Pierre Mailloux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Mailloux, né le 14 janvier 1949 à Normandin au Québec, médiatiquement connu comme Doc Mailloux, est un psychiatre spécialisé en traitement de schizophrénie sévère, animateur de radio, expert médico-légal et commentateur médiatique tant à la radio qu'à la télévision québécoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2010). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Pierre Mailloux est un psychiatre qui travaille principalement auprès des patients atteints de schizophrénie réfractaire aux traitements. En dehors du travail, il aime s'occuper de sa terre et de ses chevaux. Son père était commerçant d'animaux. Pierre Mailloux dit retenir de son père pour sa manière de s'exprimer (franc-parler, pensée critique).

Tout en étant très critique, Pierre Mailloux étudie la médecine à l'Université Laval à Québec et obtient un certificat de psychiatrie à l'Université McGill à Montréal.

Pendant un moment, il sert dans l'armée canadienne en tant que psychiatre.

À partir de 1975, il travaille auprès des délinquants sexuels. Son expérience l'a souvent mené à témoigner comme expert dans des procès. Le cas de Denis Lortie (tuerie de l'Assemblée Nationale) a été le plus médiatisé.

En septembre 1988, il est victime d'un accident de la route et se fait arracher une jambe par un chauffard alors qu'il aide deux femmes dont l'auto était en panne au bord de la route.

Pierre Mailloux affirme que par delà l'amputation de la jambe suite à un accident routier, le drame de sa vie fût le décès de sa première fille (syndrome de mort spontanée du nourrisson).

Il se fait d'abord remarquer lorsqu'invité comme expert témoin au procès de Denis Lortie, en 1985 Dr Mailloux diagnostique l'accusé comme psychotique au moment des faits. Seul contre 7 expertises contraires, il parviendra néanmoins à faire en sorte que son diagnostic soit finalement retenu.

Il obtient ensuite une grande popularité au Québec en animant, à la radio CKAC à Montréal, l'émission Un psy à l'écoute, renommé Deux psy à l'écoute, de septembre 1995 à août 2002 puis Doc Mailloux et, à compter du 25 janvier 2007, sous le nom de Mailloux à l'écoute étant donné sa radiation provisoire. Suite au changement de vocation de CKAC (qui devient sportive), Mailloux à l'écoute prend fin le vendredi 30 mars 2007.

Il a répondu à beaucoup d'entrevues et participé à plusieurs émissions de télévision. À TQS (renommé V), il a été invité à L'Avocat du Diable, Caféine, Dutrizac, Le Grand Journal, Pourquoi avec Jean-Luc Mongrain, Gauthier, Loft Story, Vie de Couple et l'émission du midi avec André Arthur. Pour TVA/LCN, il a participé au Grand Journal, à l'émission de Denis Lévesque, l'émission du midi de François Paradis, Taxi 0-22 et Deux Filles le Matin. Pour Radio Canada, il a été invité à Tout le monde en Parle, au bulletin de nouvelles, à l'émission de Simon Durivage et finalement Les Bougon. Il a aussi participé à l'émission des Franc-Tireurs à Télé-Québec et a été interviewé pour sa biographie à Canal D. Canal D a également présenté le 10 septembre 2009 une émission spéciale sur la saga du Doc Mailloux avec le Collège des médecins.

Pierre Mailloux est aussi reconnu pour ses entrevues à la radio. Il a participé à plusieurs émissions comme par exemple à Radio X, 98,5 FM, CHEQ-FM, Radio-Canada, CJMF-FM, GO FM, CKAC ou RadioPirate de Jeff Fillion.

Sans oublier ses entrevues dans les journaux (ex: Le Nouvelliste) et magazines (ex: Loft Story). Le Doc Mailloux a souvent été imité (ex : le Bye-Bye à Radio-Canada) ou dessiné en caricature dans les journaux.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Pour la castration volontaire des pédophiles (2001, ISBN 2890057615), Au secours des femmes (2001, ISBN 2764005520), Pour l'amour des enfants : Non aux châtiments corporels! (2002, ISBN 2922572986), Pour élever ses enfants : Prière de ne pas les rabaisser... (2006, ISBN 2895621071).

Le Docteur Mailloux a également présenté plusieurs conférences à travers le Canada, dont au Clarke Institute of Psychiatry à Toronto. Il est en effet l'un des deux seuls médecins québécois à y avoir été invité. Il a aussi été invité dans plusieurs universités québécoises dans les années 2012-2014, pour faire partie de conférences et forum de dicussion.

Au cours des dernières années (2012), Mailloux a été invité à l'émission « Le Show Tard » de Radio X. En 2014, il est collaborateur avec RadioYves hebdomadairement.

