Bornholm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Commune régionale de Bornholm
Bornholms Regionskommune
Drapeau de Commune régionale de Bornholm
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Danemark Danemark
Préfecture Rønne
Gouverneur
(Amtsborgmester)
Winni Grosbøll
ISO 3166-2 DK-040
Démographie
Population 40 215 hab. (2014)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Superficie 58 938 ha = 589,38 km2
Localisation
Commune régionale de Bornholm au Danemark
Commune régionale de Bornholm au Danemark
Liens
Site web http://www.brk.dk

Bornholm est une île du Danemark située dans la mer Baltique à 36 km au sud-est de la province suédoise de Scanie et à 150 km à l'est des premières côtes danoises. D'une superficie de 589 km2 et peuplée par environ 40 000 habitants, elle dépend de la région de Hovedstaden. L'archipel Ertholmene, situé au nord-est de l'île de Bornholm, ne fait pas partie d'une région ou d'une commune.

Son chef-lieu est Rønne. Borgmester est Mme. Winni Grosbøll.

Histoire[modifier | modifier le code]

L´église ronde de Østerlars.

Dans les sources islandaises médiévales, l'île de Bornholm est nommée Burgundarholm. Alfred le Grand la nomme, lui, Burgenda Land. C'est à partir de ces noms que certains chercheurs placent dans cette île la patrie des Burgondes. L'île est plus sûrement une terre de cultivateurs et d'éleveurs antiques. La pêche au saumon, à la morue et au hareng est alors pratiquée de façon saisonnière.

L'île faisait originellement partie des États danois lorsque ceux-ci s'unirent. Rattachée à la Scanie, alors province danoise, elle a donc été administrée selon la Loi scanienne, après que celle-ci a été codifiée au XIIIe siècle.

Le contrôle de l'île est l'objet d'une longue rivalité entre la couronne danoise et l'archevêché de Lund, qui se livrent plusieurs batailles pour y parvenir. La première forteresse bâtie sur l'île était Gamleborg soit la vieille forteresse. Elle est bientôt remplacée par Lilleborg ou petite forteresse, construite par le roi en 1150. Une année auparavant, le roi avait accepté le transfert de trois des quatre subdivisions de l'île à l'archevêché de Lund.

En 1250, l'archevêque fit construire sa propre forteresse, Hammershus. À partir de celle-ci, il lança, en 1259, une campagne pour conquérir le reste de Bornholm, y compris Lilleborg qui fut détruite. Le statut de l'île reste toutefois sujet à disputes pendant encore deux siècles alors que la Hanse en prend le contrôle économique. Ce n'est qu'en 1522 que l'île cesse de faire partie du domaine de l'archevêché de Lund.

En 1525, l'île est donnée en gage à la ville hanséatique de Lübeck pour cinquante ans, afin de compenser les dettes de la couronne danoise. Les habitants furent alors soumis à de lourdes taxes et au travail forcé. Une révolte éclata toutefois en 1535 et l'île redevint un fief danois, administré par un seigneur.

Au XVIIe siècle, l'île fut occupée à plusieurs reprises. La Suède conquit notamment l'île en 1645, mais dut ensuite la rendre au Danemark la même année lors du traité de paix de Brömsebro. Toutefois, en 1658, le traité de Roskilde livra Bornholm à la Suède lorsque le Danemark dut lui abandonner ses provinces de l'Est[1]. La même année, une révolte des habitants éclata, menée entre autres par Jens Pedersen Kofoed et Villum Clausen, et le commandant suédois Johan Printzensköld fut assassiné à Rønne le 8 décembre 1658. Libérés par eux-mêmes, les habitants firent alors « cadeau » de leur île au roi du Danemark Frédéric III, à condition qu'il ne cède plus jamais l'île à une autre puissance et en échange de nombreux privilèges. Le Traité de Copenhague fut signé dans ce sens en 1660 et la Suède abandonna l'île aux Danois [2].

Durant le XIXe siècle, l'île de Bornholm, grâce à un petit essor urbain et industriel contrôlé par Neksø et Rønne, attire une immigration importante de Suédois de Scanie et du Småland, à la recherche de meilleures conditions de travail. Si la plupart rentrèrent par la suite en Suède, certains sont restés.

On trouve encore près de Dueodde deux grands bunkers d'artillerie inachevés, construits par les Allemands lors de leur occupation de l'île, du 10 avril 1940 au 9 mai 1945[3]. Comme le Commandant von Kamptz, qui dirigeait la garnison de 12 000 hommes, refusait de se rendre aux Soviétiques, ceux-ci bombardèrent Rønne et Nexø les 7 et 8 mai 1945 puis, le 9 mai, ils débarquaient sur l'île, qu'ils occupèrent jusqu'au 5 avril 1946.
Une fois tous les occupants partis, l'état suédois voisin prit part à la reconstruction de Rønne et de Nexø.

Pendant la Guerre froide, l'île de Bornholm occupait une position stratégique en mer Baltique au voisinage de la RDA et de la Pologne, l'une et l'autre membres du Pacte de Varsovie ; en tant que poste avancé de l'OTAN, ses habitants craignaient une nouvelle invasion soviétique.

Aujourd'hui encore, l'archipel des Ertholmene, à 20 km au nord-est de l'île principale avec ses villages de Christiansø et de Frederiksø, sans faire jamais partie d'aucune commune, est propriété de l'État danois et c'est le Ministère de la Défense qui l'administre directement. Les bâtiments militaires, dont la plupart datent de la fin du XVIIe siècle, y servent aujourd'hui de résidence.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bornholm.

L'île de Bornholm a la forme d'un parallélogramme de 40 km du nord au sud, de 30 km d'est en ouest et d'une circonférence de 141,4 km. L'intérieur des terres dévoile un monde de collines dont le point culminant se place à 162 m d'altitude. Elles permettent des cultures de céréales, notamment du blé et de l'avoine ainsi qu'un intense élevage bovin et porcin. Les gisements de kaolin permettent la fabrication de faïences et de poteries.

Elle a la particularité d'être la seule île du Danemark à présenter une partie rocheuse dont les glaciers n'ont pu venir à bout lors des glaciations du quaternaire. Ainsi, les falaises abruptes et rocheuses de la côte nord sont spectaculaires. La côte méridionale, beaucoup plus plate et souvent sablonneuse, offre au touriste des plages magnifiques dont le sable fin servait autrefois à la fabrication de sabliers.

Son charme propice aux randonnées à bicyclette réside également dans un patrimoine architectural original (plusieurs magnifiques églises rondes). Ces atouts permettent à la patrie des Burgondes (ils en seraient partis à la fin de l'Empire romain pour s'installer définitivement en Bourgogne) d'offrir une destination très prisée pour les amateurs de calme et d'histoire. La configuration de faible relief favorise la formation de congères de neige en quelques rares hivers très neigeux. Elles ont dépassé six mètres de hauteur, bloquant tous les transports routiers après les fortes chutes de neige de la mi-décembre 2010.

Des liaisons maritimes sont établies avec :

Langue[modifier | modifier le code]

L'éloignement de Bornholm du reste du Danemark et sa proximité avec la Suède, a permis aux habitants de l'île de développer un dialecte qui leur est propre, le Bornholmsk (ou « danois des îles »), idiome qui traduit une influence notable, et pour certains prépondérante, du suédois.

Commune régionale de Bornholm[modifier | modifier le code]

Bornholm avec les 5 municipalités en différentes teintes de vert (1970-2002), les 22 anciennes communes existant avant 1970 (traits fins) et les 4 « herreder » (traits épais)

La « Commune régionale de Bornholm » (Bornholms Regionskommune) est le nom de l'entité politique gérant l'île depuis 2002. Cette dénomination vient du fait que depuis cette date et durant les 5 années qui suivirent, elle fut à la fois une commune et un amt (département).

Cette entité était née de la fusion de l'ancien amt de Bornholm et des 5 communes qui existaient alors sur l'île : Allinge-Gudhjem, Hasle, Neksø, Rønne et Aakirkeby. Ces communes avaient été créées en avril 1970, par le regroupement de 22 municipalités (constituées par 6 villes de marché et 16 paroisses).

Depuis la réforme municipale du 1er janvier 2007, la Commune régionale de Bornholm a été intégrée à la région Hovedstaden. Elle est divisée en 4 herreder (équivalents des hundreds anglo-saxons) : Nørre (Nord), Sønder (Sud), Vester (Ouest) et Øster (Est), regroupant chacun les territoires de 5 ou 6 anciennes communes d'avant 1970.

Démographie[modifier | modifier le code]

Source: statistikbanken.dk Statistical Yearbook 2009: Area and population. Regions and inhabited islands



Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Bornholm est jumelée avec [4]:

Anecdote[modifier | modifier le code]

Sous le nom fictif de Courland, c'est cette île qui a inspiré le feuilleton La Demoiselle d'Avignon avec Louis Velle et Marthe Keller.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Scanie le Blekinge, et le Bohuslän ; le Halland, cédé pour 30 ans en 1645 par le Traité de Brömsebro en garantie d'exécution de celui-ci, devint définitivement province suédoise et le Trøndelag -- la région de Trondheim en Norvège), fut alors cédée à la Suède, mais le Danemark la récupéra au Traité de Copenhague en 1660.
  2. À titre de compensation, la couronne suédoise recevait les fiefs de Lillö, Udderup, Svabesholm, Tunbyholm, Ingelstad, Smedstorp, Onslunda, Gyllebo (avec Sankt Olof), Gladsax, Lövestad, Månstorp, Flyinge, Billesholm, Tomarp, Dragesholm, Vollsjö et Legeved en Scanie plus Hörby gård dans le Blekinge, alors possédés par des nobles danois, qui les abandonnèrent en échange de biens de la Couronne danoise : c'est ce que, dans l'histoire suédoise, on appelle Bornholms vederlagsgods -- Bornholmsk vederlagsgods en danois.

    Les fiefs de Bosjökloster, Torup et Herrevadskloster finirent également par tomber dans l'escarcelle du Roi de Suède parce qu'ils appartenaient à Corfitz Ulfeldt.
    Corfitz Ulfeldt était un familier du roi de Danemark Christian IV, lequel lui avait donné en mariage sa fille Leonora Christine et qui, en tant que régent à la mort d'icelui, s'était opposé à son successeur et beau-frère Frédéric III. Accusé de détournement de fonds publics, il s'était mis au service de Charles X Gustave de Suède, allant jusqu'à lui donner 150 000 rixdales, probablement volés au Trésor danois, pour mener sa guerre contre Frédéric : pour ses bons et déloyaux services, il avait en 1658 été appelé à diriger la délégation suédoise aux négociations du Traité de Roskilde puis nommé gouverneur de la Scanie nouvellement conquise.
    Cependant, il s'était brouillé aussi avec Charles X et se retrouva bientôt de nouveau accusé, cette fois-ci d'avoir trahi pendant le Siège de Copenhague, lors de la Tentative d'entrée en force du 9 au 11 février 1659 --Stormen på København en danois, qui avait échoué, coûtant 1 000 hommes à l'armée suédoise.
    Assigné à résidence en attendant son procès, c'est à Bornholm qu'il s'était enfui avec Leonora Christine, et qu'il fut arrêté et emprisonné à la forteresse de Hammershus ; il en fut cependant libéré en échange de l'abandon de tous ses biens.
  3. Le reste du Danemark fut pour sa part occupé le 9 mai 1940 et libéré le 4 mai 1945.
  4. Venskabsbysamarbejde

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]