Mandingue (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mandingue.
Mandingue
Pays Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Liberia, Sierra Leone.
Nombre de locuteurs 4 536 995[1]
Typologie SVO
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 man
ISO 639-3 man
IETF man

Le mandingue est une langue ou un groupe de dialectes d’Afrique de l’Ouest, appartenant au groupe des langues mandées et au sous-groupe des langues mandingues. Ses variantes les plus connus sont le mandinka au Sénégal et en Gambie, le malinké en Guinée et au Mali. Il est relativement proche d’autres langues mandingues comme le bambara au Mali, ou le dioula en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.

Elles sont toutes écrites avec l'alphabet latin ou l'alphabet n'ko. Le concepteur de l'alphabet n'ko, Solomana Kante, a publié une vingtaine d'ouvrages en n'ko (mandén fodoba-kan) notamment un dictionnaire de 32000 mots et des livres d'histoire mais aussi des livres de sciences.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Selon la classification des langues de l’ISO 639-3, le mandingue peut être subdivisé en six langues individuelles. Cependant, le groupe des langues mandingues est beaucoup plus large.

Variantes du mandingue selon ISO 639-3 (comme macro-langue)
variante pays code ISO 639-3
malinké de Kita ou maninka de Centre, de Kita Mali mwk
malinké de l'Ouest ou maninka de l'Ouest Gambie, Mali et Sénégal mlq
mandinka Gambie, Guinée-Bissau et Sénégal mnk
konyanka Guinée et Libéria mku
sankaran Guinée msc
maninkakan de l'Est ou maninka de l'Est, de Kankan Guinée, Mali et Sierra Leone emk

Développement de la langue[modifier | modifier le code]

En 1996, une Organisation non gouvernementale, Savane Développement, a créé à Kolia, en Côte d'Ivoire, une école pour une scolarisation partiellement en langue maternelle : c'est le Centre scolaire intégré du Niéné (CSIN). Dans ce centre expérimental, les élèves reçoivent, du préscolaire à la fin de la première année du primaire, un enseignement en sénoufo ou en malinké, selon leur langue maternelle, et poursuivent par la suite leurs études en français[2].

Écriture[modifier | modifier le code]

Le mot n'ko en alphabet n'ko

Le mandingue utilise tantôt l'alphabet latin tantôt l'alphabet arabe, l'utilisation de ce dernier étant plus traditionnelle.

Mais il existe aussi depuis 1949 une nouvelle écriture spécifique aux langues mandées, le n'ko, développée par le linguiste guinéen Souleymane Kante.

Alphabet N'ko[modifier | modifier le code]

Article détaillé : N'ko.

Voyelles[modifier | modifier le code]

o
/ɔ/
ô
/o/
ou
/u/
è
/ɛ/
i
/i/
é
/e/
a
/a/
ߐ‏ ߏ‏ ߎ‏ ߍ‏ ߌ‏ ߋ‏ ߊ‏
NKo Aw.svg NKo O.svg NKo Uh.svg NKo Eh.svg NKo E.svg NKo A.svg NKo Ah.svg

Consonnes[modifier | modifier le code]

ra
/ɾa/
da
/da/
tcha
/t͡ʃa/
dja
/d͡ʒa/
ta
/ta/
pa
/pa/
ba
/ba/
ߙ ߘ ߗ‏ ߖ‏ ߕ‏ ߔ‏ ߓ
NKo R.svg NKo D.svg NKo Ch.svg NKo J.svg NKo T.svg NKo P.svg NKo B.svg
ma
/ma/
la
/la/
ka
/ka/
fa
/fa/
gba
/ɡ͡ba/
sa
/sa/
rra
/ra/
ߡ ߟ‏ ߞ‏ ߝ‏ ߜ‏ ߛ‏ ߚ‏
NKo M.svg NKo L.svg NKo K.svg NKo F.svg NKo Gb.svg NKo S.svg NKo Rr.svg
n'
/n̩/
  ya
/ja/
wa
/wa/
ha
/ha/
na
/na/
nya
/ɲa/
ߒ   ߦ‏ ߥ ߤ‏ ߣ‏ ߢ‏
NKo Ng.svg   NKo Y.svg NKo W.svg NKo H.svg NKo N.svg NKo Ny.svg

La langue n'ko qui est comprise par les peuples mandingues de la Gambie (mandinka) au Ghana (dioula) en passant par la Guinée (malinké), Mali (Bambara), Sierra Leone (mendés) Côte d'Ivoire (dioula) et Burkina Faso (dioula) est écrite en alphabet N'ko. Cet alphabet qui est inventé en 1949 en cote d'ivoire par le savant chercheur guinéen d'origine malienne Solomana Kante est aujourd'hui informatisé[réf. nécessaire]. C'est l'alphabet le mieux adapté pour transcrire les langues avec tonalité[réf. nécessaire]. Mais le manque de financement des gouvernements et l'omniprésence du français à tous les niveaux de la vie quotidienne éclipse cet alphabet qui n'est utilisé que par quelque 400 000 à 900 000 personnes en Guinée et au Mali principalement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue
  2. En 2001, le ministère de l'Éducation nationale a fait une évaluation de l'établissement d'enseignement et a décidé d'élargir l'expérimentation à dix autres langues: abidji, agni, attié, baoulé, bété, guéré, dan ou yacouba, koulango, mahou et sénoufo de Korhogo

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Delafosse, La langue mandingue et ses dialectes : malinké, bambara, dioula, t. 1 : Introduction, grammaire, lexique français-mandingue, P. Geuthner,‎ 1929
  • Maurice Delafosse, La langue mandingue et ses dialectes : malinké, bambara, dioula, t. 2 : Dictionnaire mandingue–français, Imprimerie nationale, P. Geuthner,‎ 1955
  • Henri Labouret et Ida C. Ward, « Quelques observations sur la langue mandingue », Journal of the International African Institute, vol. 6, no 1,‎ janvier 1933, p. 38-50
  • Étienne Péroz, Dictionnaire français-mandingue, Imprimerie Moderne-J.-D. Maillard,‎ 1891
  • (en) Tim Tillinghast et Matthias Liebrecht, Report of a linguistic survey on the Malinké of Western Mali and Senegal with special regard to the Malinké of Kita, Bamako, Société Internationale de Linguistique (SIL),‎ août 1996 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]