Palais des Académies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 50′ 33″ N 4° 21′ 56″ E / 50.8425, 4.36556 ()

Façade du palais des Académies

Le palais des Académies est un édifice de style néoclassique, situé à l'est de la place des Palais à Bruxelles (rue Ducale 1, entre la rue Lambermont et la place du Trône).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il a été bâti à l'emplacement du refuge de l'abbaye de Parc. Sa construction s'est étalée de 1823 à 1828. Ce bâtiment néoclassique est l'œuvre des architectes Charles Vander Straeten (1771-1834) et Tilman-François Suys (1783-1861). Il était à l'origine la résidence du prince Guillaume d'Orange à Bruxelles pendant la période hollandaise (il était alors appelé palais du Prince d'Orange). Il fut mis sous séquestre après la Révolution belge en 1830. Le mobilier fut restitué au prince d'Orange en 1842 et le palais transféré à l'État belge. Il fut question d'en faire une résidence pour le duc de Brabant, le futur roi Léopold II, mais celui-ci refusa. Il connut plusieurs affectations : en 1860, il abrita le Musée de peinture moderne. En 1876, il devint le Palais des Académies. Il abrite aujourd'hui le siège de la vénérable Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts dont la fondation remonte au XVIIIe siècle, de l'Académie royale de médecine, de l'Académie royale de langue et de littérature françaises, de la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België (académie de médecine flamande) et de la Koninklijke Vlaamse Academie van België voor Wetenschappen en Kunsten (Académie royale flamande de Belgique des sciences et des arts). En 1914, les autorités d'occupation allemandes en firent un hôpital militaire.

Description[modifier | modifier le code]

Côté N.-E. : fenêtre à fronton surmontée d'un bas-relief représentant les Sciences

Conformément aux principes néoclassiques, l'ordonnance est d'une symétrie rigoureuse, soulignée par les ressauts des angles. Le bâtiment comporte quinze travées à l'ouest et à l'est, et sept travées au nord et au sud. Il présente une élévation de deux étages et demi. Le rez-de-chaussée constitue un vaste soubassement dont les murs à bossages s'ouvrent par des fenêtres cintrées. Les travées des étages sont délimitée par des pilastres ioniques. La corniche à modillons, qui souligne l'horizontalité du bâtiment, est surmontée d'un attique.

Les travées d'angle ont reçu un traitement particulier. Elles font saillie et sont cantonnées de pilastres doubles. Les fenêtres sont ornées d'un fronton triangulaire et le plat supérieur du mur décoré de bas-reliefs qui datent de 1879 : au N.-0. Les Arts par Antoine-Joseph Van Rasbourgh; au S.-0. Les Lettres par Herman; au N.-E. Les Sciences par H. Sterckx; au S.-E. La Médecine par A. Braeckevelt. Les travées d'angle servent d'entrée : des portes cochères s'ouvrent de chaque côté, permettant à des équipages de traverser le palais de part en part.

Jardin[modifier | modifier le code]

Caïn maudit.

Le palais est entouré d'un jardin orné de statues :

La Surprise
  • La Surprise (un chien en arrêt devant une tortue) par Jean-Baptiste Van Heffen (1869)

Accès[modifier | modifier le code]

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par la station de métro : Trône.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :