Louis Diémer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Diémer

Description de cette image, également commentée ci-après

Louis-Joseph Diémer, 1896, Bibliothèque nationale de France.

Nom de naissance Louis Joseph Diémer
Naissance 14 février 1843
Paris, Drapeau de la France France
Décès 21 décembre 1919 (à 76 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale pianiste, compositeur
Collaborations Pablo de Sarasate
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Antoine Marmontel, Ambroise Thomas, François Benoist
Enseignement Conservatoire de Paris
Élèves Robert Casadesus, Alfred Cortot, Yves Nat, Georges Dandelot, Marcel Dupré, Alfredo Casella, Lazare Lévy, José Cubiles et Édouard Risler

Louis-Joseph Diémer, né le 14 février 1843 à Paris et mort le 21 décembre 1919 à Paris, était un pianiste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Diémer fut l'élève d'Antoine Marmontel, d'Ambroise Thomas et de François Benoist au Conservatoire de Paris. Il réussit ses études de manière éblouissante. Il remporta les premiers prix de piano, d'harmonie, d'accompagnement, de contrepoint, de fugue et de solfège, et seulement le second prix d'orgue. Il était considéré comme un immense virtuose, et se produisit dans le monde entier, parfois en duo avec le violoniste Pablo de Sarasate.

Il s'intéressait beaucoup aux instruments anciens, notamment au clavecin, et participa à la redécouverte de ce répertoire alors méconnu, jouant par exemple du clavecin lors de l'Exposition universelle de 1889. Il écrivit des livres sur les anciens compositeurs : Symphonistes et virtuoses (1880) et Les Clavecinistes français du XVIIIe siècle (1887), publia des recueils de pièces de clavecin, et fonda en 1895 la Société des instruments anciens, qui donnait également des concerts.

Diémer devint lui-même professeur au Conservatoire en 1887 et eut parmi ses élèves Robert Casadesus, Alfred Cortot, Yves Nat, Georges Dandelot, Marcel Dupré, Alfredo Casella, Lazare Lévy, José Cubiles et Édouard Risler. Parmi ses autres élèves, le pianiste français Gabriel Jaudoin (Gabriel Auguste Armand Jaudoin), condisciple et ami d'Alfred Cortot, était considéré vers 1905 comme l'un des meilleurs représentants du style du maître. Chopinien convaincu, beethovénien passionné, propagateur de la nouvelle musique russe, Jaudoin Interprétait parfois en concert, dans ses Bis, des œuvres de Diémer.

Comme compositeur, Diémer a écrit de nombreuses pièces pour piano, de la musique de chambre, et un concerto pour piano.

Il fit de nombreuses interprétations pour le Duc de Massa au château de Franconville à Saint-Martin-du-Tertre (Val-d'Oise). Il résidait également en ce village dans sa villa attenante à l'église, comprenant un grand parc.

Concerts[modifier | modifier le code]

  • Concert pour le 70e anniversaire de Camille Saint-Saëns aux arènes de Béziers, dans le cadre du Théâtre des Arènes, le 2 septembre 1906 : œuvre pour deux pianos jouée avec Camille Saint-Saëns, suivie de la cantate Les Gloires de Corneille, la comédie lyrique Les mystère de l'Hyménée de Michaud d'Huniac et Nussy-Verdier…

Sources[modifier | modifier le code]

  • Norbert Dufourcq, Le clavecin, PUF, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1981 (réimpr. 1967), 3e éd. (1re éd. 1949), 127 p.
  • Claude Mercier-Ythier, Les clavecins, Expodif Éditions, Paris, 1996, 263 p. (ISBN 2-87677-245-0)
  • (de) Gesine Haase et Dieter Krickeberg (préface de Dagmar Droysen-Reber, ill. Horst Rase), Tasteninstrumente des Museums: Kielklaviere - Clavichorde - Hammerklaviere, Staatliches Institut für Musikforschung Preussischer Kulturbesitz, Berlin, 1981, 120 p. (ISBN 978-3-922378-03-7)
  • La Revue musicale, 1905-1906
  • Histoire du piano et des pianistes, Eugène Rapin, 1904 (G. Jaudoin p. 468)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :