Philippe Van Dievoet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dievoet.

Philippe Van Dievoet, dit Vandive, est un orfèvre et joaillier né à Bruxelles en 1654 et mort à Paris en 1738.

Le fameux[1] orfèvre Philippe Van Dievoet, bourgeois de Paris, conseiller de Louis XIV, officier de la Garde-Robe du roi, syndic général des rentes de l'Hôtel de Ville de Paris et consul de ladite ville, était un des frères du sculpteur Pierre Van Dievoet (1661-1729), dont le nom est cher et familier aux Bruxellois pour être l’un de ceux qui leur ont donné la « plus belle Grand-Place du monde ». Il était frère également de Jean-Baptiste Van Dievoet (1663-1751), important négociant en vins établi à Bruxelles au Marché aux Fromages dans la grande et belle maison appelée « le Dragon » qu’il y avait construite en 1709 sur les ruines de deux immeubles bombardés en 1695.

Il est le père de l'orfèvre Balthazar Philippe Van Dievoet dit Vandive.

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Van Dievoet (1704-1776), époux d'Élisabeth van der Meulen, neveu de l'orfèvre du roi Philippe Van Dievoet dit Vandive (portrait à l'huile par Trigaux, 1761)
Jean-Baptiste III Van Dievoet (1747-1821), époux d'Anne-Marie Lambrechts, petit-neveu de l'orfèvre du roi Philippe Van Dievoet dit Vandive (portrait au pastel vers 1774)

Philippe Van Dievoet dit Vandive, conseiller du roi, l’un des six officiers de la Garde-Robe du roi, marchand orfèvre et joaillier à Paris, garde du Corps des Orfèvres en 1701, 1702, 1716, grand-garde en 1717, élu consul de Paris en 1721, administrateur[2] de 1733 à 1738 au Grand Bureau des Pauvres de l’Hôpital dit des Petites Maisons, naquit à Bruxelles où il fut baptisé le 9 janvier 1654 à Sainte-Gudule[3]. Il eut comme parrain Philippe Slachmulder, très vraisemblablement son grand-père maternel, et comme marraine Catherine Verhasselt.

Il était le fils d’un bourgeois de Bruxelles, Gilles Van Dievoet, décédé vers 1670, et de Catherine Slachmeulder, épousée à Bruxelles (Notre-Dame de la Chapelle) le 13 novembre 1650, et décédée à Bruxelles le 24 juin 1660. Gilles Van Dievoet, après seulement un peu plus d’un mois de veuvage, se remaria à Sainte-Gudule[4], le 31 juillet 1660, avec Gertrude Zeevaert, qui mourut elle-même à Bruxelles le 22 juillet 1705, après s’être remariée le 28 août 1672 [5] à l'église Saint-Géry (tt. Joachim Zeevaert et Pierre Van Assche) avec Charles de Lens, bourgeois de Bruxelles, décédé le 16 avril 1701 et enterré dans l'église de Saint-Géry[6]. Il fut donc très jeune, à l’âge de sept ans, orphelin de mère, et un peu plus tard, en pleine adolescence, orphelin de père.

Il alla s’installer à Paris en 1672, à l’âge de dix-huit ans et, après treize ans de séjour, il reçut des lettres de naturalisation en mars 1685, à l’âge de trente et un ans, lettres qui précisent qu’il est obligé de finir ses jours dans le Royaume et de n’être ni agent ni entremetteur d’aucune puissance étrangère.

En France, son nom, d’abord écrit phonétiquement à la française Vandivout est devenu Vandive.

Dans son monumental ouvrage Le Poinçon de Paris, Henry Nocq le mentionne sous la graphie Vandivoust, Vandives ou même Wandive. Lui-même signait Vandive. Selon une ancienne tradition de famille reprise dans une généalogie manuscrite, son nom a été changé en Van Dive par le Dauphin dont il avait été le joaillier.

Nous ignorons tout de ses débuts et des influences qui l’ont poussé à s’établir à Paris. Remarquons d'ailleurs que son frère cadet, le sculpteur Pierre Van Dievoet (1661-1729), dont le talent avait peut-être été remarqué par le futur roi Jacques II qui vécut à Bruxelles de 1678 à 1679, s’établit à Londres vers 1679 sous le règne de Charles II comme le précise Vertue, il avait alors dix-huit ans, et il y resta jusqu'à la révolution de 1688 qui chassa du trône Jacques II, frère de Charles II. C’est ce même événement d’ailleurs qui avait causé le départ d’Angleterre et son retour à Paris de Nicolas de Largillière (1656-1746), qui était alors encore un peintre anversois. À la même époque se trouvait par exemple à Londres, où la colonie des artistes flamands était alors assez considérable, et qui sont encore mal connus, un autre Bruxellois, le peintre Pierre Van der Meulen (né en 1638), frère du fameux chroniqueur des batailles de Louis XIV, Adam-François Van der Meulen.

Son mariage avec Anne Martinot[modifier | modifier le code]

Il épousa à Paris en premières noces, Anne Martinot, décédée en 1707, fille du fameux horloger Balthazar Martinot (1636-1716), valet de chambre-horloger ordinaire de la reine Anne d'Autriche, puis horloger ordinaire du roi, et d’Anne Belon. Anne Belon était fille de Pierre Belon, également valet de chambre-horloger ordinaire de la reine.

