Rapanui (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rapa Nui.

Rapanuis

Populations significatives par région
Drapeau du Chili Chili 5 682
Population totale 5 682
Autres
Langues

Rapanui

Les Rapanuis constituent l'ethnie polynésienne vivant dans l'Île de Pâques. Ils parlent la langue rapanui.

Histoire[modifier | modifier le code]

La population pascuane autochtone (venue, semble-t-il, de Hiva aux Marquises) a été quasiment exterminée en 1862, lorsque accosta une flotte d'esclavagistes venant du Pérou. Après avoir attiré les insulaires - grands amateurs de musique - en jouant de l'accordéon, ils en ont capturé environ 1 500, qui ont presque tous péri de mauvais traitements sur les îles Chincha en y extrayant le guano. Comble de l'horreur : la poignée de survivants, rapatriés grâce aux pressions des missionnaires et du consul de France à Lima, propagèrent une épidémie de variole, manquant d'exterminer le reste de la population. À partir de 1864, les colons français installés dans l'île de Pâques, comme Dutrou-Bornier, commencèrent à faire venir de Rapa, dans l’archipel des Australes en Polynésie française, des ouvriers agricoles pour travailler dans les plantations et les élevages. C'est pourquoi les autochtones actuels se dénomment enata Rapa-nui (« peuple de la Grande Rapa ») et n'ont d'ailleurs pas oublié leurs racines en partie rapanaises, d'autant que, jusqu'en 1911, la mission catholique de l'île de Pâques dépendait du vicariat de Tahiti. Dans les années 1870, il n'y avait que cent onze Rapanuis, issus de trente-six familles, en majorité rapanaises. La tragédie des Rapanuis a continué quand les autorités chiliennes eurent annexé l'île en 1888 : elles la louèrent à des planteurs et éleveurs anglais, confinant les « indigènes » dans le village d'Hanga Roa, cerné de barbelés[1]. Ce n'est qu'à la fin du XXe siècle que les barbelés furent enlevés et que les Rapanuis devînrent des citoyens chiliens de plein droit, libres de circuler dans leur île et d'y exploiter ou louer eux-mêmes leurs propriétés.

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Les Rapanuis constituent, à ce jour, 60 % de la population de l'île, le reste étant constitué de Chiliens venus du continent, mais aussi de personnes d'origine européenne, chinoise ou d'autres pays du Pacifique. Le nombre des Rapanuis est estimé à 5 682, dont 3 304 sur l'île même (recensement de 2002) et 2 378 vivant au Chili continental. Sur l'île, presque tous vivent à Hanga Roa ; sur le continent, un quart habite la capitale Santiago, un autre quart à Valparaiso et le reste dispersés dans le reste du pays.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Métraux, Introduction à la connaissance de l'Ile de Pâques, éditions du Muséum national d'histoire naturelle, Paris 1935, relatant les résultats de l'expédition franco-belge de Charles Watelin en 1934.