Pépin de Landen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pépin.

Pépin de Landen ou Pépin l'Ancien (né vers 580 - mort en 640[1]) est un maire du palais d'Austrasie de 615 à 629, puis de 639 à 640.

Origine familiale[modifier | modifier le code]

Aucun document contemporain ne mentionne le nom de ses parents, et la Vita Garitrudis abbatissae Nivialencis rédigée au VIIe siècle se borne à dire que son origine est si illustre que nul en Europe n'ignore le nom et la gloire de ses aïeux. Au Xe siècle, la Genealogia regum Francorum parle de « Carloman, maire du Palais d'Austrasie sous Thibert II [596-612] et père de Pépin »[2], puis au XIe siècle, la Vita Pippini ducis le dit simplement fils d'un Carloman, sans plus de précision. La documentation contemporaine ne permet pas de confirmer l'existence d'un maire du palais nommé Carloman au début du VIIe siècle. Les historiens sont partagés sur l'existence même de Carloman, certains rejetant complètement l'information[3]. Mais cette mention de Carloman comme père de Pépin dans la Vita Pippini ducis n'apporte pas de prétention particulière et semble être issue d'une autre source que la Genealogia regum Francorum. De plus, à la naissance de Charles Martel, le continuateur de Frédégaire, indique que son père Pépin de Herstal le nomma d'un nom pris à sa propre langue, c'est-à-dire à sa langue maternelle, ce qui indique que le prénom de Charles provient de sa famille maternelle, donc celle de Pépin de Landen[4].

Quant à sa mère, elle reste inconnue des différentes sources tant contemporaines qu'ultérieures. Cependant, on peut remarquer dans la parenté proche de Pépin une certain nombre de porteurs de prénoms agilolfinges. Il est en effet frère d'une Waldrade[5] et père d'un Grimoald et d'une Gertrude. Comme aucun document ne mentionne Pépin comme un Agilolfinge, ce dernier ne peut être allié à cette famille que par les femmes. Chronologiquement, le seul lien agnatique qui rende compte de cette onomastique est que la mère de Pépin de Landen soit une fille de Garibald, premier duc de Bavière, et de son épouse Waldrade, veuve des rois Thibaut et de Clotaire Ier. Compte tenu de la transmission du prénom Gertrude, qui est celui d'une probable nièce de Garibald, à la fille de Pépin, il est possible que la mère de Pépin portait ce prénom[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est cité pour la première fois dans la chronique de Frédégaire en 613, comme l'un des nobles austrasiens qui fait appel à Clotaire II dans le but d'inciter ce dernier à conquérir le royaume d'Austrasie et de déposer la reine Brunehilde. Arnoulf, également noble franc d'Austrasie, s'associe à cette ambassade. Après avoir vaincu le roi Sigebert II et conquis le royaume d'Austrasie, Clotaire II confie à Pépin l'éducation de son fils aîné, le futur roi Dagobert Ier. En 623, les principaux nobles austrasiens, dont Pépin et Arnoulf, devenu évêque de Metz, demandent un roi particulier à Clotaire II. Devant leur insistance, Clotaire II nomme roi d'Austrasie son fils Dagobert et confie à Pépin le poste de maire du palais d'Austrasie[7]. Dagobert Ier succède à son père en 629 pour l'ensemble du royaume franc, mais ne tarde pas à se débarrasser des conseillers placés par son père : Arnoul doit quitter l'épiscopat de Metz pour un ermitage, et Pépin est disgracié et remplacé par le duc Adalgisel[8].

À la mort du roi Dagobert, en 639, il s'allie à un certain Cunibert et rejoint Sigebert III, roi d'Austrasie, qui le nomme maire du palais et le charge de se rendre à Compiègne afin de récupérer le tiers du trésor royal destiné à Sigebert. Mais il ne profite pas de son retour au pouvoir et meurt peu après, en 640[9].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse Itte Idoberge qui, selon les Annales Laubienses, écrites au XIe siècle, serait issue d'une famille sénatoriale d'Aquitaine, sœur de Modoald, évêque de Trêves. De ce mariage sont nés :

  • Grimoald, né vers 615, maire du palais d'Austrasie et assassiné en 657.
  • Begga[10], morte vers 693, femme d'Ansegisel, ancêtre des Carolingiens, abbesse d'Andennes après son veuvage.
  • Gertrude (v. 626 † 659), abbesse de Nivelles après la mort de sa mère

Généalogie[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Clotaire Ier
roi des
Francs
 
 
 
Waldrade
princesse
lombarde
 
 
 
 
 
Garibald Ier
duc de
Bavière
 
Theodebald
duc
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Carloman
noble franc
 
 
 
(Gertrude)
 
Grimoald
 
Tassilon Ier
duc Bavière
 
Gertrude
x Richomer
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Itte
Idoberge
 
 
 
 
 
Pépin
de Landen

maire du palais (dit Pépin I)
 
 
 
Waldrade
grand-mère de Wandregisel
abbé de Fontenelle
 
 
 
 
 
Agilolfinges
 
Bertrude
x Clotaire II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Grimoald
maire du palais
 
Gertrude
abbesse de Nivelles
 
Begga
 
 
 
Ansegisel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dagobert Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plectrude
 
 
 
Pépin
de Herstal

maire du palais (dit Pépin II)
 
 
 
Alpaïde
 
 
 
 
 
 
Les derniers
Mérovingiens
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Grimoald II
maire du palais
 
 
 
Charles Martel
maire du palais
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Carolingiens
(dont Pépin le Bref, dit Pépin III)
 
 
 
 
 
 
 
 

Légende[modifier | modifier le code]

Sa descendance ayant accédé au trône royal puis impérial, sa noblesse est par la suite associé à la sainteté, soutenu par le fait que sa veuve et deux de ses filles étaient des religieuses renommées et vénérées. Au XIe siècle, une Vie de saint Pépin est rédigée. Au XIIIe siècle, une généalogie des ducs de Brabant le place comme le premier d'entre eux et lui attribue comme patronyme le nom d'une de ses terres, celle de Landen. C'est cette qualification qui sert encore aujourd'hui à le nommer[1]. Il est honoré le 21 février comme saint par les Églises chrétiennes[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Settipani 1989, p. 49.
  2. Information reprise par Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l'ancienne France, vol. 6, livre II, Paris, Hachette,‎ 1907 (lire en ligne), p. 125.
  3. Karl August Eckhardt, Studia Merovingica, Witzenhausen,‎ 1975.
  4. Settipani 1989, p. 67.
  5. Selon Ummo, dans sa Vita Arnulfi (au milieu du IXe siècle). Cette Waldrade serait la mère de Wandregisel, fondateur de l'abbaye de Saint-Wandrille
  6. Settipani 1989, p. 68.
  7. Settipani 1993, p. 147-8.
  8. Settipani 1989, p. 48.
  9. Settipani 1989, p. 48-9.
  10. probable déformation de Gerberge (Settipani 1993, p. 152).
  11. Saint Pépin de Landen sur Nominis
  12. Saints pour le 21 février du calendrier ecclésiastiquesaints pour le 21 février du calendrier ecclésiastique orthodoxe

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]