Anne Martinot avait une sœur, Catherine Martinot, qui épousa par contrat du 30 août 1699 promettant une dot de 22 000 livres, Antoine Barrois, valet de chambre ordinaire du roi, fils de Claude Barrois, également valet de chambre ordinaire du roi, et de Marie-Marguerite Liebeuf. Ce contrat de mariage fut signé, dans l’ordre, par le roi Louis XIV, Louis, le Grand Dauphin, Louis, duc de Bourgogne, Marie-Adélaïde princesse de Savoie, duchesse de Bourgogne, Philippe d’Anjou et Charles de Berry.

Balthazar Martinot, dit l’aîné, était l’un des plus remarquables horlogers de son temps. Avant l’invention capitale en 1675 par Christian Huygens (1629-1695) du ressort-spiral réglant, Balthazar Martinot, en collaboration avec Blaise Pascal et le duc de Roannez, mit au point en 1660 un système de ressort destiné à réguler le balancier des montres. Ce mécanisme porte toujours en horlogerie le nom de « ressort réglant de Martinot ».

Balthazar Martinot l’aîné était fils de l’horloger Balthazar Martinot le Vieux, (1610-1697) et de Catherine Hubert, fille de l’horloger Noël Hubert (1612-1650), gouverneur du Gros Horloge de Rouen, et fondateur en cette ville d’une célèbre dynastie d’horlogers. Plusieurs membres de cette famille Hubert, restés huguenots, ont émigré à La Haye, Amsterdam, Genève, Leiden ou Londres.

Balthazar Martinot le Vieux mourut à Paris à 87 ans, quai des Orfèvres, « Aux Balances », qui était le domicile de Philippe Van Dievoet et d’Anne Martinot sa petite-fille.

Philippe Van Dievoet fait baptiser dix enfants à Saint-Barthélemy. Parmi les parrains, les horlogers Martinot, Jean-Baptiste Jouvenet, peintre ordinaire du roi, et son frère le sculpteur Pierre Vandivout (sic). Lors de la mort d’Anne Martinot, il avait cinq enfants tous mineurs. Il donna à chacun de ses enfants en les mariant la somme de vingt mille livres.

Son second mariage avec Marie-Catherine Lopinot[modifier | modifier le code]

Philippe Van Dievoet épousa en secondes noces, en 1717, après dix ans de viduité, Marie-Catherine Lopinot, veuve en premières noces du Sieur François Garnier, décédée quai des Orfèvres le 6 décembre 1735, et sœur de Gabriel Lopinot fermier général du duché de Thouars[7].

Ses adresses[modifier | modifier le code]

Il habita à Paris successivement rue de Harlay à l’enseigne des Balances (cité de 1680 à 1693), puis quai des Orfèvres « aux Balances d’Or » (cité en 1697 et en 1702). À sa mort, le 1er février 1738, il habitait toujours quai des Orfèvres « aux Balances », paroisse Saint-Barthélemy. Le 2 février 1738, selon un faire-part, M. Vandives, ancien consul, fut enterré à Saint-Barthélemy. Il a fondé à Paris une messe journalière.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne son œuvre, nous savons que le 23 novembre 1687 il reçut 450 livres pour « deux garnitures de vermeil, qu'il a faites à des vases pour le service de Sa Majesté », mais ces vases ne semblent pas avoir été conservés ou du moins, comme le fait remarquer Michèle Bimbenet-Privat, n’a-t-il pas signé ou marqué d’un poinçon des œuvres provenant de la collection royale Ce fut l’année également de sa réception à la maîtrise « par lettres de cachet du roi ». Le 16 mars 1688 il obtint des lettres patentes en considération des ouvrages qu'il a faits pour le roi. Il est reçu maître par un arrêt du Conseil qui l’autorise à tenir boutique ouverte dans Paris. Il devra faire insculpter son poinçon à la Cour des monnaies. Sa déclaration de poinçon n’a pas été retrouvée dans les archives.

Nicolas de Blégny dans son Livre commode des adresses de Paris pour 1692, au chapitre consacré au commerce des ouvrages d’or, d’argent, de pierreries, et de perles, cite Vandive, habitant alors rue de Harlay, comme ayant un particulier talent pour les petits ouvrages et bijouterie d’or. Il y est cité à côté des orfèvres « Bel, place du College Mazarini, Blanque, rue Dauphine et les frères Sehut, même rue », qui s’identifient comme étant Josias Belle, Jacob Blanques, d’origine allemande plutôt que flamande, Jacques Seheult et son frère Isaac Seheult, ces trois premiers d’origine protestante étaient devenus de « nouveaux convertis », tandis que ce dernier préfèrera bientôt prendre le parti de se réfugier à Londres.

L’on peut se faire une idée de quel genre étaient ces petits ouvrages d’or en lisant l’inventaire après décès de Josias Belle, daté du 25 janvier 1696, soit presque à la même époque que la publication du livre de Nicolas de Blégny (1692). L’on y trouve tout un stock de ces petits ouvrages en or : cure-dents, dés, tabatières, boutons de manchettes, cuillers à café, joncs, boucles de souliers. Ou encore étaient-ils semblables à ces objets découverts en 1700 lors d’une inspection de police dans l’atelier de Jacob Blanques, à l’époque des lois somptuaires : des boîtes et des gobelets en or.

L’on sait également qu’il fit toute la vaisselle du Comte Louis de Guiscard[8] (1651-1720), ancien ambassadeur de France en Suède, ainsi qu’un « surtout » pour le diplomate Daniel Cronström (1655-1719), résident suédois en poste à Paris de 1693 à 1719, qui nous parle en ces termes de notre orfèvre dans une lettre datée du 5 avril 1703 faisant partie de la précieuse correspondance qu’il entretenait depuis Paris avec le grand architecte suédois Nicodème Tessin le Jeune (1654-1728), architecte du roi de Suède : « la vaisselle va son train et j’auroi mesme le surtout, mais il ne sera pas de Launay et Baslin, orfèvres du roy aux galleries (sic) du Louvre. Je leur ay offert 1/3 de plus pour la façon du surtout. Voicy leur réponse ; d’eux, il auroit esté du dernier bien, de Vandives qui le fait, il sera bien seulement. C’est celluy qui a fait toute la vaisselle du comte Guiscard » . Comme on le voit, les grands orfèvres Nicolas de Launais (1647-1727) et son beau-frère Claude II Ballin (1661-1754), n’hésitaient pas à déprécier en leur faveur le travail d’un de leurs confrères, auquel ils donnaient un « bien » quand même, se réservant le « très bien » !

Le 7 novembre 1707, il est autorisé à faire un pot de chambre d’argent pour la reine d’Espagne, qui était Marie-Louise-Gabrielle de Savoie (1688-1714), première épouse de Philippe V roi d’Espagne fils de Monseigneur le Grand Dauphin, et qui venait d’accoucher le 25 août 1707 d’un petit prince des Asturies, futur Louis Ier éphémère roi d’Espagne, dont le baptême aura lieu le 12 décembre.

Philippe Van Dievoet dit Vandive était considéré à son époque comme étant un « fameux orfèvre » pour reprendre l’expression de Dangeau, il était également un des principaux fournisseurs de la cour. Selon une tradition conservée dans sa famille à Bruxelles, il était joaillier du Dauphin. Ce qui est confirmé par les archives. Il fut en effet officier de la Garde-Robe du Roi, recruté pour le service du Dauphin, de 1680, il avait vingt-six ans, jusqu’à la mort de Monseigneur en 1711. Selon Michèle Bimbenet-Privat, il doit son intégration au groupe des orfèvres royaux à la protection de son beau-père, l’horloger Balthazar Martinot, qui fut, en effet, lui-même horloger du roi, mais qu’il ne faut pas confondre avec son frère Claude Martinot qui fut valet de chambre horloger du roi logé aux Galeries du Louvre, ni avec son cousin l’horloger Henri Martinot (1646-1725), horloger du roi, logé également aux galeries du Louvre. Le département de la Garde-Robe formait un des vingt-deux départements de la Maison Civile de Louis XIV, il était dirigé par un Grand Maître et par six officiers. Depuis 1672 le Grand Maître était un proche ami du roi, le duc François de La Rochefoucault (1634-1714), fils du mémorialiste.

Monseigneur le Grand Dauphin (1661-1711) avait commencé à collectionner vers 1681, il avait alors vingt ans, et outre les porcelaines, il appréciait particulièrement les gemmes. Prince affable, généreux, fin et cultivé, il fut le personnage le plus populaire de la famille royale. Comme le dit François Bluche, il est regrettable que ce Dauphin si doué, si aimé, mort prématurément, n’ait pu succéder en 1715 à son père. Il eût été le meilleur des rois. Monseigneur le Dauphin avait d’ailleurs également des liens étroits avec Bruxelles, puisque son épouse, Marie-Anne-Christine de Bavière (1660-1690), n’était autre que la sœur de Maximilien-Emmanuel de Bavière (1662-1726), gouverneur général des Pays-Bas, et important acteur de la reconstruction de Bruxelles après le bombardement de 1695. Les Bruxellois reconnaissant avaient placé sa statue, d’abord de pierre puis de bronze, sur le faîte de la maison de la Grand-Place appelée « l’Arbre d’Or », dont la façade avait été ornée de sculptures par Pierre Van Dievoet. D’ailleurs le grand projet avoué de Maximilien-Emmanuel de Bavière était-il d’obtenir la couronne royale des Pays-Bas dont Bruxelles, destinée à devenir la plus belle ville du monde, aurait été la splendide et florissante capitale. Maximilien-Emmanuel de Bavière avait lui aussi, de par son lien de parenté, de nombreux contacts avec Paris. Aussi, la paix étant revenue après le traité de Ryswick en 1697, s’adressa-t-il à Laurent Danet, un grand marchand-mercier parisien, un des principaux fournisseurs du roi en vases de pierre dure et d’objets exceptionnels qui disposait d’un réseau international particulièrement efficace, et qui semble avoir eu une succursale à Bruxelles, pour y meubler à neuf son palais de gouverneur. Il lui acheta des meubles, une pendule de vermeil, un vase de jade, des tableaux, des bronzes, des porcelaines, des laques, des girandoles, des lustres et des bijoux. Cette pendule en vermeil, vendue en 1698 à Maximilien-Emmanuel de Bavière, est toujours conservée à la « Schatzkammer » du Musée de la Résidence à Munich (inv. 729). Cet objet splendide, en argent doré et or massif, orné de rubis et de diamants, est signé pour le mécanisme « Martinot aux Galleries (sic) du Louvre ». Il s’agit là de la signature habituelle de l’horloger Henri Martinot (1646-1725), directeur des Horloges de toutes les Maisons Royales, époux d’Élisabeth Girardon fille de l’illustre sculpteur le chevalier François Girardon (1628-1715). Le boîtier est signé du poinçon du maître-orfèvre Josias Belle (baptisé au temple de Charenton le 29 avril 1628, décédé à Paris en 1696). Un bas relief en or représentant la victoire de Maximilien-Emmanuel sur les Turcs lors de la bataille de la Save en 1688, y a été ajouté par la suite. Le nom de l’orfèvre en est inconnu et Josias Belle n’en est certainement pas l’auteur. Ne pourrait-on penser ici à l’œuvre d’un orfèvre parisien qui aurait eu à la fois des liens avec Bruxelles où Maximilien-Emmanuel était gouverneur, et avec la famille des fameux horlogers Martinot ? Nous pensons bien sûr ici à Philippe Van Dievoet.

