Marcinelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcinelle
Ancien Hôtel de Ville, inauguré en 1963[1].

Ancien Hôtel de Ville, inauguré en 1963[1].
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Charleroi
Commune Drapeau de la Ville de Charleroi Charleroi
Code postal 6001
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Marcinellois(e)[2]
Population 23 294 hab. (2008)
Densité 1 770 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 51″ N 4° 26′ 38″ E / 50.397556, 4.443981 ()50° 23′ 51″ Nord 4° 26′ 38″ Est / 50.397556, 4.443981 ()  
Superficie 1 316 ha = 13,16 km2
Localisation
Localisation de Marcinelle dans la commune de Charleroi
Localisation de Marcinelle dans la commune de Charleroi

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Marcinelle

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Marcinelle

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Marcinelle

Marcinelle (en wallon Mårcinele) est une section de la ville belge de Charleroi, située en Wallonie dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Partie la plus petite de Marchienne [au-Pont][3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Marcinelle est la deuxième plus grande section de Charleroi en termes d'habitants (derrière Jumet). Sa partie nord-ouest est essentiellement industrielle et abrite des industries lourdes (sidérurgie, électricité lourde), la partie sud-est étant plus résidentielle, voire verdoyante et cossue.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Marcinelle est mentionnée pour la première fois en l’an 980 (église Saint-Martin)[4].

Lors de l'attaque surprise des troupes napoléoniennes peu avant la bataille de Waterloo, le général Pajol est le premier en action : parti à 2 heures et demie du matin, dans la grisaille d'un "petit jour brumeux et lourd", le 15 juin 1815, il réussit le premier mouvement qui le mène à Marcinelle, à 8 heures et demie[5].

L'histoire de Marcinelle, comme celle de la majorité des communes de Charleroi, est marquée par l'industrie du charbon. Elle fut le théâtre du dramatique accident du bois du Cazier où 262 mineurs ont perdu la vie. La majorité d'entre eux (136 personnes) était des ressortissants italiens. Le plus grand terril d'Europe se trouve en son sein[réf. nécessaire][6]. Aujourd'hui, le terril est un site (écosystème) protégé. On y trouve de nombreuses espèces végétales et animales.

Suite au drame du Bois du Cazier, des mesures ont été prises, notamment par la CECA. Aujourd’hui propriété de la Région wallonne et géré par l'asbl "Le Bois du Cazier", l’ancien charbonnage, requalifié grâce aux fonds européens de l'Objectif 1, est un site culturel majeur du pays de Charleroi.

Marcinelle a été le lieu de résidence de Marc Dutroux, condamné en 2004 à la réclusion à perpétuité pour l’enlèvement, la séquestration et le viol, entre juin 1995 et août 1996, de six fillettes et adolescentes, ainsi que de la mort de quatre d’entre elles.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[7],[8]
1801 1846 1900 1947 1977[9] 2001
699 2 103 14 234 23 091 26 295 23 094

Bande dessinée : l'École de Marcinelle[modifier | modifier le code]

En bande dessinée, l'École de Marcinelle est au « Journal de Spirou », fondé à Marcinelle par Jean Dupuis en 1938, ce que l'École de Bruxelles est au « Journal de Tintin », lancé par les éditions du Lombard en 1946.

L'École de Marcinelle, initiée par le dessinateur Jijé est adepte de l'humour et de la caricature, et d'un dessin « au trait dynamique, naïf et tout en rondeur ». Les principaux dessinateurs de ce courant sont Franquin, Morris, Will, Tillieux, Roba, Jidéhem, Peyo, Gos[10].

Monument[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le nord-ouest, jouxtant Charleroi et Marchienne-au-Pont est occupé par des industries lourdes qui firent la prospérité de la commune avant la fusion de 1977.

La localité comporte encore de nombreux terrils, témoins d'un important passé minier.

Marcinelle est aussi le siège des éditions Dupuis (bande dessinée).

Catastrophe dans la mine du Bois du Cazier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La catastrophe du 8 août 1956.

Le un incendie dans la mine du Bois du Cazier fait 262 victimes.

Le site a été récemment refondé et restauré en centre culturel et musée.

Une marche funèbre porte le nom de "Marcinelle" en hommages aux victimes de cette catastrophe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Delaet, Rina Margos et Chantal Lemal-Mengeot, Hôtels de Ville et Maisons communales de Charleroi, Ministère de la Région wallonne et Ville de Charleroi, coll. « Carnets du patrimoine » (no 11),‎ 1995, 64 p., p. 48-52
  2. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 31
  3. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Bruxelles, Belgique, Éditions Racine,‎ 2005 (ISBN 978-2873864095), p. 400
  4. http://www.philagodu.be/generalculturel/TOURISME/martin_marcinelle.html
  5. 18 juin 1815, Waterloo par Robert Margerit, NRF Gallimard, dans la série Les trente jours qui ont fait la France
  6. http://biodiversite.wallonie.be/fr/2349-terril-du-cerisier.html?IDD=251659544&IDC=1881
  7. Sauf 1977 - Michel Poulain (dir.), Ville de Charleroi - Atlas géostatistique des quartiers, Charleroi,‎ 2001, p. 55
  8. 1977 - Pierre-Jean Schaeffer, Charleroi 1830-1994, Histoire d'une Métropole, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Quorum,‎ 1995, 466 p. (ISBN 2-930014-42-3), p. 337
  9. Fusion de communes en Belgique
  10. [PDF] Les grands courants de la bande dessinée, Agnès Deyzieux, Le Français aujourd'hui, no 161, février 2008
  11. Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 20 : Wallonie, Hainaut, Arrondissement de Charleroi, Liège, Pierre Mardaga, éditeur,‎ 1994, 602 p. (ISBN 2-87009-588-0), p. 146-148
  12. Ibid., p. 151-152
  13. Ibid., p. 149

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Redécouvrir son quartier sous un autre regard... Charleroi - Section de Marcinelle, Charleroi, Espace Environnement,‎ 2008, 22 p. (lire en ligne)
  • Emmanuel Brutsaert (Rédacteur en chef), Gilbert Menne (Secrétaire d'édition) et Johan De Meester (Mission photographique), Histoire et patrimoine des communes de Belgique : Province du Hainaut, Bruxelles, Éditions Racine,‎ 2009, 608 p. (ISBN 978-2-87386-599-3), p. 157-159