Saint-Georges-sur-Eure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Georges-sur-Eure
Église Saint-Georges de Saint-Georges-sur-Eure
Église Saint-Georges de Saint-Georges-sur-Eure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Courville-sur-Eure
Intercommunalité Chartres Métropole
Maire
Mandat
Christine Goimbault
2014-2020
Code postal 28190
Code commune 28337
Démographie
Population
municipale
2 448 hab. (2011)
Densité 159 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 06″ N 1° 21′ 34″ E / 48.4183333333, 1.35944444444 ()48° 25′ 06″ Nord 1° 21′ 34″ Est / 48.4183333333, 1.35944444444 ()  
Altitude 146 m (min. : 141 m) (max. : 165 m)
Superficie 15,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte administrative de Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-Eure

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique de Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-Eure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-Eure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-Eure

Saint-Georges-sur-Eure est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Saint-Georges-sur-Eure et des communes limitrophes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Georges-sur-Eure (Eure-et-Loir).svg

Les armoiries de Saint-Georges-sur-Eure se blasonnent ainsi :

D'argent à saint Georges contourné de carnation, armé de pied en cap de sable, le manteau voltigeant de gueules, sur son cheval au naturel harnaché de sable et sellé d'azur, terrassant de sa lance d'argent un dragon de sinople lampassé de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 448 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
650 584 595 621 648 622 625 657 690
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
700 782 750 720 772 776 787 802 815
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
806 801 771 722 755 808 933 884 874
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
996 1 233 1 734 2 039 2 254 2 445 2 534 2 448 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Georges[modifier | modifier le code]

Une histoire de plus de 1 700 ans[modifier | modifier le code]

C'est au IVe siècle qu'un oratoire en l'honneur de saint Georges (martyrisé vers l'an 303) fut édifié. Deux siècles plus tard, une chapelle remplaçant l'oratoire fut construite par les moines de l'abbaye de Saint-Père en vallée à Chartres. Cette abbaye était située derrière l'église Saint-Pierre, sur l'actuel emplacement du lycée Marceau.

Au cours du XIIIe siècle, entre 1250 et 1270, la chapelle fait place à une église. La paroisse - qui deviendra plus tard la commune - de Saint-Georges est constituée et devient le chef-lieu d'une seigneurie du chapitre de Chartres. L'église figea son architecture, telle que nous la connaissons aujourd'hui, au XVIe siècle vers 1500, lors de son agrandissement par la construction de la chapelle Sud.

Un portail classé au patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Georges-sur-Eure se caractérise principalement par une absence d'homogénéité architecturale; résultat d'une construction échelonnée en plusieurs tranches et à plusieurs époques. Une architecture ogivale a toutefois tendance à se démarquer, mais sans vraiment de caractère très net.

L'ensemble de la construction de forme rectangulaire (33 mètres sur 15,50 mètres) est composé de pierres de grisons pour les piliers et de silex, vraisemblablement trouvés sur le territoire de la commune, pour le bâti des côtés Nord et Est. Le côté Nord donnant sur l'actuel presbytère. Les côtés Sud et Ouest, représentés respectivement par la porte latérale (Sud) et par la grande porte principale (Ouest), sont construits en pierre de taille provenant des carrières de Berchères.

La porte latérale, édifiée vers l'an 1542, est classée par les Beaux-Arts. Cette dernière est composée de plusieurs sculptures, dont un St Georges à cheval terrassant le dragon. Le classement de cette porte au patrimoine des Beaux-Arts impose actuellement un respect de certaines règles de construction et de rénovation dans un rayon de 500 mètres autour de l'église.

Le côté Sud, outre sa porte classée, mérite une attention toute particulière car très peu d'églises sont construites sur ce modèle. En effet, chaque vitrail est surmonté d'un pignon orné de fleurons et de gargouilles. Ces pignons sont au nombre de quatre.

La visite intérieure de la bâtisse fait ressortir deux parties de styles et d'époques différents. La première, et la plus haute, est la grande nef datant du XIIIe siècle, constituée d'une voûte en berceau, lambrissée et soutenue par de grosses poutres en chêne. La seconde partie, plus basse, est la nef latérale, construite au XIVe siècle et surmontée d'une voûte d'ogives. De nombreux éléments à l'intérieur de cette église méritent une petit coup d’œil, comme la statue en bois de saint Georges terrassant le dragon. Notons également la présence, au fond de l'église, d'un orgue plutôt imposant dont la vocation première n'est pas la musique, mais la décoration. En effet, cet orgue est tout simplement... factice.

Le clocher[modifier | modifier le code]

L'actuel clocher, qui n'est pas l'original, a été construit en 1927 afin de remplacer l'ancien qui était dans un état de délabrement complet. L'ancien clocher comportait une horloge à un seul cadran. L'actuel clocher, comme l'ancien, repose sur une tour du XVIe siècle qui n'a jamais été achevée.

La place ceinturant aujourd'hui l'église et la salle des fêtes fut, jusqu'en 1920, la localisation du cimetière communal avant que ce dernier ne soit déplacé vers son emplacement actuel.

Depuis 2013, date des travaux de rénovation des abords de l'église, il est désormais possible de faire le tour complet de l'église et de se promener dans l'ancien jardin du presbytère, devenu public.

Collatéral Sud.

Verrière n° 12. Début XVIe s. XXe s. Composition. 3 lancettes plein cintre ; tympan à 2 ajours. Hauteur : 2 m 50 ; largeur : 2 m 10. Fragments : bordures, architecture, têtes, partie d’un saint portant une épée, début XVIe s.

Chœur.

Verrière n° 4. Arbre de Jessé. Début XVIe s. XXe s. Composition. 3 lancettes trilobées ; tympan à 5 ajours. Hauteur : 4 m ; largeur : 2 m. Lancette centrale. Roi XVIe s., au milieu de la vitrerie losangée XXe s. Ce fragment appartenait à l’Arbre de Jessé, dont le marquis Charles d’Alvimare de Feuquières soulignait le mauvais état en 1889. Hauteur : 20 cm ; largeur : 15 cm.

Le collatéral Sud de l’église Saint-Georges de Saint-Georges-sur-Eure est inscrit sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques : arrêté du 13 juillet 1926.

La stèle Jean Moulin[modifier | modifier le code]

À La Taye, devant le cabanon où ce dernier a été torturé.

L'étang de Saint-Georges-sur-Eure[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1926 1965 Paul Thieullet   - style="vertical-align: top" 1965 1978 Raymond Bataille   - style="vertical-align: top" 1978 1995 James Manceau   - style="vertical-align: top" 1995 2001 Claude Lormeau DVG - style="vertical-align: top" 2001   Christine Goimbault DVD - style="vertical-align: top"         }
v · d · m
Communes du canton de Courville-sur-Eure
Billancelles · Chuisnes · Courville-sur-Eure · Dangers · Fontaine-la-Guyon · Fruncé · Landelles · Le Favril · Mittainvilliers · Orrouer · Pontgouin · Saint-Arnoult-des-Bois · Saint-Denis-des-Puits · Saint-Georges-sur-Eure · Saint-Germain-le-Gaillard · Saint-Luperce · Vérigny · Villebon