Son entourage[modifier | modifier le code]

Les archives nous montrent qu’il était un proche du célèbre peintre Jean Jouvenet. Celui-ci comme on l’a vu plus haut, fut parrain d’un de ses enfants, et également, le 12 octobre 1686 Anne Martineau (sic) femme de Philippe Vandivoust (sic) devint marraine de Jean-Baptiste-Antoine Jouvenet, fils du peintre Jean Jouvenet et de Marie Baronneau son épouse, laquelle est fille de Louis Baronneau, un grand horloger travaillant dans la cour du Palais, officier de la reine Marie-Thérèse et sœur de Jean-Louis Baronneau, horloger de la Reine.

Le 8 octobre 1692, Philippe Vandivout cité comme « orfèvre de Monseigneur le Dauphin » est témoin du mariage de l’orfèvre Claude de Drisfald avec Anne Gaillard, la veuve de l’orfèvre François de Coomans dont le nom francisé était François Commences.

Le 23 février 1695, Philippe Vandives « joaillier du roi » est parrain de François Philippe de Lens né Quai des Orfèvres, l’un des enfants de l’orfèvre François de Lens marié à Catherine Lemoine, fille du peintre Jean-Baptiste Lemoine.

Cet orfèvre François de Lens est le petit-fils de l’orfèvre bruxellois Guillaume de Lens (1588-1637) et de Marie van Opstal (1588-1655), et le fils de Jean de Lens, né à Bruxelles en janvier 1616 et décédé le 13 août 1689 à Paris, « orfèvre ordinaire de Monsieur d’Orléans frère unique du roi » cité en 1636 comme demeurant au prieuré de Saint-Denis de la Chartre, qui épousa le 9 février 1643 Catherine Zwelinck, fille du graveur Jean Zwelinck et de Catherine Moncornet. Parmi les témoins à ce mariage figure Alexandre de Coemans « Directeur de la Manufacture des tapisseries du roi », manufacture dont l’origine remonte à l’établissement fondé dès 1601 par Marc de Coomans et François Van der Planken. Remarquons que la famille Moncornet était une famille de graveurs et de tapissiers bruxellois bien connue. Parmi les parrains et marraines des enfants de Jean de Lens et de Catherine Zwelinck, figure en 1647 sa mère Marie Van Opstal (1588-1655), veuve de Guillaume de Lens (1588-1637), maître orfèvre de Bruxelles. Peut-être ce Guillaume de Lens est-il parent de Charles de Lens qui épousa à Bruxelles Gertrude Zeevaert veuve de Gilles Van Dievoet ? Marie Van Opstal était la sœur du grand sculpteur parisien d’origine bruxelloise Gérard Van Opstal (vers 1594-1668), un des fondateurs de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Paris.

Ces parrainages nous montrent que Philippe Van Dievoet était en relations étroites avec ses compatriotes bruxellois de Paris.

Les Vandive de Paris n’ont pas non plus oublié Bruxelles et ont longtemps conservé des contacts familiaux et d’affaires avec leurs frères et cousins restés en cette ville, comme le montrent les divers actes publiés en annexe. Philippe Vandive était ainsi présent à Bruxelles le 20 août 1714, comme on peut le lire dans les registres du notaire Pilloy : « Ce jourdhuy vingtième d'août 1714 par devant moy Jean Pilloy notaire royal resident a Bruxelles, et les temoins sousnommez, fut present Sr. Philippe Vandive Conseiller du Roy sindic general des Rentes de l’hotel de ville de Paris demeurant ordinairement en ladite ville de Paris estant de present en cette ville de Bruxelles ».

La guérison miraculeuse d'Anne le Franc[modifier | modifier le code]

En tant qu'ancien administrateur de la Confrérie du Très-Auguste Saint Sacrement de l'Autel, érigée en l'église Royale et paroissiale de Saint Barthélmy, Philippe Van Dievoet (Vandive) témoigna le 28 novembre 1730 concernant la guérison de Anne le Franc, miracle attribué au diacre Paris[9].

Sa postérité[modifier | modifier le code]

Philippe Van Dievoet eut de son épouse Anne Martinot décédée en 1707, fille du fameux horloger Balthazar Martinot (1636-1716), cinq enfants en vie, tous mineurs lors du décès de leur mère, et qui suivent. (Philippe Van Dievoet avait ensuite épousé en secondes noces, en 1717, après dix ans de viduité, Marie-Catherine Lopinot, veuve en premières noces du Sieur François Garnier, décédée quai des Orfèvres le 6 décembre 1735, et sœur de Gabriel Lopinot fermier général du duché de Thouars, dont il n'eut pas d'enfants).

