Boleslas Ier de Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boleslas et Boleslas Ier.
Boleslas Ier
Boleslas Ier par Jan Matejko (1838-1893)
Boleslas Ier par Jan Matejko (1838-1893)
Titre
Duc de Pologne
9921025
Prédécesseur Mieszko Ier
Roi de Pologne
10251025
Couronnement 18 avril 1025
Cathédrale de Gniezno
Successeur Mieszko II
Biographie
Dynastie Dynastie Piast
Date de naissance 967
Lieu de naissance Poznań
Date de décès 17 juin 1025
Père Mieszko Ier
Mère Dubravka
Conjoint
  1. Heminilde de Misnie
  2. Judith de Hongrie
  3. Emnilda de Lusace
  4. Oda de Misnie
Enfant(s)

Boleslas Ier le Vaillant (en polonais Bolesław I Chrobry), de la dynastie Piast, est né en 967 et est décédé le 17 juin 1025. Il est le premier souverain polonais à être couronné roi (1025). Il a réussi à unir les tribus des Slaves de l'ouest et à régner seul pendant 33 ans.

Fils aîné de Mieszko Ier[modifier | modifier le code]

Fils aîné du duc Mieszko Ier et de sa première épouse, la duchesse tchèque Dubravka, Boleslas Ier le Vaillant est né en 967.Pour des raisons inconnues, Miesko Ier ne mentionne pas son fils Boleslas Ier le Vaillant dans le Dagome Iudex.

Duc de Pologne[modifier | modifier le code]

Histoire de la Pologne :
la Pologne en 992 au début du règne du duc Boleslas le Vaillant.

À la mort de son père le 25 mai 992, il lui succède, s'attache à éliminer ses rivaux et à unifier le pays. C’est dans ce contexte qu’il expulse Oda (qui a voulu installer un de ses enfants sur le trône) et ses trois demi-frères (Mieszko, Świętopełk et Lambert), faisant également crever les yeux de leurs partisans (994).

Souhaitant conserver de bonnes relations avec le Saint-Empire, il soutient Otton III dans sa guerre contre les Abodrites (995). Voulant mener une politique d’expansion en Prusse (il possède déjà la Silésie, la Poméranie et la Petite-Pologne), il y envoie plusieurs missionnaires dont Adalbert, l’ancien évêque de Prague, qui est parti en 997 pour convertir les Prussiens au christianisme. Adalbert est tué par ceux-ci tout près de Gdańsk. Selon la légende, le prince Boleslas Ier Le Vaillant racheta le corps du martyr au prix de son poids en or et le fit ramener à Gniezno pour y être enterré. Aussitôt après la canonisation d'Adalbert (999), sa tombe devient un lieu de pèlerinage. En l’an 1000, avec l’autorisation du pape Sylvestre II, Boleslas Ier le Vaillant ouvre un archidiocèse à Gniezno (relevant de Rome et non des archevêchés d'Allemagne, situés de l'autre côté de l'Oder) et des évêchés à Cracovie, à Kołobrzeg (en Poméranie) et à Wrocław (en Silésie). Othon III se rend en pèlerinage à Gniezno, accepte la création de l’archevêché et proclame Boleslas Frater et Cooperator Imperii (Frère et collaborateur de l'Empire), geste qui démontre une relation qui n'est pas celle d'un vassal. Radzim Gaudenty est nommé archevêque de Gniezno. En 1001, Boleslas Ier envoie l’abbé Astryk-Anastazy auprès du pape afin de lui demander une couronne royale mais celui-ci trahit Boleslas au profit d’Étienne Ier de Hongrie qui veut également être couronné roi.

Pour se protéger de tout danger sur la frontière occidentale, Boleslas tente d’unir Polonais, Tchèques et Slovaques pour former un grand État, et faire face ensemble aux invasions. En 999, il annexe la Moravie et en 1000/1001, il annexe la Slovaquie.

La guerre avec le Saint-Empire[modifier | modifier le code]

