Plasturgie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jusqu'en 1870, les boules de billard étaient en ivoire. Le celluloïd, puis des plastiques plus performants, remplacèrent ensuite définitivement l'ivoire.

La plasturgie est l'industrie de transformation des matières plastiques. Le terme est dérivé de « plastique », associé au suffixe « -urgie » (du grec -ourgos, de ergon : travail, production).

Histoire[modifier | modifier le code]

La plasturgie est une industrie relativement neuve si on la compare aux autres industries telles que la sidérurgie.

Tout a commencé en 1870 suite à un concours visant à remplacer l'ivoire, de plus en plus cher, des boules de billard. Ce sont les frères Hyatt qui en utilisant le nitrate de cellulose ont contribué à la naissance de la plasturgie[1].

Dès 1930, les laboratoires américains et allemands commencent à créer de nouvelles matières telles le polyméthacrylate de méthyle (PMMA) (plexiglas) en 1928 et le polycarbonate (PC) en 1953.

La grande adaptabilité (légèreté, solidité, déformabilité, facilité de nettoyage) des matières plastiques dans de nombreux domaines a contribué au développement de cette industrie dans la seconde moitié du XXe siècle. Celle-ci s'est appuyée initialement sur l'exploitation des produits dérivés du pétrole. Actuellement, la R&D dans cette branche se tourne vers d'autres sources de matière première telles le maïs ou le colza. Des recherches sont développées également en direction d'un meilleur respect de l'environnement (biodégradabilité).

Techniques[modifier | modifier le code]

On distingue deux types de matière plastique : les matières thermoplastiques et thermodurcissables.

Thermoplastiques[modifier | modifier le code]

Ces matières sont transformées couramment par les procédés suivants :

Thermodurcissables[modifier | modifier le code]

Les principaux procédés de transformation des matières thermodurcissables sont les suivants :

Domaines d'activité[modifier | modifier le code]

Emballage, BTP, automobile[modifier | modifier le code]

  • En Europe, le plastique est le premier matériau utilisé pour l'emballage avec comme premier client le secteur agroalimentaire (65 % des débouchés en Europe). L'emballage représente 35 % des débouchés de la plasturgie. La France est leader devant l'Allemagne.
  • Le BTP, second marché de la plasturgie, représente 20 % des débouchés. On trouve des films pour l'imperméabilisation, des isolants, des profilés de fenêtres, des revêtements de sol, etc.
  • L'automobile représente 10 % des débouchés de la plasturgie. La France et l'Allemagne sont leaders sur ce marché. Le poids du plastique est passé de 3 % jusqu'à 17 % entre 1974 et 2000, générant 7 % d'économie de carburant soit 12 millions de tonnes de pétrole par an pour l'Europe et 30 millions de tonnes de CO2 en moins.

Médecine, sports et loisirs[modifier | modifier le code]

L'industrie européenne de la plasturgie doit sans cesse faire preuve d'innovation. Ainsi, dans le domaine médical, les plastiques entrant dans la composition de certaines prothèses sont nettement plus performants que d'autres matériaux.

La plasturgie en Europe[modifier | modifier le code]

En 2002, l'industrie de la plasturgie européenne a réalisé un chiffre d'affaires de 140 milliards d'euros. Les deux tiers des débouchés sont constitués par l'emballage, le bâtiment et l'automobile.

Actuellement, l'Europe est au 3e rang mondial pour la production de plastiques, après l'Asie et les États-Unis.

La plasturgie en France[modifier | modifier le code]

Au niveau mondial en 2008, la France se situe au 7e rang pour la production des plastiques avec (4,7 % des parts de marché), les deux premiers étant l'Allemagne (avec 14,1 % des parts de marché) et la Chine (avec 11 %).

Au niveau européen, la France se situe au 2e rang, juste après l'Allemagne. On compte plusieurs pôles majeurs en France : l'un est situé à Oyonnax (Ain) avec le Pôle européen de plasturgie (PEP) et la Plastics Vallée, un autre en Alsace-Lorraine avec le Pôle de plasturgie de l'Est et Plastinnov[2].

Le pôle de plasturgie d'Alençon est considéré comme le 2e en France en importance[3].

La plasturgie est également présente dans les territoires d'outre-mer avec près d'une centaine d'entreprises[4].

Le chiffre d'affaires pour 2006 est de 29,6 milliards d'euros pour 5,3 millions de tonnes transformées. Le nombre d'entreprises françaises dans le secteur est de 3 750 pour un effectif de 151 800 employés[5].

En Basse-Normandie se trouve l'Institut supérieur de plasturgie d'Alençon (ISPA) qui est la seule école française uniquement axée sur la plasturgie[6].

Métiers[modifier | modifier le code]

La multiplicité des techniques de fabrication réclame du personnel dans de multiples compétences. La plasturgie recrute des personnels du niveau CAP au diplôme d'ingénieurs. Les formations intermédiaires sont le BEP, le bac professionnel plasturgie, le BTS Europlastique, la licence professionnelle PI (Production industrielle) et la licence professionnelle plasturgie et matériaux composites.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]