1) Guillaume Vandive, fils aîné, né vers 1680 et décédé en 1706 après onze mois de mariage, imprimeur libraire de Monseigneur le Dauphin, reçu maître en décembre 1701 par ordre du Dauphin, après avoir été en apprentissage d’avril 1697 à avril 1701 chez Jean Ier Boudot. Il épousa à Paris en 1705, Éléonore Le Prieur. Il était installé rue Saint-Jacques à l’enseigne « Au Dauphin couronné ». Guillaume Vandive et Eléonore Le Prieur eurent une fille, Charlotte-Eléonore Vandive qui épousa le 14 novembre 1718, Mr. Jean-François-Claude Beau, sr. de la Passutière[10], Procureur au Parlement de Paris, né le 8 août 1695 et décédé le 8 mars 1743 (laissant trois enfants mineurs, Léonore-Charlotte Beau, Nicole Denise Beau, mariée jeune, et Jean-François-Claude Beau)[11].

2) Marie-Anne Vandive, épouse en 1709 ( ?) Jean-François André, marchand drapier, bourgeois de Paris, consul de Paris en 1732, juge en 1740, demeurant, rue des Bourdonnois devant la rue des Mauvaises Paroles, paroisse St-Germain l'Auxerrois. Ils eurent huit enfants, Jean-Philippe, Marie-Anne-Catherine, Jeanne-Claire, Marie-Madeleine, Marie-Jeanne, Edmée-Josèphe, Jean-François-Guillaume et Élisabeth André, tous mineurs lors du décès de leur mère en 1726 et ayant comme subrogé tuteur leur oncle Balthazar-Philippe Vandive. (A. N. Y5283, Registre de clôtures d'inventaires après décès fait au chatelet de Paris de 1725 à 1736, 11 octobre 1726).

3) Balthazar Philippe Vandive, grand garde du Corps des Orfèvres en 1736, 1737, consul de Paris en 1739, décédé rue des Lavandières, enterré le 19 juin 1749, épousa à Paris le 7 avril 1711, Françoise-Edmée de La Haye, née en 1682 et décédée en décembre 1754, fille de Pierre de la Haye, marchand orfèvre joaillier et graveur de sa majesté et de Marie Madeleine Masse, petite fille de François de La Haye, orfèvre et de Catherine Desécouttes, arrière-petite-fille de Louis de La Haye, orfèvre de la Maison du roi.

4) Nicolas Félix Vandivout[12] dit Vandive[13], orfèvre, il fut garde (doyen) du Corps des Orfèvres, en 1727, 1728, 1729, en 1756 il remet son poinçon, il avait épousé Marguerite Françoise Lepape qui testa le 6 novembre 1780[14].

5) Madeleine Vandive, décédée en 1719, épouse Christophe David, imprimeur-libraire décédé le 25 novembre 1741, fils de Michel David (vers 1656-1719), imprimeur-libraire, petit-fils de Denis David. (Registre de Clôture d’Inventaire après décès du Châtelet de Paris, le 15 décembre 1719, succession de Madeleine Vandive, dont un enfant Christophe Philippe David, le subrogé tuteur est Balthazar Philippe Vandive, orfèvre-joaillier[15].

