Jodoigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jodoigne
La chapelle du marché
La chapelle du marché
Blason de Jodoigne
Héraldique
Drapeau de Jodoigne
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Arrondissement Nivelles
Bourgmestre Jean-Paul Wahl (MR)
Majorité UC
Sièges
UC
PS
cdH
ECOLO
23
15
4
2
2
Section Code postal
Dongelberg
Jauchelette
Jodoigne
Jodoigne-Souveraine
Lathuy
Mélin
Piétrain
Saint-Jean-Geest
Saint-Remy-Geest
Zétrud-Lumay
1370
1370
1370
1370
1370
1370
1370
1370
1370
1370
Code INS 25048
Zone téléphonique 010
Démographie
Gentilé Jodoignois, Jodoignoise
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
13 612 (1er janvier 2014)
48,91 %
51,09 %
186 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
22,78 %
61,06 %
16,16 %
Étrangers 4,20 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 11,88 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 14 365 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 43.45′ N 4° 52.09′ E / 50.72417, 4.86817 ()50° 43.45′ Nord 4° 52.09′ Est / 50.72417, 4.86817 ()  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
73,31 km2 (2005)
82,59 %
4,12 %
11,73 %
1,56 %
Localisation
Situation de la ville au sein de la province du Brabant wallon
Situation de la ville au sein de la province du Brabant wallon

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Jodoigne

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Jodoigne
Liens
Site officiel jodoigne.be

Jodoigne [ʒɔ.dɔɲ][1] (en néerlandais Geldenaken, en wallon Djodogne) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province du Brabant wallon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation générale[modifier | modifier le code]

Jodoigne est située en Moyenne-Belgique, aux confins du Brabant et de la Hesbaye. La ville se trouve à quelque 40 kilomètres au sud-est de Bruxelles, à 60 km au nord-ouest de Liège et 20 km au sud de Louvain. Les villages qui composent l'entité sont : Piétrain, Saint-Jean-Geest, Saint-Remy-Geest, Zetrud-Lumay, Dongelberg, Mélin, Lathuy, Jodoigne-Souveraine et Jauchelette.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jodoigne vient du latin Geldonia de Geldenaken.

  • Gelden : bas-franc : endroit où rien ne pousse (stérile)
  • Aken : épine, pointe
  • Geldenaken : rocher stérile, éperon schisteux entouré de marécages.

[2]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville de Jodoigne est traversée par la Grande Gette.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le système gédinien du terrain rhénan est représenté dans toute la vallée de la Ghète par son étage inférieur, qui y affleure depuis la route de Wavre-Hannut jusqu'à la limite de Saint-Jean-Geest. Cette bande se compose de quartzite et de phyllade gris-bleuâtre. On nous a signalé, du soufre et de l'argent natif au lieu dit Cricales. Du schiste ferrugineux et de la pechblende sont signalés à Gobiery. Vers le château de Jodoigne, le quartzite forme des bancs massifs d'un noir bleuâtre à cassure conchoïdale subluisante à peine pailletés qui atteignent plus d'un mètre d'épaisseur, on retrouve ces bancs, sous la chaussée de Tirlemont, jusque la rue de Piétrain. Le limon hesbayen du système diluvien recouvre une grande partie du territoire de Jodoigne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

De nombreux outils en silex furent trouvés aux Blanches Fontaines et Chaussée de Charleroi. Une hache en silex a été découverte dans la campagne au lieu dit « Champs des oiseaux ». Cette hache paléolithique est remarquable car le tranchant n'est pas ébréché, marquant peut-être l'apanage d'un chef.

Sources : Jadis, périodique du musée d'archéologie de Orp-le-Grand, Havard Carinne.jmarie.Dalcq. Jodoigne, passé, présent et avenir. Jodoigne, Marc Verdickt.[Passage problématique]

Antiquité[modifier | modifier le code]

À l'ouest des Grudii vivaient les Levaci qui ont donné leur nom à Louvain. Une hypothèse osée, mais amusante selon Maes  : Louvain et Grimde (un hameau de la ville de Tirlemont) seraient des villes jumelles nerviennes. Mais l'auteur reste critique. Les sources sont peu nombreuses, mais Maes sait que les Grudii habitaient à l'ouest de la Gette. À l'est, donc aussi à Grimde, vivaient les Aduatiques. Ainsi Maes déforce sa première hypothèse.

D'où nous retenons une installation des Grudii aux abords de Jodoigne.

Villa romaine ; campagne de Bronne, fouillées par Jacques Breuer et l'abbé Robert Hanon de Louvet. Tumulus romain près de l'actuel cimetière. Sources : Robert Hanon de Louvet. Poteries : ruelle des Gotteaux et au Chasselon.[incompréhensible]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des découvertes de la période mérovingienne ont été réalisées dans de nombreux endroits, attestant une présence germanique dans la région.

La tradition attribue à Jodoigne une haute antiquité, les campagnes environnantes recèlent de nombreux débris de construction. Jodoigne comme presque toutes les localités possède une histoire légendaire, qui ne repose que sur des documents erronés ou falsifiés et sur des conjectures sans fondement. Les ducs de Brabant n'acquirent Jodoigne que vers 1180 après l'avoir enlevé au comte de Duras. Dès le premier tiers du XIe siècle Jodoigne appartenait à une dame nommée Erlende, qui devenue veuve fonda dans l'église Saint-Médard une messe quotidienne pour les trépassés.

Erlende laissa trois fils, Adalbéron primicier de la cathédrale de Metz. qui fut enseveli le 2 novembre 1024, le comte de Godefroid et Gislebert. Godefroid n'ayant pas laissé d'enfants, son patrimoine passa à Gislebert, dont la fille unique, nommée Ode, épousa Othon, de la maison des comtes de Looz. Othon et ses successeurs portèrent le titre de comte de Duras et occupèrent les importantes fonctions de sous-avoué de l'abbaye de Saint-Trond.

Sources: Tarlier et Wauters, Histoire et géographie des communes belges.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le château Pastur : Ancienne résidence des Comtes de Duras, demeure seigneuriale du duc Henri Ier de Brabant, reconstruit en 1730 par le comte de Romsée, l'édifice construit en pierres blanches de Gobertange fut acquis le 15 juin 1849 par le notaire Philippe Pastur qui lui donna le nom de Château Pastur, il est l'actuel hôtel de ville.
  • La ferme de la Ramée à Jauchelette.
  • Le château des Cailloux.
  • Château G(h)obert, édifié en 1792.
  • Le château de Jodoigne-Souveraine.
  • La maison de la vicomté : Elle est bâtie en pierre de taille et ornée d'une belle et grande tourelle. Dès l'année 1530, on mentionne la Maison des Glymes.
  • L'hôtel des libertés.
  • Le musée Gérardin (abandonné).

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Jodoigne est une étape wallonne sur la via Gallia Belgica du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui se prolonge par la via Turonensis en France. L'étape notable précédente est Hélécine ; la suivante est Mont-Saint-Guibert[3].

Gastronomie locale[modifier | modifier le code]

Les spécialités culinaires de Jodoigne sont :

  • Le porc Piétrain.
  • Le boudin Vert.
  • La tarte au fromage,"la Blanke Doréye de Djodogne".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Jodoigne.
  • Jacques de Glymes, chevalier.
  • Emmanuel Antoine-Joseph chevalier héréditaire d'Alcantara décédé à Jodoigne le 22 janvier 1835, la pierre tumulaire a été malencontreusement déplacée.
  • Arnold Vleminx, châtelain de Gobiery, Rosecroix.
  • Vincent Heinsberg, dominicain né à Jodoigne, mort à Anvers en 1634 a laissé quelques écrits ascétiques.
  • Érasme van Goidtsenoven († 1671 Jodoigne), étudiant à l'Université de Louvain en 1640, échevin de Jodoigne en 1658-1659.
  • Barthélémy van Goidtsnoven (vers 1621), bourgmestre de Jodoigne en 1661-1665 et 1680-1687.
  • Philibert François van Goidtsnoven (1655 Jodoigne - † 1731 Jodoigne), greffier de Jodoigne, sa pierre tombale se trouve autour du chœur de l'église Saint-Médard de Jodoigne.
  • Jean Charles van Goidtsnoven (1692 Jodoigne - † 1777 Jodoigne), bailli de Jodoigne en 1734.
  • Jean Bolandus, jésuite, né à Jodoigne.
  • Alexandre Bouvier, avocat et avoué à la cour d'appel de Bruxelles, né en 1777 mort en 1844 auteur d'une notice.
  • Étienne Denuit, résistant.
  • Grégoire Nélis, pomologue.
  • Eugène Piérard, pomologue.
  • Cogniaux Alfred. botaniste.
  • Emile Charlot, ancien notaire et bourgemestre
  • Léopold Rosseels,architecte paysagiste.
  • Hector Defoër, aventurier, Bey d'Égypte, né a Jodoigne le 4 novembre 1832 décédé en 1902.
  • Robert Hanon de Louvet, prêtre, historien.
  • Edmond Etienne, écrivain.
  • Oscar Duchesne, historien.
  • Fernand Gilles, historien.
  • Joseph Tordoir, historien.
  • Marc Verdickt, historien.
  • Violette Morris, sportive, championne de France et du monde, footballeuse, espionne.
  • Louis Michel, homme politique.
  • Marc Wilmots, footballeur.
  • André Dewelle, poète.
  • Jean-Jacques Gaziaux, écrivain, linguiste wallon.
  • Jean Claeys, écrivain: auteur de Rinometos.
  • Philippe De Riemaecker, Photographe, poète, auteur compositeur
  • Johnny Call, chanteur
  • Jacques Lion dit Jacky, commerçant humoriste né à Jodoigne.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters,‎ 1994 (lire en ligne), p. 105.
  2. Sources: Origine des noms de lieux, Editions F.
  3. www.grsentiers.org Sentier Saint-Jacques de Compostelle

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]