Drogenbos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drogenbos
Blason de Drogenbos
Héraldique
Drapeau de Drogenbos
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Hal-Vilvorde
Bourgmestre Alexis Calmeyn(Drogenbos Plus-LB)(2007-18)
Majorité Drogenbos Plus-LB(2013-18)
Sièges
Drogenbos Plus-LB
UF
17(2013-18)
11
6
Section Code postal
Drogenbos 1620
Code INS 23098
Zone téléphonique 02
Démographie
Gentilé Drogenbosois(e)
(Drogenbossenaar en néerlandais)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
5 021 (1er janvier 2014)
46,46 %
53,54 %
2 016 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
22,30 %
59,17 %
18,54 %
Étrangers 11,57 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 9,43 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 13 547 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 47′ N 4° 19′ E / 50.783, 4.317 ()50° 47′ Nord 4° 19′ Est / 50.783, 4.317 ()  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
2,49 km2 (2005)
6,53 %
7,32 %
82,28 %
3,86 %
Localisation
Image illustrative de l'article Drogenbos

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Drogenbos

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Drogenbos
Liens
Site officiel www.drogenbos.be

Drogenbos (ancienne graphie Drogenbosch ou Droogenbosch) est une commune néerlandophone à facilités de Belgique située en Région flamande dans la province du Brabant flamand.

Limitrophe de la Région de Bruxelles-Capitale, elle est l'une des six communes[1] de la périphérie bruxelloise bénéficiant de facilités linguistiques. Drogenbos fait partie de l'arrondissement administratif de Hal-Vilvorde et de l'arrondissement judiciaire et électoral bilingue de Bruxelles-Hal-Vivorde.

Géographie[modifier | modifier le code]

Drogenbos est limitrophe des communes suivantes :

La localité est traversée par la Senne où le Linkebeek et le Geleytsbeek affluent.

Son territoire est constitué par une étroite bande de 4000 m de long sur 150 m dans sa partie la plus étroite et sur 900 m dans sa partie la plus large. La superficie de Drogenbos est de 2,9 km².

La localisation de Drogenbos à proximité de Bruxelles et sur le parcours du canal Bruxelles-Charleroi et du chemin de fer, a incité, dès la fin du XIXe siècle, de nombreuses industries à s’y installer, provoquant un rapide accroissement démographique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines du village remontent au XIe siècle, érigé en bordure de la Senne, il a fait partie du bailliage de Rhode-Saint-Genèse jusqu’en 1798. Ensuite, Drogenbos est devenu un hameau de Uccle. La commune a conquis son autonomie sous le régime français.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Nicolas[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas est de style gothique brabançon. L'architecte des parties les plus anciennes (milieu du XIVe siècle) est Jan van Lier. Le bâtiment a été classé en 1938 et le site l'a été en 1945.

Ancienne école communale[modifier | modifier le code]

L'ancienne école communale conserve un témoignage de l'Art nouveau puisqu'elle était ornée de sgraffites par Gabriel van Dievoet.

Personnalités et natives de Drogenbos[modifier | modifier le code]

Il est l'un des fondateurs de la peinture abstraite en Belgique. Né à Drogenbos le 12 janvier 1898, il y a résidé jusqu'à sa mort en 1995. Cet artiste était avant tout un fermier qui occupait son temps libre à la peinture. Un musée lui est consacré. La collection comprend 300 peintures et 40 dessins. Elle offre un aperçu et un échantillon de l'œuvre de l'artiste. La ferme dans laquelle il résidait est en cours de rénovation.

Célébrités habitants de Drogenbos[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Jusque dans les années 80, la plupart des cartons de bière que l'on trouvait en Belgique étaient fabriqués dans la commune. Aujourd'hui, diverses entreprises telles que Sytec ont pris le relais des Acec, d'UCB, de Catala ainsi que diverses entreprises de peintures et de construction. L'importance de l'industrie dans la commune a permis de conserver une fiscalité très modérée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jan Lindemans et Constant Theys, Brabantsche plaatsnamen. IX: Drogenbosch, Louvain/Bruxelles, 1942, 23 p.
  • Constant Theys, Geschiedenis van Drogenbosch, Bruxelles, 1942, 143 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les cinq autres communes étant Kraainem, Linkebeek, Rhode-Saint-Genèse, Wemmel et Wezembeek-Oppem.