Philippe Van Dievoet dit Vandive était le grand-père de Nicolas Félix Vandive, greffier au Grand Conseil, greffier de l'audience du Conseil du Roi, avocat au Parlement de Paris (cité en 1761), conseiller notaire et secrétaire Maison et Couronne de France. Ce fut ledit Nicolas Félix Vandive qui lors de la dernière maladie du roi Louis XV fut envoyé le dimanche 1er mai 1774 par le Parlement de Paris pour aller s'enquérir de la santé du roi, comme nous l'apprend en son journal le libraire parisien Siméon-Prosper Hardy : « La nouvelle cour du Parlement n'avoit pas manqué, suivant l'usage ordinaire, de députer le nommé Vandive, l'un des premiers principaux commis au greffe de la Grand Chambre et de ses notaires secrétaires, pour aller à Versailles savoir des nouvelles de la santé du Roi. Mais ce secrétaire ne pouvoit rendre compte de sa mission à l'inamovible compagnie que le mardi suivant, attendue la vacance accoutumée du lundi 2 mai. »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nous reprenons ici le qualificatif que lui donne Dangeau: Journal du marquis de Dangeau, publié par Soulié, Dussieux, Chennevières, Mantz, Montaiglon, Paris, Firmin-Didot, 1854-1860, vol. VII, 1699-1700, jeudi 12 mars 1699, p. 44 : « fameux orfèvre ».
  2. Almanach Royal, 1736, p. 72 : « Vandive, père, Marchand Orfévre, Q. des Orfèvres, aux Balances ».
  3. Acte de baptême de Philippe Van Dievoet à Sainte Gudule le 9 janvier 1654 : « 9a (januarius 1654) Philippus filius legitimus Ægidij Van Dievoet, et Catharine Slachmeulder. Suscept : Philippus Slachmulder, et Catharina Verhasselt ».
  4. Bruxelles, collégiale de Sainte Gudule, 31 juillet 1660, mariage de Gilles Van Dievoet et Gertrude Zeevaert : « Die 31a Julij 1660 in baptisterio huius ecclesiae coram infrascripto contraxerunt inter se matrimonium Aegidius Van Dievoet, et Gertrudis Zeevaert D. Gudilae parochiani, dispensante Illmo ac Rmo D. Archie(pisco)po Mechl(iniensi) in bannorum solemnijs, praestito juramento libertatis requisito, praesentibus tamquam testibus Augustino Neetens, Joanne Zeevart fratre sponsae, Francisco Jacobs, Nicolao Vander Borcht, Joachimo Zeevart fratre sponsae, Maria de Smet, Carola la Croix, et Elisabetha Hannart, quod attestor Servatius Middegaels viceplebanus D(ivae) Gudilae ».
  5. Le 28 août 1672, mariage en l’église Saint-Géry de Gertrude Zeevaert avec Charles De Lens : « Coram me Carolo Ricquaert Pastore Sti Gaug: et testibus Joachimo Zeevaert et Petro Van Assche contraxerunt matrimonium Carolus Delens, et Gertrudis Zeevaert. Hac 28 augusti 1672 ». Un peu avant, eu lieu le 21 février 1672 en l'église Saint-Géry le mariage de Marie Zeevaert avec Daniel Danoot : « eodem die 1672 mense februario coram me Carolo Ric(quae)ert pastore S. Gaugerici et testibus Joachimo Zeevaert, Marco De Vos et alijs, contraxere matrimonium Daniel Dannoot et Maria Zeevaert ».
  6. Église Saint Géry, décès 16 avril 1701 de Charles de Lens époux de Gertrude Zeevaert : «  16. obyt Carolus de Lens maritus Gertrudis Zeevaert. S.I. Ecclesia nostra.(= sepultus in Ecclesia nostra) ».
  7. AN/Y11665, Scellé après le décès de Madame Vandive, née Lopinot, 6 décembre 1735)
  8. Roger-Armand Weigert et Carl Hernmarck, « Les relations artistiques entre la France et la Suède 1693-1718. Nicodème Tessin le jeune et Daniel Cronström. Correspondance (extraits) », dans Nationalmuseum, Skriftserie 10, Stockholm, 1964. Concernant Louis de Guiscard (1651-1720), militaire français, nommé par Louis XIV gouverneur de Namur le 2 juillet 1692 après la prise de cette ville, puis ambassadeur près la cour de Suède de 1698 à 1701, lire les nombreuses données biographiques le concernant dans l'article de Geoffroy de Failly, « Un jeton de 1692 aux armes du gouverneur de Namur ou les ravages de l'impôt du sang sous Louis XIV », dans : Le Parchemin, Bruxelles, mars-avril 2013, pp. 118-138, passim.
  9. Recueil des miracles opérés au tombeau de M. de Paris diacre, tome premier, à Utrecht, aux dépens de la Compagnie, 1733, p. 312: « Nous soussignés anciens Marguilliers, Administrateurs en charge, et anciens Administrateurs de la Confrairie du Très-Auguste Saint Sacrement de l'Autel, érigée en l'église Royale et Paroissiale de Saint Barthelemi, déclarons et certifions que depuis un nombre d'années, nous avons eu l'honneur d'acompagner le Saint Sacrement que l'on porte aux quatre grandes Fêtes de l'année à tous les malades et infirmes de la Paroisse, que nous avons été toutes les fois chez la nommée Anne le Franc fille, demeurant rue Saint Louïs, et que nous ne l'avons jamais trouvée que dans son lit, ou dans un Fauteuil étant hors d'état de se faire porter à l'église: en foi de quoi nous avons signé le présent Certificat, et offrons d'affirmer ce que dessus quand nous en serons requis. Fait à Paris ce 28. novembre 1730. Et ont signés (sic), ....Vandives... » Lire en ligne : Recueil des miracles opérés au tombeau de M. de Paris diacre