Après la sortie de sa bibliographie « La Paradoxe » en 2012, un nouveau livre est actuellement en préparation pour Pierre Mailloux (2014).

En 2013, Mailloux amène le débat sur la place publique de décrocher le crucifix du Palais de Justice de Trois-Rivières.

Radiations provisoires cumulées[modifier | modifier le code]

Première radiation[modifier | modifier le code]

Le 25 janvier 2007, il est radié provisoirement du Collège des médecins du Québec en attendant que le Comité de discipline de l'ordre se penche sur deux constats d'infraction selon lesquels il aurait prescrit de manière abusive des anti-psychotiques à deux de ses patients. Il a pu cependant poursuivre l'animation de son émission, cette activité n'étant pas considérée comme un acte médical.

Le 16 février 2007, la station CKRS-FM du groupe Corus, à Saguenay, décide de se porter à la défense de Pierre Mailloux. Une pétition mise de l'avant par CKRS et une de ses auditrices est expédiée au Collège des médecins du Québec. Les signataires demandent au Collège des médecins du Québec de permettre à Pierre Mailloux d'exercer sa profession de psychiatre jusqu'à l'audition de sa cause devant le comité de discipline.

Le 5 avril 2007, la juge Louise Provost du Tribunal des professions suspend la décision du Collège des médecins radiant Pierre Mailloux. Selon la Presse canadienne, reprenant une nouvelle de TQS, la "juge écrit que l'étendue du préjudice irréparable que subit Pierre Mailloux est flagrante. Elle estime que la cause doit être entendue sur le fond"[1].

En novembre 2009, « le Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec [...] le déclare coupable de 13 des 14 chefs dont il était accusé »[2]. Selon les experts appelés à témoigner, Pierre Mailloux aurait posé « des diagnostics intempestifs », aurait prescrit « des médications inadéquates, souvent à des doses dépassant les normes établies », compromettant la santé des patients. Mailloux aurait également « réclamé des honoraires injustifiés » pour des services couverts par le régime d'assurance maladie du Québec[3].

En février 2010, le Collège des médecins a précisé ses intentions. Il entend demander « la radiation du Dr Pierre Mailloux pour un an, des amendes totalisant 23 000 $ et une interdiction permanente de pratiquer auprès d'enfants »[4]. Les amendes proposées concernent aussi « des propos qu'il a tenu » sur les Noirs[4].

Hésitations du Collège[modifier | modifier le code]

À la fin de février, il est condamné. Après avoir épuisé ses recours, le jugement est confirmé à la fin mars 2011[5],[6]. À partir du 1er avril, il est radié pour deux ans de la profession et doit verser 33 000 $ d'amende[6]. Toutefois, en mai 2011, le tribunal des professions retire la condamnation et permet au Docteur Mailloux de continuer à pratiquer[7].

Deuxième radiation[modifier | modifier le code]

En octobre 2012, le Collège des médecins annonce avoir radié le doc pour une durée de 2 ans, soit 24 mois, pour avoir prescrit des doses exagérées de médicaments[8].

Troisième radiation[modifier | modifier le code]

Le 16 octobre 2012, le Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec a radié le psychiatre Pierre Mailloux « pour cinq ans à la suite des propos qu’il a tenus à l’émission Tout le monde en parle en 2005 au sujet du quotient intellectuel des Noirs et des Amérindiens »[9]. Cette sanction s’ajoute aux deux précédentes liées à des doses massives de médicaments prescrites à des patients, portant ainsi à huit le nombre d’années de radiation qui sont imposées au psychiatre.

« Le Conseil souhaite ardemment que cette période de radiation temporaire permette à l’intimé de procéder à une introspection sérieuse de son comportement[9]. »Toutefois, « Pierre Mailloux n’éprouve aucun regret [et] entend bien contester la décision du Conseil de discipline[9]. »

Mailloux est de retour en pratique comme psychiatre auprès des adultes et personnes âgées (1er mai 2014).

Controverses impliquant Pierre Mailloux[modifier | modifier le code]

Allégations de racisme[modifier | modifier le code]

Lors de l'émission télévisée Tout le monde en parle (diffusée le 25 septembre 2005 sur les ondes de la société Radio-Canada), M. Pierre Mailloux est confronté à une de ses déclarations antérieures relative au quotient intellectuel moyen des Afro-Américains du Sud des États-Unis. Selon sa compréhension de cette étude portant sur les quatre principaux groupes ethniques des États-Unis, il serait démontré que certains groupes ont des quotients intellectuels moyens supérieurs ou inférieurs lorsque comparés aux autres. Ce fait viendrait selon le docteur Mailloux du temps de l'esclavage, où les maîtres assassinaient les esclaves trop futés pour pouvoir contrôler le reste des esclaves. Il désigne sa théorie sous le nom de « sélection artificielle ».

Peu de temps après la diffusion de l'émission, il est accusé dans l'opinion publique de faire référence au livre The Bell Curve qui a été l'objet de controverses aux États-Unis. Il répliquera qu'il se basait plutôt sur les études de Suzuki et Gutkin[10].

Le 31 août 2007, une psychiatre affirme durant son procès que les études citées à l'émission « Tout le monde en parle » n'étaient pas nécessairement erronées, mais ne reflétaient pas les faits dans leur contexte[11]

Entrevue à Télé-Québec[modifier | modifier le code]

En 2007, lors d'une entrevue accordée à Richard Martineau pour l'émission Les Franc-tireurs, il tient à nouveau des propos controversés. Télé-Québec décide finalement de ne pas diffuser l'émission à cause de la gravité de ces propos. [1]. Selon des journalistes qui auraient entendu l'entrevue, Pierre Mailloux y associerait notamment le comportement de Janet Jackson lors du scandale du Nipplegate avec les rituels tribaux africains, prônerait l'idée de stérilisation des pauvres et des déficients intellectuels et affirmerait que les femmes sont inférieures aux hommes dans plusieurs domaines, dont la médecine. Comme par exemple, à l'urgence, lorsqu'il y a une forte pression. Toutefois, il mentionne également que les femmes sont mieux placées que les hommes dans certains autres domaines de la médecine.

De plus, au cours de la journée du 20 mars 2007, sur les ondes de LCN, il est invité à commenter la décision de Télé-Québec de ne pas diffuser l'entrevue des Francs-tireurs et à commenter la fin de sa collaboration à l'émission Deux filles le matin diffusée à TVA. Il poursuit lors de l'émission L'avocat et le diable de TQS après s'être fait demander par Nicole Léger d'être vouvoyée. Par la suite, il fait une sortie orageuse sur les ondes du 98,5 FM[12].

Déclarations sur le Saguenay[modifier | modifier le code]

En septembre 2007, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, un catholique, dépose un mémoire à la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, déclarant qu'il n'y avait « aucune raison de cesser la prière avant la séance du conseil municipal ou d'enlever le crucifix de l'hôtel de ville, comme cela a été demandé à Saguenay » et que « l'avortement demeure un crime et un meurtre »[13]. Sur les ondes de GO FM en Abitibi-Témiscamingue, Pierre Mailloux déclare qu'avoir un « maire aussi taré » est problématique pour les gens de Saguenay, peuplée selon lui d'un grand nombre de « tarés ». Il lie aussi l'élection de ce politicien au jugement de ses concitoyens, et y voit une des explications du taux de chômage élevé du Saguenay[14]. Plus tard, à KYK-FM, à Alma, Mailloux réitérera ses propos, affirmant que le Saguenay est la « risée du Canada », et traitant au passage l'animateur Louis Arcand d'« ignorant »[15].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Dr Pierre Mailloux peut à nouveau pratiquer | Actualités | Cyberpresse
  2. Louise-Maude Rioux Soucy, «Le 'Doc' Mailloux jugé coupable par ses pairs», Le Devoir, 10 novembre 2009.
  3. Ibid.
  4. a et b Éric Yvan Lemay, «C'est la guerre», Journal de Montréal, 6 février 2010.
  5. Gabrielle Duchaine, « Le doc Mailloux radié pour deux ans », Rue Frontenac,‎ 1er avril 2011
  6. a et b La Presse canadienne, « Le «Doc Mailloux» est radié pour deux ans », Le Devoir,‎ 1er avril 2011
  7. http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201105/19/01-4401158-pierre-mailloux-redevient-le-doc-mailloux.php
  8. http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201209/26/01-4577603-le-doc-mailloux-radie-pour-24-mois.php
  9. a, b et c Jeanne Corriveau, «Le 'Doc Mailloux' radié pour cinq ans», Le Devoir, 20 octobre 2012
  10. Le psychiatre Pierre Mailloux persiste et signe
  11. Les prétentions du Dr Mailloux ne seraient pas erronées, Presse canadienne, 31 août 2007. Consulté le 28 septembre 2007.
  12. « TVA tourne également le dos au doc Mailloux », Le Journal de Montréal, 21 mars 2007, consulté le 21 mars 2007
  13. « Un plaidoyer pour la religion », Radio-Canada, 20 septembre 2007 . Consulté le 28 septembre 2007.
  14. Doc Mailloux : le Saguenay est peuplé par un grand nombre de tarés, Cyberpresse, 27 septembre 2007. Consulté le 28 septembre 2007.
  15. Pierre Mailloux en entrevue à KYK-FM, extrait de KYK-FM, 27 septembre 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]