Tout le monde en parle (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la version québécoise du talk-show. Pour la version française, voir Tout le monde en parle (France).
Tout le monde en parle
Logotype de Tout le monde en parle
Logotype de Tout le monde en parle

Titre original Tout le monde en parle
Genre Émission de divertissement
Création Guy A. Lepage
show québécois

Thierry Ardisson
émission originale
Réalisation Manon Brisebois
Présentation Guy A. Lepage
Participants Dany Turcotte
Pays Drapeau du Canada Canada
Langue Français
Nombre de saisons 9
Production
Lieu de tournage Montréal (Québec)
Durée 2 heures 20 minutes
Production Guy A. Lepage
Coproduction Luc Wiseman
Société de production Avanti Ciné Vidéo
Le gars de la TV
Les Productions Jacques K. Primeau
Radio-Canada
Diffusion
Diffusion Radio-Canada
Date de première diffusion 19 septembre 2004
Statut en production
Public conseillé Tout public
Site web www.radio-canada.ca/emissions/tout le monde en parle/

Tout le monde en parle est une émission de télévision canadienne animée et coproduite par Guy A. Lepage, diffusée ICI Radio-Canada Télé et ICI Radio-Canada Première le dimanche soir depuis le 19 septembre 2004. Elle est l'adaptation canadienne de l'émission de divertissement française du même nom, conçue et ayant été animée par Thierry Ardisson et diffusée jusqu'en juillet 2006 sur France 2.

Historique[modifier | modifier le code]

Tout le monde en parle est diffusé ICI Radio-Canada Télé et ICI Radio-Canada Première depuis 2004 et présentée par Guy A. Lepage.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

Elle est une émission de style « talk-show » enregistrée devant public, puis montée (parfois de manière controversée). Chaque semaine, elle rassemble sur un même plateau des personnalités provenant de tous les milieux : politique, sport, spectacle, littérature, journalisme, religion, affaires, etc. Ces personnalités ont souvent fait partie de l'actualité de la semaine et peuvent être des invités québécois ou internationaux. Elles sont invitées à discuter, à s'exprimer librement et à émettre leurs opinions sur les sujets de l'actualité ou sur un sujet qui les concerne particulièrement.

Parfois sous forme d'entrevues ou de jeux, d'autres fois simplement sous forme de discussion, l'animateur dirige les débats et les conversations. Le fou du roi, en contrepoint, se doit de réagir promptement et spontanément, de manière humoristique, au débat en cours. Il croque une impression de l'invité à la fin de son entrevue.

L'Équipe[modifier | modifier le code]

  • Animateur : Guy A. Lepage
  • Fou du roi : Dany Turcotte
  • Script-éditeur : André Ducharme
  • Scripteurs : Guy A. Lepage et André Ducharme
  • Rédactrice en chef : Carole-Andrée Laniel
  • Recherchistes : Sébastien Cantin, Manuelle Légaré, Julie Lamontagne, Anais Mohler et Nancy Vanasse
  • Réalisatrice post-production : Sophie Bissonnette
  • Réalisatrice : Manon Brisebois
  • Producteur délégué / directeur de production : Guillaume Lespérance
  • Communications : Guylaine Boisjoli et Monic Lamoureux
  • Producteurs : Guy A. Lepage et Luc Wiseman
  • Sociétés de production : Avanti Ciné Vidéo, Le gars de la TV, Les Productions Jacques K. Primeau et Radio-Canada

L’animation[modifier | modifier le code]

Depuis le début de l'émission, l'animateur est Guy A. Lepage, ex-membre du groupe humoristique Rock et Belles Oreilles (RBO) et « le gars » dans la comédie de situation Un gars, une fille. Le fou du roi est Dany Turcotte, ancien membre du groupe humoristique le Groupe sanguin.

Pour l'émission du 3 décembre 2006, Guy A. Lepage a été remplacé momentanément par Véronique Cloutier afin que Lepage puisse participer à l'entrevue avec Rock et Belles Oreilles.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Phrases et rituels[modifier | modifier le code]

Tout comme sa version française, la version canadienne de Tout le monde en parle possède ses quelques phrases et quelques rituels, dont les fameuses questions. En voici quelques-unes :

  • « Manon, pèse sur le piton. » (Présentation d'un extrait vidéo, musical ou autre, ayant rapport avec les écrans et le son.) N'est plus employée.
  • « Manon... » (Diminutif de la phrase précédente)
  • La question Jean Perron (Un « perronisme » suivi d'un fou rire)
  • La question qui tue (Question accompagnée d'une musique dramatique, normalement une question humoristique)
  • La question à 100 piastres (Questions sérieuse pour changer)
  • La question du banquier (Questions ayant souvent rapport avec les Productions J, Le Banquier étant l'émission la plus regardée des productions de Julie Snyder)
  • La « p'tite carte à Dany » (Après chaque entrevue, le fou du roi Dany Turcotte offre habituellement à l'invité une carte contenant une pensée humoristique)
  • Le vin (Un vin conseillé par un représentant en vin est offert aux invités et aux membres du public au milieu de l'émission)
  • Le tour de table (Durant les élections, les chefs des différents partis sont invités à l'émission à tour de rôle, jusqu'à complétion du tour de table)
  • Le « Manon Bye Bye » (fait de montrer un extrait issu du Bye Bye de RBO de 2006 ou 2007, en lien avec l'invité présent. C'est une petite convergence, car les producteurs de l'émission sont aussi les membres de RBO)

Controverses et moments forts[modifier | modifier le code]

Tout le monde en parle vise à provoquer la discussion, les débats, et parfois même la polémique. Certains invités ou certaines émissions se sont démarqués par l'intérêt et la controverse qu'ils ont suscité.

