Linkebeek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Linkebeek (ruisseau)
Linkebeek
Blason de Linkebeek
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Hal-Vilvorde
Bourgmestre Damien Thiéry (LB)
(2007-18)
Majorité LB(2013-18)
Sièges
LB
PROLINK
15(2013-18)
13
2
Section Code postal
Linkebeek 1630
Code INS 23100
Zone téléphonique 016 - 02
Démographie
Gentilé Linkebeekois, Linkebeekoise
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
4 797 (1er janvier 2014)
47,97 %
52,03 %
1 156 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
23,26 %
59,63 %
17,12 %
Étrangers 9,98 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 6,01 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 16 478 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 46′ N 4° 20′ E / 50.767, 4.33 ()50° 46′ Nord 4° 20′ Est / 50.767, 4.33 ()  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
4,15 km2 (2005)
50,43 %
4,76 %
41,40 %
3,41 %
Localisation
Image illustrative de l'article Linkebeek

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Linkebeek

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Linkebeek
Liens
Site officiel www.linkebeek.be

Linkebeek (prononcé /linkəbeːk/) est une commune de Belgique située en Région flamande dans la province du Brabant flamand.

Linkebeek est l'une des six communes à facilités de la « périphérie bruxelloise » avec Crainhem, Drogenbos, Linkebeek, Wemmel et Wezembeek-Oppem et bénéficie pour sa population francophone de facilité linguistique pour communiquer avec l'administration, statut instauré par la loi du 8 novembre 1962. Elle est située dans l'arrondissement électoral et judiciaire bilingue de Bruxelles-Hal-Vilvorde et fait partie de l'arrondissement administratif de Hal-Vilvorde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Linkebeek, située dans la partie occidentale de l'antique Forêt de Soignes, fut déjà habitée à l'époque néolithique comme le prouvent les restes humains découverts lors des différents travaux de terrassements effectués au cours des ans.

Le premier oratoire y fut créé par Godefroid le Barbu, Comte de Louvain (1110) sous l'appellation « Saint-Sébastien », patron des Archers.

Par la suite, devenu lieu de pèlerinage (maladies épidémiques), ce temple réputé eut l'honneur de plusieurs visites princières, celle de Charles le Téméraire, en 1469, est à retenir. Le pèlerin illustre y fonda la Confrérie de Saint-Sébastien qui dépendait de l'Abbaye de Forest. Charles le Téméraire fut enchanté, dit-on, des résultats de son pèlerinage et offrit à la Confrérie Saint-Sébastien un précieux cadeau : le livre d'or.

Charles Quint, passionné de chasse, venait fréquemment dans les forêts avoisinantes. Il possédait même à Linkebeek un pavillon qu'il avait fait construire dans un pli de terrain contre le grand escalier qui longe actuellement l'église.

Pendant tout le Moyen Âge, la Confrérie Saint-Sébastien resta dépendante de Forest jusqu'à la féodalité qui vit passer Linkebeek sous l'autorité des Ducs de Brabant. Vers la fin du XVe siècle, la justice fut cédée au Seigneur de Beersel, Jean de Withem.

Sous la domination espagnole, le village fut souvent donné en gage aux fonctionnaires supérieurs espagnols.

C'est vers 1650 que Albert van de Winckele, Conseiller du Brabant, acheta la Confrérie, donc Linkebeek, et fonda la Seigneurie autonome de Linkebeek qui fut réunie à celle de Rhode et d'Alsemberg. Il y construisit un petit manoir. Marie-Barbe de Man (1796) fut la dernière dame de cette Seigneurie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune doit son nom au Linkebeek, ruisseau qui la traverse et affluent de la Senne. Elle est aussi appelée "la petite Suisse".

Selon certains, Linkebeek signifie « ruisseau de gauche », mais pour la plupart des scientifiques, c’est un « ruisseau à berges herbeuses ».

Linkebeek est parcourue par autant de petites vallées profondes, fréquemment boisées et toujours très pittoresques. Son ruisseau prend sa source dans la « Vallée des Artistes » et reçoit à cet endroit le ruisseau du Verrewinkelbeek. Cette vallée, chemin creux typique, est d’ailleurs un site classé depuis 1979. Son nom flamand initial est Wijnbrondal, une déformation de Dal van de Sinter Weyenborre, qui signifie « Vallon de la source de Saint-Gui ». Le nom français, non officiel mais consacré par l’usage, s’explique par l’attrait que le charme de ce vallon a exercé sur de nombreux artistes.

Personnalités liées à Linkebeek[modifier | modifier le code]

  • Herman Teirlinck, écrivain, y résida avant d'aller s'installer à Beersel.
  • Audrey Hepburn, l'actrice bien connue, séjourna une dizaine d’années à Linkebeek.
  • André Delvaux, cinéaste, y avait également sa résidence.
  • Pierre Caille, sculpteur y habitait une villa voisine de celle de Lismonde.
  • Lismonde, artiste-peintre y habitait la villa "Les Roches", devenue siège de la "Fondation Lismonde".
  • Laurence Bibot s’y est aussi établie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'élection communale de 2006 a vu la victoire de la liste Ensemble-LKB-Samen par 59,84 % des voix[1]. Le conseil communal issu de cette élection a présenté au maïorat la tête de liste d'Ensemble-LKB-Samen, Damien Thiéry, membre du Front démocratique des francophones, échevin aux travaux publics de 2000 à 2006[2] et fils de Roger Thiéry, bourgmestre de la commune de 1976 à 1989[3]. Le ministre flamand des affaires intérieures Marino Keulen a cependant refusé de le nommer bourgmestre, car les convocations électorales envoyées aux citoyens francophones étaient rédigées en français. Il reproche également à la majorité d'avoir tenu un conseil communal en français en octobre 2007[4],[5] En 2010, dans le cadre d'un avenir incertain de la Belgique, Linkebeek, ainsi que Crainhem et Rhode Saint-Genèse, ont voté pour un rattachement à la Région de Bruxelles-Capitale en cas de scission du Royaume de Belgique[6].


  • Liste des bourgmestres


Prénom(s) NOM Mandat
Georges Augustin van KEERBERGHEN 1798 - 1801
Jaak van KEERBERGHEN 1801 - 1805
Guillaume van TASSEL 1807 - 1813
Gillis van den PLAS 1813 - 1815
 ??? 1815 - 1823
G. de ROEST van ALKENADE 1823 -1830
Daniel THIELEMANS 1830-1835
Pieter KUYCKENS 1835 - ....
Egide de RIDDER .... - 1845
J.B. COOSEMANS 1845 - 1868
Baron d'ANETHAN 1868 - 1874
Frans CUYCKENS 1874 - 1886
Hendrik Frans Felix COOSEMANS 1886 - 1912
Gillis BERCKMANS 1912 - 1915
Frans ALBERT 1915 -1920
Kamiel BERGHMANS 1920 - 1929
Paul THEUNISSEN 1929 - 1938
Louis Frans van den BOGAERT 1938 - 1947
Louis DAY 1947 - 1953
Joseph VAN der WEE 1954 - 1956
Godefried VANDEBROEK 1956 - 1958
Louis VANDEN BOGAERT 1959 - 1964
Godefried VANDEBROEK 1965 - 1970
Joseph VAN der WEE 1971 - 1976
Roger THIERY 1977 - 1989
Christian LIETAR 1989 - 1993
Christian VAN EYKEN 1993 - 2006
Marc DE NEEF 2006 - 2006
Damien THIERY 2007 - 2009 (il devient ensuite bourgmestre non-nommé)

Lieux culturels[modifier | modifier le code]

La "Fondation Lismonde", consacrée à la mémoire de cet peintre, située dans la villa "Les Roches" qu'habitait l'artiste, devenu lieu d'exposition et de concerts.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) « Résultat des élections communales de 2006 à Linkebeek », sur binnenland.vlaanderen.be (consulté le 22 septembre 2008)
  2. « Damien Thiéry, golden boy à facilités », sur lalibre.be,‎ 16 mai 2007 (consulté le 22 septembre 2008)
  3. « Damien Thiéry devrait succéder à Christian Van Eyken au maïorat de Linkebeek », sur fdf.be (consulté le 22 septembre 2008)
  4. « Keulen ne nommera pas trois bourgmestres francophones », sur lalibre.be,‎ 14 novembre 2007 (consulté le 22 septembre 2008)
  5. Les communes de Wezembeek-Oppem et Crainhem sont dans la même situation
  6. http://actuality.vandeleene.com/2010/04/20/pres-de-400-000-francophones-habitent-en-flandre/
  7. a et b « Le comité de Jumelage », sur saintlambertdulattay.fr (consulté le 12 novembre 2011)
  8. a et b « Jumelage », sur linkebeek.info (consulté le 12 novembre 2011)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]