Briconville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Briconville
Carte de Briconville et des communes limitrophes
Carte de Briconville et des communes limitrophes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Chartres-Nord-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chartres métropole
Maire
Mandat
Fabrice Gouin
2014-2020
Code postal 28300
Code commune 28060
Démographie
Population
municipale
129 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 42″ N 1° 23′ 19″ E / 48.5283, 1.388648° 31′ 42″ Nord 1° 23′ 19″ Est / 48.5283, 1.3886  
Altitude Min. 162 m – Max. 195 m
Superficie 6,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Briconville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Briconville

Briconville est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’argent aux trois chevronnels accompagnés de deux croissants en chef et d’une croisette ancrée en pointe, le tout de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean-Louis Philippe SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 129 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
109 118 122 149 128 133 110 103 102
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
101 99 98 87 92 92 106 99 107
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
94 100 87 100 87 95 86 73 66
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
59 44 50 78 93 112 113 129 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Sulpice.

Briconvilla, vers 1272 (Pouillé de Sens) ; Briconvilla, 1351 (Pouillé de Sens) ; Sanctus Sulpicius des Gueretz, vers 1272 (Pouillé de Sens) ; Briconvilla, alias Sanctus Sulpicius des Gueretz, patronus Archidiaconus Carnotensis, fin XVe s. (Pouillé de Sens) ; Le 9 février 1731, le corps de messire René Du Hamel, vivant curé de cette paroisse, a été inhumé dans le coeur de cette église [de Briconville], âgé d'environ 45 ans, en présence de MM. les curez de Berchères-la-Maingot, Challet, Saint-Germain, Poivillier, Vérigny, Dangers, les vicaires de Clévillier, Fresnay, et autres amis et habitans (Archives Communales de Briconville) ; Le 2e jour d'octobre 1734, a été inhumé dans le chœur de l'église de Saint Sulpice des Guéretz messire Pierre Renoult, curé de Briconville, en présence du curé et du vicaire de Bailleau l'Évêque et de maitre Mathieu Lhermite, vicaire de Clévilliers. Signé : Lebreton ; M. Lhermitte, vicaire ; G. Picard ; Bonnet ; F. Lapérière (Archives Communales de Briconville) ; Cure Saint Sulpice de Briconville, présentateur : le grand archidiacre [de Chartres], 1738 (Pouillé de Chartres) ; L’Ancienne Église, 1811 (Cadastre) ; L’Église, 1931 (Cadastre).

Le pouillé indique 2 paroisses au XIIIe s., réunies dans celui fin XVe s. Jusqu'en 1667, les baptêmes, mariages et sépultures sont indiqués comme faits dans l'église de Saint-Sulpice-des-Guérets ou autrement Briconville. L’église de Briconville reprit le nom du patron de celle des Guérets. D’où l’ambigüité. L’Église Saint-Sulpice des Guérets, chef-lieu de la paroisse, dut se déplacer d’environ 1 km, car elle se trouvait sur le tracé d’un ouvrage annexe de l’aqueduc de Maintenon.

Article détaillé : Canal de l'Eure ou canal Louis XIV.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :