Brigade Abraham Lincoln

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
le drapeau de l'Abraham Lincoln Battalion.

La Brigade Abraham Lincoln a été constituée par des volontaires des États-Unis qui ont servi dans la guerre civile espagnole dans les Brigades internationales. Ils ont combattu du côté de la République espagnole contre Franco et les nationalistes.

Le nom[modifier | modifier le code]

Le terme de "brigade" est un terme mal approprié. Dans la guerre civile espagnole, une brigade était en effet composée de quatre à six bataillons[1]. La plupart des volontaires américains rejoint deux bataillons (le "Lincoln Battalion" et le "Washington Battalion") de la XVème brigade internationale. La XVe brigade internationale était composée de six bataillons. Elle comprenait des volontaires de différentes nations complétés de combattants espagnols[2].

Avec le temps le terme d'"Abraham Lincoln Brigade" a servi pour nommer toute unité comportant les 2 800 volontaires américains qui participèrent à la guerre civile espagnole. Des volontaires des États-Unis ont également servi avec le bataillon canadien "bataillon Mackenzie-Papineau"; le "régiment de Train" et le "John Brown Anti-Aircraft Battery". En outre, cent vingt-cinq hommes et femmes ont également servi en tant qu'infirmières, médecins, techniciens, et conducteurs d'ambulance dans un hôpital fondé et géré par l'"American Medical Bureau to Save Spanish Democracy".

Les volontaires[modifier | modifier le code]

La Brigade Abraham Lincoln était formée de volontaires de tous les secteurs, de toutes les régions du pays, dont un tiers de Juifs qui y voyaient une occasion de combattre enfin les Nazis et les fascistes[3]. Elle réunit jusqu'à 5 000 Américains[4]. Elle comprenait des marins, des étudiants, des chômeurs, des mineurs, des ouvriers de la fourrure, des bûcherons, des professeurs, des vendeurs, des athlètes, des danseurs, et des artistes. Au moins 60 pour cent étaient des membres de la Young Communist League ou du Parti communiste des États-Unis. Les « Wobblies » (membres de l'Industrial Workers of the World ou IWW), des socialistes, des anarchistes et d'autres sans affiliation précise ont complété les effectifs. Les socialistes ont constitué leur propre formation; la Eugene Debs Column.

Cette unité a sûrement été la première formation militaire "américaine" inter-raciale à être commandé par un afro-américain Oliver Law.

Les volontaires irlandais ont formé la "Connolly column" (colonne Connolly) au sein du bataillon Abraham Lincoln sous le commandement de Frank Ryan. Cette colonne a rejoint une brigade américaine plutôt que le bataillon britannique pour des raisons nationalistes.

La formation[modifier | modifier le code]

Les volontaires américains ont commencé à arriver en Espagne en 1936. Basée dans la ville de Figueras, près de la frontière française, la brigade a été organisée en 1937 et entrainée par Robert Hale Merriman. La Brigade Abraham Lincoln a souffert de son peu d'entraînement et de dirigeants peu compétents, choisis pour des raisons politiques. Son meilleur commandant a été Steve Nelson, qui en a pris trop tard la direction mais a su en faire une unité de combat véritablement efficace.

Au début 1937, ses effectifs ont augmenté passant de 96 à environ 450 brigadistes. En février 1937 les puissances européennes ont interdit la venue de nouveaux volontaires.

La guerre[modifier | modifier le code]

Les volontaires américains des Brigades Internationales ont participé à plusieurs batailles en Espagne. Ils ont, avec succès et au prix de très nombreuses pertes, défendu la route entre Valence et Madrid dans la vallée du Jarama de février 1937 à juin 1937. Ils ont également combattu lors des batailles de Brunete, Saragosse, Belchite, Teruel et du fleuve Ebro.

La Brigade Abraham Lincoln a été soutenue par les milieux libéraux et socialistes aux États-Unis. Des activités de collecte de fonds ont permis d'assurer les apports financiers nécessaires. Le courage des brigadistes et les pertes humaines subies ont fait la réputation de ces Américains s'opposant à la montée du fascisme. Paul Robeson en était un grand défenseur. Il est allé, en Espagne, rendre visite aux volontaires de la Brigade Abraham Lincoln.

Progressivement, les forces nationalistes, soutenues par l'Allemagne nazie de Hitler et par l'Italie fasciste de Mussolini, ont pris l'ascendant militaire sur la République espagnole. Les Brigades Internationales ont été retirées du combat par le premier ministre espagnol Juan Negrín à l'automne 1938. La majeure partie des survivants de la Brigade Abraham Lincoln ont été rapidement rapatriés. Ils ont été accueillis aux États-Unis comme des héros par les radicaux, mais mal vus par la plupart des Américains.

À la fin du conflit, on déplorait la perte de plus de 750 hommes.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Pendant et après la guerre civile espagnole, les membres des Brigades Internationales ont été considérés aux États-Unis comme des héros de la cause anti-fasciste mais aussi comme des défenseurs de l'Union des républiques socialistes soviétiques. Lors du Pacte germano-soviétique, les vétérans communistes de la Brigade Abraham Lincoln ont, avec l'American Peace Mobilization, protesté contre l'appui apporté par les États-Unis à la Grande-Bretagne contre l'Allemagne nazie. [1]. Après l'entrée en guerre des États-Unis et de l'Union Soviétique, des vétérans se sont enrôlés dans les forces armées ou ont servi dans la marine marchande. Pendant et après la Seconde Guerre mondiale, lors de la deuxième peur rouge, le gouvernement des États-Unis a considéré les anciens brigadistes comme des suspects. J. Edgar Hoover, alors directeur du FBI, avait persuadé le Président Roosevelt que les anciens brigadistes ("antifascistes prématurés") combattant dans les forces des États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale devaient être confinés dans les bases militaires et ne devaient pas être officiers ni recevoir de distinctions. Beaucoup ont protesté avec succès et ont pu participer aux opérations. Ainsi, l'Office of Strategic Services (le service de renseignement ancêtre de la C.I.A) a intégré d'anciens volontaires qui ont pu mettre à profit leurs liens avec les partisans européens, forgés en Espagne.

Dans les années 1950, la plupart des vétérans, communistes ou non, ont subi des pressions dans leur travail, certains ont été licenciés du fait de leur passé de brigadiste. Dans les années 1950 et 60, la majorité des volontaires a quitté le Parti communiste en continuant de militer à gauche.

anciens brigadistes américains.

Aujourd’hui, deux mémoriaux sont consacrés aux vétérans de la Brigade Abraham Lincoln aux États-unis. Le premier est situé sur le campus de l'Université de Washington à Seattle. L'autre est situé dans le parc James Madison à Madison, Wisconsin[5].

Hymme: "Valley of Jarama"[modifier | modifier le code]

Alex McDade, membre de la XVème brigade internationale, a adapté une ancienne chanson traditionnelle "Red River Valley" pour en faire Battle of Jarama Valley qui deviendra l'hymne de la brigade. La XVème brigade internationale avait participé à la Bataille du Jarama et y avait subi de lourdes pertes.

Officiers commandant la Brigade Abraham Lincoln[modifier | modifier le code]

Membres célèbres de la Brigade Abraham Lincoln[modifier | modifier le code]

Partisans de la République Espagnole[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hugh Thomas, The Spanish Civil War, 4th Rev. Ed. 2001.
  • Antony Beevor, The Battle for Spain, 2006.
  • Cecil Eby, Comrades and Commissars, 2007.
  • Joe Brandt(Ed.). Black Americans In The Spanish People's War Against Fascism 1936-1939. NY : Veterans Abraham Lincoln Brigade, no date, ca. 1979, 63 pp.
  • (en) Peter N. Carroll et James D. Fernández, Facing Fascism : New York and the Spanish Civil War, New York University Press,‎ 2007, poche (ISBN 978-0-8147-1681-6, LCCN 2006036351)
  • Cecil Eby Between the Bullet and the Lie: American Volunteers in the Spanish Civil War (New York : Holt, Rinehart and Winston, 1969)
  • Edwin Rolfe The Lincoln Battalion: The Story of the Americans Who Fought in Spain in the International Brigades (Random House : New York, 1939), 321 pp.
  • James Yates Mississippi to Madrid: Memoir of a Black American in the Abraham Lincoln Brigade. (Seattle : Open Hand Publishing, Inc., 1989), 183 p. 0–940880-20-2.
  • Bessie, Alvah. Men in Battle. San Francisco: Chandler and Sharp, 1975.
  • Alan Guttman, The Wound in the Heart : America and the Spanish Civil War. New York : Free Press, 1962.
  • Jackson Gabriel The Spanish Republic and the Civil War, 1931-1939. Princeton : Princeton University Press, 1965.
  • Arthur Landis The Abraham Lincoln Brigade. New York : Citadel Press, 1967.
  • Edwin Rolfe Edwin The Lincoln Battalion. New York : Veterans of the Abraham Lincoln Brigade, 1974.
  • Robert Rosenstone Crusade of the Left : The Lincoln Battalion in the Spanish Civil War. New York : Pegasus, 1969.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eby (2007), p. vii
  2. Eby (2007), p. 266
  3. (en) « Jewish Volunteers in the Spanish Civil War », sur Abraham Lincoln Brigade Archives (consulté le 14 octobre 2009)
  4. André Kaspi, Franklin Roosevelt, Paris, Fayard, 1988, (ISBN 2213022038), p.376
  5. ALBA - Announcements - Madison Monument dedication
  6. Nelson, un communiste, devint commandant du bataillon le premier jour (6 Juillet 1937) de la Bataille de Brunete, remplaçant Martin Hourihan qui avait été gravement blessé. Eby, p 184
  7. Guide to the Veterans of the Abraham Lincoln Brigade Records 1933-2006
  8. Latinos fought against fascism before the US entered World War 2