Où l'homme dépasse l'homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Où l'homme dépasse l'homme
Épisode de Star Trek
Titre original Where No Man Has Gone Before
Numéro d'épisode Saison 1
Épisode 3
Code de production 2/80
Invités Gary Lockwood
Réalisation James Goldstone
Scénario Samuel A. Peeples
Diffusion États-Unis :
France :
Date stellaire 1312.4
Date réelle 2265
Chronologie
Précédent The Cage (produit)
Charlie X (diffusé)
Fausses Manœuvres (produit)
L'Équipage en folie (diffusé)
Suivant
Liste des épisodes

Où l'homme dépasse l'homme est le second pilote de la série télévisée Star Trek. Il a été diffusé comme troisième épisode de la première saison. Le titre original en anglais de l'épisode est Where No Man Has Gone Before, ce qui se traduit en français par Où nul homme n'est allé avant.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L’USS Entreprise est en mission d’exploration aux confins de la galaxie. En route, il découvre la « boîte noire » du SS Vaillant, un vaisseau terrien perdu il y a 200 ans. L'enregistreur est à peine fonctionnel, mais indique que le Vaillant avait été balayé par « une tempête magnétique ». Il contient les données des derniers moments à bord de l’infortuné vaisseau et montre que l'équipage avait frénétiquement cherché des informations sur la perception extra-sensorielle dans l'ordinateur de bord. La bande finit avec le capitaine du Vaillant ordonnant l'autodestruction.

Kirk décide qu'ils doivent savoir ce qui est arrivé au Vaillant et l'Entreprise traverse le bord de la galaxie. Il rencontre une barrière étrange, qui cause des dégâts électriques sérieux aux systèmes du vaisseau et le navire est forcé de reculer. En même temps, le navigateur Gary Mitchell et le psychiatre du bord, la docteur Elisabeth Dehner, sont tous les deux laissés inconscients par l'effet du champ magnétique. À leur réveil, ils commencent bientôt à montrer des pouvoirs psychiques remarquables.

Peu après, Mitchell devient de plus en plus arrogant et hostile envers le reste de l'équipage, déclarant qu'il est devenu divin. Il met en application ses désirs avec des pouvoirs télépathiques et télékinésiques effrayants. Spock croit que le Vaillant peut avoir éprouvé le même phénomène. Les autres membres d'équipage doivent avoir détruit le vaisseau pour empêcher ces pouvoirs de se propager dans la galaxie.

Pour l’aider à neutraliser Mitchell, Kirk fait appel à l'humanité du docteur Dehner. Comme Mitchell se prépare à tuer Kirk, Dehner attaque Mitchell pour l'affaiblir. Mitchell tue Dehner, mais avant qu'il puisse reprendre ses forces et utiliser à nouveau ses pouvoirs, Kirk enterre Mitchell sous une chute de rochers.

Plus tard, Kirk indique dans son journal que, autant Dehner que Mitchell, ont donné leur vie « en faisant leur devoir ».

Citations[modifier | modifier le code]

Kirk : « Auriez-vous la bonté de cesser ce jeu irritant qui m'exaspère, Monsieur Spock. »
Spock : « Irritant ? ... Ah oui, l’une de vos étranges émotions. »

Kirk : « Pouvoir total, c'est-à-dire corruption totale. »

Kirk : « Je veux que sa fin soit citée en exemple. Il n'avait pas demandé ce qui lui est arrivé. »
Spock : « Je suis désolé pour lui... »
Kirk : « Je crois qu'après tout, il y a de l'espoir pour vous, Monsieur Spock. »

Thèmes et Valeurs[modifier | modifier le code]

  • La corruption de la toute puissance pour tout être.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Voix en version française: •William Shatner : Capitaine James T. Kirk (VF : Yvon Thiboutot) •Leonard Nimoy : Spock (VF : Régis Dubost) •James Doohan : Montgomery Scott (VF : Michel Georges) •George Takei : Hikaru Sulu (VF : Daniel Roussel) •Gary Lockwood : Gary Mitchell (VF : Daniel Roussel) •Sally Kellerman : Elizabeth Denher (VF: Yolande Roy)

Production[modifier | modifier le code]

En juillet 1965, que le producteur et créateur Gene Roddenberry lançait le tournage d'un second pilote pour son concept de série de science-fiction baptisée "Star Trek".

En effet un an auparavant, les pontes de NBC avaient rejeté un premier pilote The Cage avec Jeffrey Hunter dans le rôle du capitaine Christopher Pike, jugeant cet épisode par trop cérébral pour le téléspectateur moyen.

Il faudra toute l'audace et la roublardise de Roddenberry et du producteur Oscar Katz pour convaincre le studio d'envisager un second pilote. L'arme est simple, Oscar Katz met les dirigeants de NBC au pied du mur : il leur rappelle que ce sont eux qui ont choisi le script du premier pilote parmi les trois proposés au départ (The Cage, Nous, le peuple et Trois femmes dans un vaisseau). Le 26 mars 1965, NBC prend une décision unique et demande à Gene Roddenberry un nouveau pilote, du jamais vu dans l'histoire de la télévision !

