Gérson de Oliveira Nunes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gerson et Nunes.
Gérson
Gérson de Oliveira Nunes.jpg
Gérson de Oliveira Nunes en 1963
Biographie
Nom Gérson de Oliveira Nunes
Nationalité Drapeau : Brésil Brésil
Naissance 11 janvier 1941 (73 ans)
Lieu Niterói, Brésil
Taille 1,73 m (5 8)
Poste Milieu offensif
Parcours junior
Saisons Club
1958 Drapeau : Brésil Canto do Rio FC
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1959-1963 Drapeau : Brésil CR Flamengo 153 (80)
1963-1969 Drapeau : Brésil Botafogo FR 243 (96)
1969-1972 Drapeau : Brésil São Paulo FC 075 (11)
1972-1974 Drapeau : Brésil Fluminense FC 057 0(4)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1960 Drapeau : Brésil Brésil olympique 003 0(4)
1961-1972 Drapeau : Brésil Brésil 070 (14)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Gérson de Oliveira Nunes, connu sous le nom de Gérson, né le 11 janvier 1941 à Niterói dans l’État de Rio de Janeiro, est un footballeur international brésilien.

Il a remporté de nombreux trophées avec les clubs de Flamego, Botafogo, São Paulo et Fluminense, et connaît son heure de gloire avec l’équipe du Brésil de football en remportant la Coupe du monde 1970 au Mexique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Gérson nait et grandit dans la ville de Niterói, située à l’Est de la baie de Guanabara, en face de Rio de Janeiro. Jeune il est surnommé papagaio (en français : « le perroquet ») car il parle beaucoup. Il garde le surnom pendant toute sa carrière, de nombreux coéquipiers s’adressant à lui par cet intermédiaire. Son père et son oncle sont des footballeurs professionnels à Rio. Son père est notamment proche de Zizinho, vedette du Flamengo et de la sélection, considéré comme l'un des plus grands footballeurs brésiliens avant Pelé. Quand Gérson annonce à sa famille qu’il veut devenir footballeur professionnel, son entourage ne s'y oppose donc pas[1].

En 1959, à 18 ans, il rejoint Flamengo, l'un des principaux clubs de Rio. Ses modèles sont les milieux de terrain Zizinho et Jair, ou encore Danilo Alvim de Vasco da Gama, mais son style se rapproche davantage de celui de Didi, autre footballeur fameux des années 1950, dont il est bientôt présenté comme le successeur : il allie une bonne technique balle au pied, une frappe du pied gauche particulièrement puissante et une grande habilité à diriger le jeu.

Carrière en club[modifier | modifier le code]

En 1963, alors qu'il est depuis plusieurs saisons un joueur majeur de Flamengo, il décide de ne pas renouveler son contrat et rejoint Botafogo. La lourde défaite en finale du championnat de Rio de Janeiro de 1962 face au club noir et blanc (0-3), au cours de laquelle il eut l'impossible tâche de marquer Garrincha, semble avoir joué dans sa décision de rejoindre une équipe qui rassemble plusieurs des meilleurs joueurs du Brésil (Garrincha, Didi, Nilton Santos, Mário Zagallo et Quarentinha notamment).

Avec Botafogo, Gérson remporte le Tournoi Rio-São Paulo en 1964 et 1965, le championnat de Rio en 1967 et 1968, et en 1968 la Taça Brasil (en français : « Coupe du Brésil »), considérée alors comme la plus prestigieuse des compétitions brésiliennes.

En 1969 il change d’État et signe au São Paulo FC, avec lequel il remporte le championnat de São Paulo en 1970 et 1971. Il termine sa carrière dans le club de son cœur, Fluminense, entre 1972 et 1974. Il y remporte pour la dernière le championnat de Rio en 1973.

Carrière en sélection[modifier | modifier le code]

Dès sa première saison professionnelle à Flamengo, il est repéré et appelé en sélection « amateur » pour les Jeux panaméricains de 1959 à Chicago[2]. Un an plus tard, il est du voyage pour les Jeux olympiques de Rome où il inscrit quatre buts en trois matchs mais ne peut empêcher l'élimination précoce du Brésil face à l'Italie[3],[4].

L'année suivante il fait ses débuts en équipe nationale. Appelé par le sélectionneur Aymore Moreira pour la Coupe du monde de football de 1962, aux côtés de Garrincha, Pelé et Didi notamment, il doit déclarer forfait pour une blessure au genou qui nécessite une chirurgie[1].

Gérson participe à la Coupe du monde 1966 en Angleterre, mais n'y joue qu'un match au sein d'une sélection qui déçoit et se trouve éliminée prématurément. Quatre ans plus tard il est titulaire dans l'équipe du Brésil qui gagne la Coupe du monde 1970 au Mexique. Gérson est un des principaux artisans de la victoire en finale contre l'équipe d'Italie, où il redonne l'avantage à son équipe en deuxième mi-temps d'une lourde frappe du pied gauche[5]. Il est considéré comme le meilleur meneur de jeu et passeur du tournoi, au sein d'une sélection (Pelé, Rivellino, Jairzinho, etc.) restée célèbre pour son niveau de jeu.

Quand il prend sa retraite internationale en 1972, il compte 70 sélections et 14 buts, dont celui inscrit contre l'Italie lors de la Coupe du monde 1970.

Reconversion[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, Gérson va accepter de faire de la publicité pour une marque de cigarettes, au cours de laquelle il dit « Gosto de levar vantagem em tudo » (en français : « J'aime prendre profit de tout »). Cette publicité, qu'il dira regretter, lui sera longtemps reprochée et prise en modèle pour lutter contre l'opportunisme supposé des Brésiliens. L'épisode est connu comme la Lei de Gérson (pt) (en français : « loi de Gérson »)[6].

Gérson en 2008.

Il devient un commentateur réputé dans les médias, sur Radio Globo notamment. Il gère également une école de football, et participe à plusieurs projets sportifs, notamment à Niterói, sa ville natale où il vécu la majeure partie de sa vie.

En 2004, il est oublié par Pelé dans la liste FIFA 100 des 125 meilleurs footballeurs de l'histoire, ce qu'il lui reproche publiquement à la télévision en pointant notamment le grand nombre de Français dans la liste[7].

Statistiques individuelles[modifier | modifier le code]

Le parcours en club de Gérson est le suivant[8],[9] :

En équipe du Brésil il compte 70 sélections et 14 buts[10].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Brésil
CR Flamengo
Botafogo FR
São Paulo FC
Fluminense FC

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) The Beautiful Team, In Search of Pele And The 1970 Brazilians by Garry Jenkins, Simon & Schuster, London, 1998. ISBN 0-684-81955-4
  2. (en) "Panamerican Games 1959 (Chicago)", RSSSF
  3. (en) "XVII. Olympiad Rome 1960 Football Tournament", RSSSF
  4. Statistiques de Gérson, FIFA.com
  5. [vidéo] Gerson met le Brésil sur orbite, FIFA.com
  6. (pt) Viva a lei de Gérson!, Superinteressante
  7. (en) How the Guardian ranked the world's top 100 footballers, theguardian.com, 20 décembre 2012
  8. Gérson, Who's who in football of Argentina and Brazil
  9. Statistiques de Gérson, footballdatabase.eu
  10. Fiche de Gérson, national-football-teams.com