  10. H. Beauchet-Filleau et feu Ch. de Chergé, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, seconde édition entièrement refondue, considérablement augmentée et publiée par H. Beauchet-Filleau et Paul Beauchet-Filleau, Poitiers, Imprimerie Oudin et Cie, juillet 1891, tome premier, p. 352 : « Beau (Charles), sr des Granges, avocat en Parlement, juge sénéchal de la Bnie de Loge-Fougereuse et du Breuil-Barret, de la sgrie de St-Paul en Gâtine, puis de la Châteigneraye, épousa, le 13 sept. 1689, Gabrielle Garnier, fille de noble homme André, avocat du Roi en l’élection de Thouars, et de Catherine Chabert. Il est mort le 19 janv. 1723, laissant : 1° Charles-Gabriel, né à Thouars le 29 juin 1690, prêtre, curé des Moutiers, testait le 20 janv. 1742, et mourut le 6 sept. 1769 ; 2° Marie-Catherine, née le 13 juin 1691, testa le 10 mars 1742 ; meurt célibataire le 25 avril 1756 ; 3° Rose-Jeanne, née le 3 sept. 1692, décédée le 25 oct. 1705 ; 4° Françoise-Marie, née le 1er juill. 1694, morte le 16 oct. 1739 ; 5° Jean-François-Claude, sr de la Passutière, né le 8 août 1695, procureur au Parlement de Paris, 22 mars 1723 ; marié, le 14 nov. 1718, à Léonore-Charlotte Vaudive (sic : pour Vandive), mourut le 8 mars 1743, laissant : a. Nicole-Denise, mariée jeune ; b. Jean-François–Claude, c. Léonore-Charlotte, morts sans hoirs. ».
  11. ARCHIVES NATIONALES, PARIS, Registres de tutelle, AN Y4705B, 13 MARS 1743, « PROCURATION:Par devant les Conseillers du Roy Notaires au Chatelet de Paris le joursusdit furent presents les parents et amis de Charlotte Leonore Beau, âgée de dix ans, Nicolle Denise Beau, âgée de huit ans et demy, et de Charles-Gabriel Beau âgé d’un an, le tout ou environ, enfants mineurs de defunt Mr Jean-François Claude Beau leJ. procureur au Parlement, et de dlle. Charlotte Leonore Vandive sa femme sçavoir laditte Dlle Veuve Beau leur mere, demeurant rüe des Lavandières paroisse St. Estienne du Mont, Sr. Balthazard Philippes Vandive md. orfevre à Paris, ancien consul, grand-oncle maternel des mineurs, domicilié quai des Orfèvres paroisse St. Barthélemy, Sr Nicolas Felix Vandive md., marchand orfèvre jouailler aussi grand-oncle maternel, demeurant susdit quai et paroisse, Me Nicolas Felix Vandive, avocat en parlement, Sr François Vandive, negociant, demeurant susdit quai et paroisse, petits cousins maternels, Sr Jean-François André bourgeois de Paris, ancien Juge Consul, grand-oncle maternel, demeurant ruë des Bourdonnois paroisse St. Germain l’Auxerois, Jean-Philippes André, marchand drapier, petit cousin maternel, demeurant ruë St. Antoine paroisse St. Gervais, Sr. Gilbert Bourguignon, marchand êpicier en gros, petit cousin, demeurant ruë de la Monnoie paroisse Saint Germain l’Auxerrois et Me Pierre Antoine Blactot, avocat en Parlement, cousin paternel, demeurant ruë des Lavandieres paroisse Saint Estienne du Mont »
  12. Voir : Archives Nationales, notaire Guillaume Charles BIOCHE, 1713 (étude XCVII), MC/ET/XCVII/438, fol. 61, constitution de tontine, émission 1759, 15 janvier 1761, M. Nicolas Felix Vandivout dit Vandive, ancien marchand orfèvre, Paris, domicilié paroisse Saint-Germain-L'auxerrois, ainsi que MC/ET/XCVII/439, constitution de tontine, émission 1759, 3 mars 1761.
  13. Concernant l'orfèvre Nicolas Félix Vandive, lire : Mireille Rambaud, Documents du Minutier central concernant l'histoire de l'art (1700-1750), tome I [études XXXVI, LXVIII, LXX, XCI, XCII, CXIII, CXV, CXVIII, soit 1543 actes], Paris, Archives nationales, 1964, p. 574 : notaire François Jean ROGER, MC/ET/XCII/474, acte du 20 juin 1733 : "Inventaire après décès d'Antoine-François de La Trémoille, duc de Noirmoutiers, dressé en son hôtel rue de Grenelle, à la requête de sa veuve, de la duchesse d'Havré et de Croÿ et du duc de Santogenini, héritiers et légataires universels du défunt, leur oncle. Les tableaux sont estimés par André Tramblin, peintre, ancien professeur à l'Académie de peinture et de sculpture de Paris (Saint-Luc), demeurant quai de Gesvres. Estimation de l'argenterie par Félix Vandive, marchand orfèvre, rue des Orfèvres".
  14. Archives Nationales, Notaire Jean-Claude Etienne, MC/RE/XLIX/19 : "Marguerite Françoise Lepape, veuve de Nicolas Félix Vandive, testament, 6 novembre 1780".
  15. Jean-Dominique MELLOT et Élisabeth QUEVAL, Répertoire d’imprimeurs/libraires (vers 1500-vers 1810), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004, p.170, n° 1464 et n° 1471, et LOTTIN (Augustin-Martin), Catalogue chronologique des libraires et des libraires-imprimeurs de Paris depuis l’an 1470… jusqu’à présent, Paris, 1789, 2 vol.)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Almanach royal.
  • 1692 (1878) : Nicolas de Blégny, alias Abraham Du Pradel, Le livre commode des adresses de Paris pour 1692, suivi d’appendices, précédé d’une introduction, et annoté par Édouard Fournier, Paris, 1878, 2 vol.
  • 1699-1700 (1854-1860) : Philippe de Courcillon de Dangeau, Journal du marquis de Dangeau, publié par Soulié, Dussieux, Chennevières, Mantz, Montaiglon, Paris, Firmin-Didot, 1854-1860, vol. VII, 1699-1700, jeudi 12 mars 1699, p. 44. Son nom y est orthographié Vendives.
  • 1727 : Baron (procureur), Mémoire pour Nicolas Simart, marchand libraire à Paris, et damoiselle Eléonore Prieur, son épouse, tuteurs conjointement de damoiselle Charlotte-Eléonore Vandive etc., Paris, 1727 (Bibliothèque nationale de France, coté FOL-FM-18408).
  • 1733 : Recueil des miracles opérés au tombeau de M. Paris diacre, tome premier, à Utrecht, aux dépens de la Compagnie, 1733, p.312.
  • 1850 : Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) et Ferdinand Seré, Histoire de l'orfèvrerie-joaillerie, Paris, 1850, p. 164.
