Gédéon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gédéon (homonymie).
Gédéon
Gédéon remercie Dieu pour le miracle de la rosée, peinture (volet de retable) de Maarten van Heemskerck (Musée des beaux-arts de Strasbourg)
Gédéon remercie Dieu pour le miracle de la rosée, peinture (volet de retable) de Maarten van Heemskerck (Musée des beaux-arts de Strasbourg)
Titre
Cinquième juge d'Israël
Prédécesseur Débora
Successeur Abimelech (son fils naturel)
Biographie
Nom de naissance גדעון
Sépulture Ophra
Nationalité Israélite
Père Joas
Enfant(s) Abimelech (fils naturel)
70 fils de ses épouses légitimes, dont Jotham

Gédéon ou Gideon (en hébreu: גדעון - Guide'on), également connu sous le nom de Yeroubbaal (« Que Baal se défende ! »), est un personnage biblique du Livre des Juges (chapitres 6 à 8).

Il est fêté le 26 septembre[1].

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Le miracle de Gédéon[modifier | modifier le code]

Gédéon est appelé par Dieu pour vaincre les Madianites. Mais Gédéon demande des gages. Voici le récit, dans la formulation de la Bible Segond[2]:

« Gédéon dit à Dieu : Si tu veux délivrer Israël par ma main, comme tu l’as dit, voici, je vais mettre une toison de laine dans l’aire ; si la toison seule se couvre de rosée et que tout le terrain reste sec, je connaîtrai que tu délivreras Israël par ma main, comme tu l’as dit.
Et il arriva ainsi. Le jour suivant, il se leva de bon matin, pressa la toison, et en fit sortir la rosée, qui donna de l’eau plein une coupe.
Gédéon dit à Dieu : Que ta colère ne s’enflamme point contre moi, et je ne parlerai plus que cette fois : Je voudrais seulement faire encore une épreuve avec la toison : que la toison seule reste sèche, et que tout le terrain se couvre de rosée.
Et Dieu fit ainsi cette nuit-là. La toison seule resta sèche, et tout le terrain se couvrit de rosée. »

C'est ce « miracle », aussi appelé miracle de la rosée, qui est le sujet de nombreux tableaux, et aussi d'évocations dans les Biblia pauperum (bibles des pauvres), où il est évoqué en parallèle avec l'Annonciation et la Tentation d'Ève.

Victoire sur les envahisseurs[modifier | modifier le code]

Dieu ne souhaite pas que la victoire qu'il veut offrir aux Israélites sur leurs envahisseurs puisse être mal interprétée. Il fait renvoyer plus des deux tiers des troupes rassemblées par Gédéon puis il lui propose de faire un nouveau tri parmi ceux qui restent en ne choisissant que les hommes qui boivent l'eau dans leurs mains en lapant à la manière des chiens, et non ceux qui se mettent à genoux pour boire dans le fleuve. Il ne reste alors plus que 300 hommes sur les 22 000 qui avaient rejoint Gédéon.

Pendant la nuit, Gédéon s'infiltre dans le camp des Madianites et entend le rêve d'un des soldats (un pain d'orge qui roule dans le camp et renverse sa tente) et son interprétation par l'un de ses camarades (le camp livré par Dieu à l'épée de Gédéon). Lorsque les 300 Israélites lancent leur attaque à coups de trompettes, les Madianites sont pris de panique dans le camp et s'entretuent. Les survivants s'enfuient.

Gédéon appelle de nouveaux renforts des quatre tribus liguées. Les hommes de la tribu d'Éphraïm participent également à bloquer la fuite des Madianites et à capturer deux de leurs rois dont les têtes sont rapportées à Gédéon. Gédéon calme ainsi le ressentiment des Éphraïmites, laissés en dehors de la coalition contre les envahisseurs.

La petite troupe de Gédéon poursuit deux autres rois qui se sont échappés sur l'autre rive du Jourdain. Deux villes sur le chemin refusent d'approvisionner Gédéon. Après avoir rattrapé les deux rois et les avoir tués de sang-froid (ils étaient les assassins de ses frères), Gédéon revient dans ces deux villes et les détruit.

Fin du récit[modifier | modifier le code]

Après cette victoire, les Israélites demandent à Gédéon d’être leur roi. Il refuse, répondant que seul Dieu est leur guide. Le pays connait la paix pendant la durée de la vie de Gédéon.

Gédéon demande aux Israélites l’or du butin pris aux Madianites et il le fait fondre pour fabriquer un « Éphod » (objet d'or généralement porté par les prêtres israélites) qu'il expose dans son village mais qui finit par être adoré comme une idole par le peuple d'Israël.

Gédéon prend de nombreuses femmes d'origines diverses et a 70 fils. Parmi eux, Abimelech se proclamera roi à Sichem. À la mort de Gédéon, le peuple replonge dans le culte de Baal et oublie Dieu et la délivrance réalisée par le biais de la famille de Gédéon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens vers le récit biblique[modifier | modifier le code]

Livre des Juges :

  • Chapitre 6 Visite de l'ange, destruction de l'autel de Baal, miracles de la toison.
  • Chapitre 7 Tri des combattants, destruction du camp de Madian.
  • Chapitre 8 Poursuite des ennemis, fin de la vie de Gédéon.

Notes et références[modifier | modifier le code]