Gene Roddenberry révise alors immédiatement sa copie, et planche sur deux scripts : The Omega Glory et Trois Femmes dans un vaisseau, mais c'est celui de son vieil ami et scénariste Sam A. Peeples qui emporte la mise : Où l'homme dépasse l'homme.

Le premier script est rédigé le 27 mai 1965, suivi d'un second daté du 16 juin. La version finale sera remise le 28 juin, puis à nouveau révisée les 8/9 et 14/15 juillet.

Le tournage débute donc en juillet 1965 sous la direction de James Goldstone, avec en vedette l'acteur canadien William Shatner dans le rôle du capitaine James T. Kirk, remplaçant Jeffrey Hunter démissionnaire du rôle parce que sa femme n'aimait pas la série. William Shatner était le troisième en liste pour l'attribution du rôle de James T. Kirk ; parmi les prétendants figurent les acteurs Jack Lord (Dr. No, Hawaï police d'État) et Lloyd Bridges (Hot Shots!).

Majel Barrett dans le rôle de « Numéro Un » est évincée. Solow et Justman affirment dans leur livre que : NBC n'était pas opposée à un personnage féminin important, mais doutait des capacités de la comédienne. Cette information semblant mettre fin à la légende selon laquelle, la chaîne ne voulait pas d'une femme aux commandes. Quoi qu'il en soit, ce sera le prix à payer pour conserver un personnage indispensable, le mythique M. Spock toujours interprété par Leonard Nimoy - un personnage que le studio veut éliminer à tout prix, à cause de l'apparence satanique que lui confère ses oreilles pointues !

Cet épisode marque aussi la première apparition du lieutenant Hikaru Sulu (ici au poste d'officier scientifique) interprété par George Takei, et celle du lieutenant commandant Montgomery « Scotty » Scott (chef-ingénieur) incarné par James Doohan.

Le script de Peeples étant plus orienté action que The Cage, le résultat plaît à NBC, qui en janvier 1966 donne enfin le feu vert pour Star Trek !

Bien que Où l'homme dépasse l'homme soit le pilote de la série, il n'eut pas le privilège d'être le premier épisode Star Trek diffusé. C'est Ils étaient des millions qui gagnera cet honneur le 8 septembre 1966. Quant à Où l'homme dépasse l'homme, il fut diffusé plus tard, le 22 septembre 1966, contre toute forme de logique et de cohérence, puisque Leonard McCoy (DeForest Kelley) n'y apparaît pas, que les uniformes sont encore hérités de The Cage, sans parler d'un maquillage de Spock sommaire et sans nuance.

Aujourd'hui, il existerait deux versions de Où l'homme dépasse l'homme : la première celle que nous connaissons tous, grâce aux rediffusions et aux récents DVD, puis une autre plus longue, celle que Gene Roddenberry présenta au studio.

Elle commence par une vue de notre galaxie avec la voix de Shatner introduisant la mission du vaisseau, sans toutefois indiquer une entrée dans son journal de bord. La scène suivante est celle de la partie d'échecs 3D entre Spock et Kirk. S'ensuit la récupération de l'enregistreur de bord du SS Vaillant, puis l'image s'immobilise pour laisser place à un générique rapide, rappelant celui de The Cage... Le reste des scènes supplémentaires représente l'équipage dans les corridors quand le vaisseau passe en alerte rouge, et introduit des personnages importants comme le Lt Gary Mitchell (Gary Lockwood), le Dr Mark Piper (Paul Fix) et le physicien Sulu (George Takei). On notera aussi un thème de Star Trek orchestré différemment par Alexander Courage et une musique de fin jamais entendue dans la série depuis.

Aujourd'hui, Où l'homme dépasse l'homme est un épisode précieux, tant d'un point de vue historique, que thématique. Gene Roddenberry y mêlait déjà savamment l'aspect « fun » et décontracté de la science-fiction de son époque et les réflexions poussées et adultes sur le genre humain dont elle était dépourvue jusqu'ici. Une étape était franchie, un phénomène de la pop culture venait de naître...

Acteurs[modifier | modifier le code]

Gary Lockwood incarnant Gary Mitchell est surtout connu par les amateurs de science-fiction pour avoir été le malheureux astronaute Frank Boones dans 2001 : l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick (1968). Il fut aussi le héros de la série précédente de Roddenberry : The Lieutenant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le roman Q-Zone (non-canon), on découvre que le Continuum Q a placé la barrière galactique pour empêcher l'entrée d'un être appelé 0 dans la « Galaxie de la Voie Lactée ». Gary Mitchell et Elizabeth Dehner ont été ainsi affectés par une « partie » de 0, expliquant l'origine de leurs pouvoirs.

Le roman Q-Squared (non-canon) révèle que la barrière galactique a capturé l'essence de Q après qu'une confrontation avec Trelane l'a dispersé à travers l'espace et le temps. Q n'est pas parvenu à échapper à la barrière lorsqu'il s'est fixé à un membre d'équipage du SS Vaillant, mais y parviendra deux siècles plus tard en se fixant à Mitchell et Dehner.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]