Jean Noël Hallé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hallé.

Jean Noël Hallé

Description de cette image, également commentée ci-après

Hallé
d'après François-Louis Gounod
Naissance 2 janvier 1754
Paris (France)
Décès 11 février 1822 (à 68 ans)
Paris (France)
Domicile France
Nationalité Drapeau de France Français
Champs Médecine
Institutions Académie de médecine
Académie des sciences
Collège de France
Diplôme Doctorat en médecine
Renommé pour Premier médecin de Napoléon
Promoteur de l'enseignement de l'hygiène et de la vaccination

Jean Noël Hallé est un médecin français, né à Paris le 2 janvier 1754 et mort dans cette même ville le 11 février 1822. Promoteur de la vaccination et de l'enseignement de l'hygiène, il est surtout connu pour avoir été premier médecin de Napoléon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du peintre Noël Hallé, directeur de l'École de Rome, il devient docteur en médecine en 1770. Il est successivement professeur de physique médicale et d'hygiène à l'École de santé, professeur au Collège de France en 1794, professeur à la faculté de médecine, médecin ordinaire de Napoléon, puis premier médecin de Charles X après la Restauration. Il est membre de l'Académie nationale de médecine. En 1795, il est élu membre de l’Académie des sciences, dont il est président en 1813.

C'est Hallé qui a créé en France l'enseignement de l'hygiène. Il est l'un des éditeurs du Code des médicaments, ou Pharmacopée française, paru en 1813, et l'un des collaborateurs au Dictionnaire des Sciences médicales. Il étudie les effets du camphre, le cancer du sein, et il est l’un des promoteurs de la vaccination. Il est l'auteur avec Étienne Tourtelle d'un traité d'Hygiène, paru en 1837. C’est lui qui défend Antoine Lavoisier à son procès devant la Convention nationale.

Jean Noël Hallé est également l'éditeur des Œuvres complètes de Samuel Auguste Tissot, parues en onze volumes entre 1809 et 1813. Il a par ailleurs publié, en 1785, des Recherches sur la nature et les effets du méphitisme des fosses d'aisance.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Plaque de la rue Hallé à Paris

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Marie Marchant de Beaumont, Manuel et itinéraire du curieux dans le cimetière du Père la Chaise, Paris, Emler frères,‎ 1828 (lire en ligne), p. 103