  • 1857 : Abbé Jacques-Rémi-Antoine Texier, Dictionnaire d'orfèvrerie, de gravure et de ciselure chrétiennes, ou de la Mise en œuvre artistique des métaux, des émaux et des pierreries, Petit-Montrouge, J.-P. Migne, 1857. Il est cité à l’article « Garde ».
  • 1873 : Archives nationales, Z,6OI5, fol-46 v°: référence mentionnée par J.-J. Guiffrey dans Nouvelles archives de l'art français, Paris, 1873, p.260.
  • 1882 : P. L. Jacob, XVIIe siècle, lettres, sciences et arts, France, 1590-1700, Paris, Firmin-Didot, 1882, p.540 (orthographié erronément Vandine)
  • 1885 : Victor Legrand, Juges et Consuls, Paris, 1899-1901, pp. 147-148, ainsi que Charles Ginoux, « Les orfèvres de Paris, officiers municipaux », dans Revue de l’Art Français Ancien et Moderne, n°3, Paris, mars 1885, pp. 40 et 215.
  • 1908 : Alfred Détrez, "Aristocrates et joailliers sous l'ancien régime", dans La Revue (ancienne Revue des Revues), volume 78, Paris, 1908, p. 471: "aux grandes fortunes des Delahoquette, des Vandive, des Granchez".
  • 1920 : Wilfred Joseph Cripps, Old French Plate- its Makers and Marks, Londres, 1920, p. 52 (concerne Balthazar Philippe Vendive -sic-, garde 1735-1736)
  • 1964 : Roger-Armand Weigert et Carl Hernmarck, « Les relations artistiques entre la France et la Suède 1693-1718. Nicodème Tessin le jeune et Daniel Cronström. Correspondance (extraits) », dans Nationalmuseum, Skriftserie 10, Stockholm, 1964.
  • 1966 : Paul-Eugène Claessens et Julien Cuypers, « Quand Bruxelles ravagée renaît plus belle sous les ailes de l’archange : le sculpteur Pierre van Dievoet, son œuvre et sa famille », dans L’Intermédiaire des Généalogistes, n° 121, 1966, pp. 39 à 41.
  • 1972 : Alfred Marie, Jeanne Marie, "Mansart à Versailles", dans Versailles son histoire, t. II, 1972, p.635 (sous la graphie Vandivout).
  • 1972 : Henri Lengellé dit Tardy, Dictionnaire des horlogers français, Paris, 1972, pp. 437-445.
  • 1974 : Yvonne Brunel, Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, 1685-1712, préface de Pierre Breillat conservateur en chef à la Bibliothèque de la Ville de Versailles, Paris, Beauchesne, 1974, p.59 et 253.
  • 1980 : A. Van Dievoet, « Un disciple belge de Grinling Gibbons, le sculpteur Pierre van Dievoet (1661-1729) et son œuvre à Londres et Bruxelles », dans Le Folklore Brabançon, mars 1980, n° 225, pp. 65-91.
  • 1981 : André Monteyne, De Brusselaars in een stad die anders is, Tielt, éditions Lannoo, 1981, pp. 127 et 367.
  • 1982 : André Monteyne, Les Bruxellois, un passé peu ordinaire, Bruxelles, Vander éditeur, 1982, p. 109.
  • 1986 : A. Van Dievoet, « Généalogie de la famille van Dievoet originaire de Bruxelles, dite van Dive à Paris », dans Le Parchemin, éd. Office généalogique et héraldique de Belgique, Bruxelles, 1986, n° 245, p. 273 à 293.
  • 1990 : Nicole Verlet, « Orfèvrerie », dans Dictionnaire du Grand Siècle, publié sous la direction de François Bluche, Paris, 1990, p. 1131.
  • 1990 ? : Ardennes ! Tiens Ferme!, "Famille Van Dievoet dite Van Dive à Paris", Éditeur: Cercle de Généalogie et d'Héraldique des Ardennes, n° 245.
  • 1990 : Évelyne Legond, « Monseigneur », dans Dictionnaire du Grand Siècle, publié sous la direction de François Bluche, Paris, 1990, pp. 1051-1052.
  • 1998 : Dirk Van der Cruysse, Chardin le Persan, Paris, Fayard, 1998, p. 29.
  • 2002 : Stéphane Castelluccio, Les collections royales d’objets d’art de François Ier à la Révolution, Paris, 2002, pp. 128 et 136.
  • 2002 : François Bluche, Louis XIV, Paris, Fayard, 2002, p. 528.
  • 2002 : Michèle Bimbenet-Privat, Les orfèvres et l’orfèvrerie de Paris au XVIIe siècle, Paris, 2002, 2 vol., passim.
  • 2003 : Pierre Le Roy et Paul Micio, Statuts et privileges du corps des marchands orfevres-joyailliers de la ville de Paris: an 18th-century compendium of the laws governing silversmithing in Paris, publié par J. Paul Getty Museum, en association avec le New York Public Library, 2003.
  • 2004 : Mathieu da Vinha, Les Valets de chambre de Louis XIV, Paris, 2004, concernant la charge d'Officier de la Garde Robe du roi et les Martinot.
  • 2004 : A. Van Dievoet, « Quand le savoir-faire des orfèvres bruxellois brillait à Versailles », dans Cahiers bruxellois, Bruxelles, 2004, pp. 19-66. Cet article contient une abondante bibliographie et de nombreuses références et retranscriptions de documents d'archives. XXXVII&file=Tome XXXVII&count=67&page=12 Article en ligne
  • 2006 : Nicolas Lylon-Caen, "Labrüe au paradis, Chapeau aux enfers. Les notables de Saint-Germain-l'Auxerrois face à leurs curés au XVIIIe siècle", Revue d'Histoire de l'Église de France, Éditeur Brepols, volume 92, numéro 1 / 2006, p. 117-146. (telles que les Masse et les Vandive. Le bloc des notables ne presente en fait guère de fissure. Son homogénéite explique cette domination sans partage).
  • 2007 : Hélène Cavalié née d'Escayrac-Lauture, Pierre Germain dit le Romain (1703-1783). Vie d'un orfèvre et de son entourage, Paris, 2007, thèse de l'École des Chartes, tome I, pp. 209, 210, 345, 350, 429, 447.
  • 2008 : Fanny Bouvry, « Famille van Dievoet. Artistes, de père en fils », dans, Le Vif-L'Express, n° 2903, 21-27 novembre 2008, p. 121.
  • 2009 : Stéphane Castelluccio (éd.), Le commerce du luxe à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, échanges nationaux et internationaux, Paris, Peter Lang, 2009, p. 241.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]