Mont-sur-Marchienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marchienne.
Mont-sur-Marchienne
L'ancienne maison communale de Mont-sur-Marchienne.
L'ancienne maison communale de Mont-sur-Marchienne.
Blason de Mont-sur-Marchienne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Charleroi
Commune Drapeau de la Ville de Charleroi Charleroi
Code postal 6032
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Mont-sur-Marchiennois(e)[1]
Population 13 670 hab. (2008)
Densité 1 492 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 24″ N 4° 24′ 18″ E / 50.390014, 4.404883 ()50° 23′ 24″ Nord 4° 24′ 18″ Est / 50.390014, 4.404883 ()  
Superficie 916 ha = 9,16 km2
Localisation
Localisation de Mont-sur-Marchienne dans la commune de Charleroi
Localisation de Mont-sur-Marchienne dans la commune de Charleroi

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Mont-sur-Marchienne

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Mont-sur-Marchienne

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Mont-sur-Marchienne

Mont-sur-Marchienne (en wallon Mont-dzeu-Mårciene) est une section de la ville belge de Charleroi située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Elle avait 14 300 habitants au moment de cette fusion.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles récentes au Trou Lombot, en rive de l'Eau d'Heure attestent de l'occupation humaine de Mont-sur-Marchienne depuis le mésolithique.[réf. nécessaire]

On retrouve trace de Mont-sur-Marchienne dès le Moyen Âge où la paroisse était desservie par l'abbaye de Lobbes, elle-même dépendant de la principauté de Liège.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Mont dominant Marchienne (-au-Pont)[2].

Armoiries officieuses[modifier | modifier le code]

Blason Ville be Mont-sur-Marchienne.svg
Blason de Mont-sur-Marchienne (?)
Blasonnement : D'argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules, tenant de la patte dextre une épée d'or, au chef d'azur chargé d'un château d'or crénelé, maçonné de sable.
Source du blasonnement : Le dessin du blason est repris de la couverture de la plaquette «André Sevrin, Mont-sur-Marchienne : Ses Bourgmestres, Charleroi,‎ juillet 2004»[3].



Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[4],[5]
1801 1846 1900 1947 1977[6] 2001
1 666 5 126 18 440 23 064 14 558 18 404

Culture[modifier | modifier le code]

Le Musée de la photographie est installé depuis 1987 au 11 de l'avenue Paul Pastur (Place des Essarts) dans l'ancien carmel de Mont-sur-Marchienne.

Mont-sur-Marchienne a vu naître le sculpteur Alphonse Darville en 1910. Il y a travaillé en son atelier de la rue des Gonceries jusqu'en 1990. Sa maison, au Gadin, route de Bomerée, constitue un exemple de l'architecture "Moderniste" de Marcel Leborgne[7]. Le poête Roger Desaise fut son instituteur.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 31
  2. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Bruxelles, Belgique, Éditions Racine,‎ 2005 (ISBN 978-2873864095), p. 426
  3. L'ouvrage indique en page 19 que le blason fut trouvé sur un carnet de mariage datant de 1969. Dans le même ouvrage, à la même page, l'auteur dit que le lion brandit un sabre d'or, tout en précisant en note qu'un sabre est recourbé, ce qui n'est pas le cas sur l'illustration de la couverture.
  4. Sauf 1977 - Michel Poulain (dir.), Ville de Charleroi - Atlas géostatistique des quartiers, Charleroi,‎ 2001, p. 55
  5. 1977 - Pierre-Jean Schaeffer, Charleroi 1830-1994, Histoire d'une Métropole, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Quorum,‎ 1995, 466 p. (ISBN 2-930014-42-3), p. 337
  6. Fusion de communes en Belgique
  7. André Sevrin et Frans Bondroit, Mont-sur-Marchienne, Tempus Publishing, coll. « Mémoires en Images », Gand, 2002 (ISBN 9782842533717)
  8. Décès de S.G. Sender
  9. Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 20 : Wallonie, Hainaut, Arrondissement de Charleroi, Liège, Pierre Mardaga, éditeur,‎ 1994, 602 p. (ISBN 2-87009-588-0), p. 161
  10. Ibid., p. 162-163
  11. Anne-Catherine Bioul, Vivre aujourd'hui dans un intérieur d'autrefois, à Charleroi, Namur, Ministère de la Région wallonne, coll. « Études et documents / Monuments et sites »,‎ 2004, 245 p. (ISBN 2-87401-171-1), p. 208-213

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'histoire de Mont-sur-Marchienne à travers ses façades, Charleroi, Office du Tourisme de Charleroi,‎ 2009, 283 x 595 mm, 16 p. (lire en ligne)
  • Redécouvrir son quartier sous un autre regard... Charleroi - Section de Mont-sur-Marchienne, Charleroi, Espace Environnement,‎ 2008, 15 p. (lire en ligne)
  • Emmanuel Brutsaert (Rédacteur en chef), Gilbert Menne (Secrétaire d'édition) et Johan De Meester (Mission photographique), Histoire et patrimoine des communes de Belgique : Province du Hainaut, Bruxelles, Éditions Racine,‎ 2009, 608 p. (ISBN 978-2-87386-599-3), p. 161-162
  • Guy Weyn, « Les avoués de Thuin : Contribution à l'histoire de l'abbaye de Lobbes et des seigneurs de Marchienne, Mont-sur-Marchienne et Montigny-le-Tilleul », Documents et rapports de la Société royale d'archéologie et de paléontologie de Charleroi, t. LVIII,‎ 1979-1981, p. 73-168