Lincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lincent
L'église Saint-Pierre
L'église Saint-Pierre
Blason de Lincent
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Waremme
Bourgmestre Yves Kinnard (MR)
Majorité MR - CDH- ECOLO
Sièges
PS - MR/CDH/ECOLO
7-6
Section Code postal
Lincent
Pellaines
Racour
4287
4287
4287
Code INS 64047
Zone téléphonique 019
Démographie
Gentilé Lincentois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
3 203 (1er janvier 2014)
49,2 %
50,8 %
217 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
23,22 %
61,18 %
15,59 %
Étrangers 3,03 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 8,13 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 14 055 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 42′ N 5° 01′ E / 50.7, 5.01750° 42′ Nord 5° 01′ Est / 50.7, 5.017  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
14,75 km2 (2005)
85,23 %
1,31 %
12,91 %
0,55 %
Localisation
Situation de la commune dans l’arrondissement de Waremme et la province de Liège
Situation de la commune dans l’arrondissement de Waremme et la province de Liège

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Lincent

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Lincent
Liens
Site officiel lincent.be

Lincent (en wallon Lîssin, en néerlandais Lijsem) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Liège.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Lijsem est un nom germanique, d'une forme flatteuse de Lindso + Haima, "la maison Lindso".

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation générale[modifier | modifier le code]

Lincent se situe en Hesbaye, aux confins des provinces de Liège, du Brabant wallon (Orp-Jauche) et du Brabant flamand (Landen). À 50 km de Bruxelles et Liège, le long de l'autoroute E40, Lincent est également à proximité de Tirlemont (20 km), de Jodoigne (15 km), de Huy (30 km) et de Namur (40 km). La commune comprend deux autres villages : Pellaines et Racour.

Géographie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune hesbignonne comptait en 2005 2 998 habitants (1 444 hommes et 1 512 femmes) pour une superficie de 14,74 km2[1]. Aujourd'hui, Lincent se développe en deux noyaux séparés par la route nationale 64 reliant Huy à Tirlemont. Le conducteur pressé aura l'impression de traverser un village-rue. À l'est de la route nationale, sur le plateau, un noyau du XIXe siècle s'est développé autour de petites exploitations agricoles. Dernièrement, cette partie du village a fait l'objet de nombreuses constructions sans style particulier. À l'ouest de la route, le cœur ancien du village a pratiquement disparu, ayant fait place à de petites maisons, au cours du XIXe siècle, disposées le long d'une longue rue principale. Il reste toutefois quelques éléments du noyau ancien du village, voire quelques maisons de fondation plus ancienne, remontant parfois au XVIIe siècle, construits en tuffeau et en silex. La densité de population de Lincent était en 2005 de 203 habitants au km², avec 9 % d'urbanisation du sol : l'essentiel du territoire reste dévolu à l'agriculture (Source : SPF Économie - Direction générale Statistique et Information économique).

Relief[modifier | modifier le code]

L'altitude moyenne tourne autour des 80 m au-dessus du niveau des océans. Le relief, très peu accentué, est marqué par un plateau situé à l'est du village, et d'un versant à l'ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La bacquelaine traverse le village d'est en ouest, rejoignant la petite Gette à l'ouest de la commune, affluent de la Dyle (bassin de l'Escaut).

Géologie[modifier | modifier le code]

Le silex et le tuffeau ont été exploités dans toute la région : l'appellation "tuffeau de Lincent" regroupe plusieurs veines de tuffeau présentes dans de nombreux villages. Ce matériau est une roche calcaire sédimentaire, d'origine océanique et dont la formation remonte au Landénien tertiaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Historiquement, le village de Lincent semble apparaître tardivement, au milieu du Moyen Âge ; des fouilles archéologiques menées le long du tracé du TGV oriental n'ont révélé aucune occupation avant cette période, à l'exception d'un rare matériel résiduel. Pourtant, la région est fréquentée depuis le Néolithique, pendant la protohistoire et l'antiquité romaine, ainsi qu'en attestent de nombreuses découvertes sur le territoire des communes avoisinantes. Quelques jalons éclairent l'histoire de Lincent :

  • Selon certaines sources, une villa romaine aurait existé le long d'un diverticule de la chaussée romaine, à l'extérieur du village (quartier actuel de la Bruyère). Cette hypothèse est à mettre en relation avec le tumulus d'Avernas-le-Bauduin, tout proche.
  • Au cours de la transition entre Mérovingiens et Carolingiens, la maison de Landen compte un certain Pepin parmi ses membres ; ce puissant domaine a probablement étendu son influence jusqu'à Lincent.
  • En 1031, le village passe de l'autorité du Duché de Brabant à celle du Chapitre de Saint-Barthelemy, à Liège.

Hôtel de ville[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville de Lincent est la première œuvre construite par l'architecte Joseph Poelaert.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Yves Kinard est l'actuel bourgmestre de la commune.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Globalement, le village de Lincent ne présente pas beaucoup d'intérêt sur le plan culturel ou patrimonial, à l'exception de son ancienne église en ruine, de quelques maisons de maître du XIXe siècle, et de deux grandes demeures, appelées "châteaux", datant de la même époque.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre (XIIe ‑ XIVe siècles). Il ne subsiste que les murs et la tour axiale de cette église, bâtie en tuffeau sur un microrelief dominant la Bacquelaine. Monument classé (Arr. royal du 14.03.1940), elle accueille aujourd'hui de rares événements culturels (théâtre et musique).
  • Bas-relief gothique, sculpté dans la pierre ; un probable réemploi de matériau de l'église dans le mur d'une ruelle de configuration très ancienne (rue de la fontaine, autrefois ruelle aux messes).

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Ancienne ferme hesbignonne de la localité.
L’école communale (cour des Grands) et le poste de police
  • Sections de bâtiments remontant aux XVIIe et XVIIIe siècles (fermes, habitations), notamment la ferme Vanesse et le presbytère (tous deux rue du village).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • Potales dans les champs
  • Ancienne école communale (aujourd'hui partagée entre école et services administratifs de la commune), 1870. D'après les plans de Joseph Poelaert.
  • Château de la Ferme de Lincent (anciennement château Michaux), 1904-1905. Construction en briques d'inspiration néogothique (architecte Hubert Froment).
  • Château Ulens, après 1900.
  • Maisons de maître sur la route N64 et dans le village, vers 1910.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'environnement est typique de la Hesbaye du nord. De vastes champs ondulent mollement, et s'agitent à mesure qu'on s'approche du Brabant wallon. Les chemins creux recèlent une faune et une flore en voie de raréfaction, et les paysages qui se laissent découvrir au sommet des buttes appellent à la méditation. Plus loin au nord et à l'ouest, au large du village, les premières vallées brabançonnes offrent une nouvelle perspective aux balades : Orp, Hélécine, Piétrain. Vers le sud et l'est, ce sont les grands plateaux hesbignons et les vergers flamands. Les villages de Racour et Pellaines présentent le même schéma architectural, à savoir des constructions datées pour l'essentiel des XIXe et XXe siècles, avec çà et là de rares témoins d'une occupation antérieure comme l'église de Racour (XIVe siècle). Mais les deux autres villages de l'entité ne sont balafrés ni par l'autoroute, ni par le TGV, ni par la route nationale ; ce qui leur confère un charme campagnard appréciable.

Musée[modifier | modifier le code]

  • Musée d'histoire et de la vie d'autrefois (Racour)

Écotourisme[modifier | modifier le code]

  • Lincent est traversé par l'ancienne ligne de chemin de fer L147, aujourd'hui transformée en Ravel (de Perwez à Lincent) et prolongée vers Landen.
  • Le territoire de la commune compte quelques géocaches.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : SPF Économie - Direction générale Statistique et Information économique

Sources[modifier | modifier le code]

  • D'OMALIUS d'HALLOY J.-J., Précis élémentaire de géologie, Librairie européenne, Bruxelles, 1868
  • MAQUET J. (dir)., Le patrimoine majeur de Wallonie, IPW, Namur, 2006.
  • SARLET D. & MATTHYS A., Le Patrimoine monumental de la Belgique. Wallonie, 18. 2 Liège. Arrondissement de Waremme, Liège, Pierre Mardaga, 1994.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]