  • Une controverse éclate avant même l'enregistrement de cette première. Patrice Demers, propriétaire de la station de radio CHOI-FM, qui fait la manchette pour des propos litigieux tenus en ondes par ses animateurs et le récent refus par le CRTC de renouveler sa licence de diffusion, refuse quelques minutes avant le début de l'enregistrement de se présenter sur le plateau. Ce rebondissement avait été précédé d'un échange de politesses entre l'animateur de CHOI, Jeff Fillion, qui avait refusé l'invitation à l'émission et qui fut qualifié de chieux par l'animateur Guy A. Lepage.
  • Lors de la deuxième émission, diffusée le 20 septembre 2004, Claude Vorilhon dit Raël, gourou de la secte des raëliens, est humilié sur le plateau par le caricaturiste du quotidien La Presse, Serge Chapleau. Ce dernier le traite de « joke » et lui agrippe les cheveux. Raël se plaindra dans les jours qui suivent d'avoir été victime d'une agression physique et porte plainte contre Chapleau. Le mouvement raëlien demande aussi des excuses publiques à une autre invitée, Pauline Marois, députée et ministre péquiste à l'époque, ce que cette dernière refusera en déclarant que Raël est « fou à lier ».
  • Le 21 novembre 2004, plusieurs invités commentent un sujet délicat, l'arrestation de l'ex-imprésario pédophile Guy Cloutier, depuis condamné à la prison pour agressions sexuelles répétées sur deux enfants.
  • Le 23 janvier 2005, passage remarqué et passablement émouvant de René Simard à l'émission. Il est le frère de Nathalie Simard, seule victime connue de Guy Cloutier. René Simard se montre peu loquace et affirme qu'il s'agira de sa seule déclaration publique concernant l'affaire.
  • Le 18 septembre 2005, l'animateur Gilles Proulx se présente à la SRC malgré l'opposition de la chaîne rivale TQS. Pressé par Guy A. Lepage, Proulx offre des excuses à une adolescente victime de viol qu'il avait traitée, en ondes à la chaîne concurrente, de « petite salope, petite cochonne, maudite niaiseuse qui s'en va avec un autre niaiseux ».
  • Le 25 septembre 2005, l'animateur de télévision, de radio et psychiatre Pierre Mailloux cite des études scientifiques selon lesquelles le quotient intellectuel moyen des Noirs serait moins élevé que celui des Blancs. Ces mêmes études disant aussi le contraire pour, entre autres, les Asiatiques par rapport aux Blancs. Étrangement, l'opinion publique se ligue non seulement contre le Doc Mailloux, mais aussi contre Radio-Canada, que certains blâment pour la diffusion des propos de l'invité. Philippe Fehmiu, qui était, à l'époque, l'animateur de Loft Story, une émission à laquelle collabore aussi Mailloux, lance un ultimatum à TQS, qui les emploie tous deux. À la suite du passage de son « collègue » à Tout le monde en parle, Fehmiu, qui est Noir, somme ses patrons de congédier le psychiatre. TQS montrera finalement la porte à Fehmiu et à Mailloux.
  • Lors de l'émission du 17 septembre 2006, l'équipe québécoise reçoit Thierry Ardisson, animateur initial de Tout le monde en parle en France, qui a perdu son émission au cours des mois précédents son passage. Si Ardisson se montre, de l'avis général, un invité hors pair, son ancien acolyte et ex-fou du roi, Laurent Baffie, quitte les studios avant même le début de l'enregistrement, sous prétexte qu'il est lassé d'attendre. Il sera qualifié de « crétin » et de « minable » par Guy A. Lepage. Radio-Canada dut menacer d'appeler la police pour récupérer le micro-cravate que Baffie n'avait pas retiré avant de quitter brusquement les lieux.
  • Le 2 mars 2008, le lieutenant Simon Mailloux fait une entrevue remarquée ou il parle de son expérience en Afghanistan et des évènements qui ont mené à l'amputation de sa jambe. À la suite de ce témoignage, un débat animé éclate entre les invitées et le chanteur Français Michel Fugain sur les raisons et la logique de la mission Canadienne. Le jeune lieutenant termine l'entrevue en faisant appel au public de ne pas oublier les blessés de la guerre à travers les années.
  • À la suite de l'émission du 11 avril 2010, le journaliste Ian Halperin dépose une plainte contre l'émission et affirme qu'il a été ridiculisé et traité injustement lors de son passage à l'émission. Par contre, le CRTC donne raison à Radio-Canada.
  • Lors de l'émission du 17 avril 2011, Jean-François Mercier devient le premier artiste à s'être fait enlever sa carte « chouchou » par Dany Turcotte, car il est maintenant rendu en politique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]