 janvier 2012)
  77. (en) « Mountain training keeps Linden, Gelinas at their peak », sur NHL.com (consulté le 12 janvier 2012)
  78. (en) Randi Druzin, « Linden made big contribution on and off ice », sur www.cbc.ca,‎ 17 décembre 2008 (consulté le 31 août 2014)
  79. (en) « Trevor Linden - Vancouver », sur www.protocol.gov.bc.ca (consulté le 12 janvier 2012)
  80. (en) « Olympic flame heats up Vancouver », sur www.cbc.ca (consulté le 12 janvier 2012)
  81. (en) « Appointments to the Order of Canada », sur www.gg.ca (consulté le 12 janvier 2012)
  82. « Trevor Linden - Statistiques », sur www.nhl.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard M. Lapp et Silas White, Local Heroes: A History of the Western Hockey League, Harbour Pub Co Ltd,‎ 1993, 240 p. (ISBN 978-1550170801)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998, 1879 p. (ISBN 978-0836271140)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 22 février 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.