En 1002, la mort prématurée d'Otton III met fin au rêve de relations de bon voisinage avec le Saint Empire. Profitant de la lutte pour le pouvoir dans le Saint Empire, il envahit la Lusace et la Misnie. En 1003, il se proclame duc de Bohême et de Moravie, et envoie le moine Antoine à Rome, afin de manœuvrer pour lui obtenir une couronne royale. En 1004, Henri II chasse Boleslas Ier le Vaillant de Prague, celui-ci ne conserve plus que la Moravie. En août 1005, Henri II lance une attaque à partir de Magdebourg et refoule les Polonais jusqu’à Poznań, les privant de toute influence sur la Poméranie occidentale. En 1007, Boleslas Ier le Vaillant attaque Magdebourg et réoccupe la Lusace pendant qu’Henri II est occupé par une révolte en Lotharingie. La même année, il conclut une alliance avec le prince Vladimir Ier de la Rus' de Kiev contre la Hongrie. Sviatopolk, le fils de Vladimir, épouse une fille de Boleslas Ier le Vaillant. En 1012, le Saint-Empire lance une nouvelle offensive contre la Pologne mais Henri II est rappelé par une nouvelle révolte en Lotharingie, laissant Boleslas Ier le Vaillant s’emparer de Lubusz, coupée de l’ouest par une crûe de l'Elbe. En 1013, Boleslas envoie son fils Mieszko négocier la paix avec le Saint-Empire. À la Pentecôte, lors de la rencontre de Mersebourg, Boleslas Ier le Vaillant obtient la Lusace en échange d’un serment d’allégeance à Henri II qui met fin provisoirement à la guerre entre Polonais et Allemands. Ayant sécurisé la frontière occidentale de la Pologne, Boleslas lance une offensive contre la Rus' de Kiev pour soutenir Sviatopolk, avec l’aide des Allemands et des Petchénègues. Il s’empare de Przemyśl et de Belz. En 1014, Boleslas Ier le Vaillant refuse de se joindre à Henri II pour marcher contre les Romains. Il reçoit Canut le Grand, accompagné de sa mère Swietoslawa, et lui donne 300 cavaliers pour l’aider à reconquérir l’Angleterre. En 1015, le Saint-Empire, qui veut reprendre la Lusace et la région de Meissen, rouvre les hostilités avec la Pologne.

La paix de Bautzen[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 1018, la Paix de Bautzen (en polonais Budziszyn) met un terme à la guerre. Ayant vaincu en 1017 une coalition de l’Empire avec les Tchèques et la Rus de Kiev, Boleslas Ier le Vaillant obtient la reconnaissance d’une frontière Ouest. La Pologne garde la Moravie, la Lusace et la région de Milsko, Henri II obtient la Bohême, accepte l’indépendance de la Pologne et accepte d’envoyer des troupes contre son ancien allié Iaroslav de Kiev. Boleslas Ier le Vaillant épouse Oda, la sœur d'Hermann Ier de Minsie, fille d'Ekkehard Ier de Misnie, margraves de Misnie.

Expansion à l’est[modifier | modifier le code]

En 1018, Boleslas Ier le Vaillant met sur pied une nouvelle expédition militaire contre Kiev pour soutenir Sviatopolk dans la guerre de succession qui l’oppose à Iaroslav. Le résultat de la victoire contre Kiev est l’établissement de la frontière sur le Bug, la Ruthénie rouge (qui avait été perdue par son père) et la région de Przemyśl seront annexées. Le 14 août 1018, Sviatopolk, le beau-fils de Boleslas Ier le Vaillant, est placé sur le trône de la Rus' de Kiev. Deux sœurs de Iaroslav sont emmenées en captivité en Pologne. Boleslas Ier le Vaillant envoie une « Proclamation d’une paix triomphante et amicale » aux empereurs du Saint-Empire (Henri II) et de Byzance (Basile II), par laquelle il exprime clairement son objectif de maintenir l’Europe orientale en dehors de toute autorité impériale.

Roi de Pologne[modifier | modifier le code]

Le 18 avril 1025, le dimanche de Pâques, Boleslas Ier le Vaillant est couronné roi par Hipolit, l’archevêque de Gniezno, sans l'approbation de l'empereur germanique et sans attendre l’autorisation du pape. Ce couronnement symbolise l’indépendance du pays et confirme sa position de puissance en Europe.

Le 17 juin 1025, Boleslas Ier le Vaillant décède à l’âge de 57 ans. Il est inhumé dans la cathédrale de Poznań.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

En 984, Boleslas épouse Heminilde (en polonais Henilda), la fille de Rikdag, le margrave de Misnie, ce qui lui permet de se rapprocher des Saxons, mais il chassera son épouse peu après.

En 986, il se marie avec Judith, la fille de Géza, duc de Hongrie. Ils ont un fils :

  • Bezprym (986/987 - printemps 1032). Il sera brièvement duc de Pologne, en 1031 avant d'être assassiné en 1032

En 987, après avoir chassé Judith, Boleslas épouse Emnilda, la fille du duc Dobromir de Lusace. Ils ont trois enfants:

En 1018 lors de la Paix de Bautzen il épouse enfin Oda de Misnie sœur d'Herman Ier margrave de Misnie afin de conforter ses droits à la détention de la marche de Lusace. Ils ont une fille:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :