Ignace Brice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ignace Brice est un artiste-peintre né à Bruxelles le 2 avril 1795 et mort à Saint-Josse-ten-Noode le 10 août 1866. Il est enterré au cimetière de Laeken[1]

Sa vie, sa famille[modifier | modifier le code]

Ignace Brice appartenait à une famille française originaire de la petite ville de Saint-Venant, située non loin de Béthune, que son grand-père, le peintre Pierre-François Brice (1714-1794), avait quittée pour devenir peintre et décorateur à la cour bruxelloise de Charles-Alexandre de Lorraine ; son père, Antoine (1752-1817), était aussi un peintre et graveur de talent, professeur à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles.

Il épousa à Bruxelles, le 25 août 1825, Hortense Van Dievoet, née à Bruxelles le 16 brumaire an XIII (7 novembre 1804)[2], décédée à Saint-Josse-ten-Noode le 3 avril 1854 et enterrée au cimetière de Laeken dans le caveau Brice-van Dievoet (section P.6), fille de Jean-Baptiste Van Dievoet (1775-1862), Juris utriusque Licenciatus, puis receveur des contributions directes, droits d'entrée et sortie et accises de la commune de Kerkrade (Limbourg hollandais), et de Catherine-Jeanne Cuerens (1781-1823), fille de Pierre Cuerens, avocat au Conseil souverain de Brabant, avocat aviseur des échevins de Vilvorde en 1792, et de Dame Jeanne Marie d'Elderen, née à Liège, de la noble famille d'Elderen illustrée par Jean-Louis d'Elderen, prince-évêque de Liège de 1688 à 1694.

Tombe du peintre Ignace Brice (1795-1866), au cimetière de Laeken (Bruxelles) (Section P.6.)

Ignace Brice et Hortense van Dievoet eurent une fille : Catherine-Jeanne-Eugénie Brice, née à Bruxelles le 27 avril 1827 et décédée à Saint-Josse-ten-Noode, avenue Galilée n° 1, le 23 mars 1909. Elle épousa à St-Josse-ten-Noode le 14 octobre 1848 Adrien-Joseph-Eugène Oorlof, né à Bruxelles le 14 novembre 1820, fils de Pierre, avoué à la Cour supérieure de Justice de Bruxelles, et de Dame Marie-Antoinette-Pétronille Thielens. Il décéda le 27 novembre 1895, n° 1, avenue Galilée. Morts sans descendance.

Hortense Van Dievoet (1804-1854) était l'arrière-petite-nièce du sculpteur bruxellois Pierre Van Dievoet et de Philippe Van Dievoet, dit Vandive, orfèvre du roi Louis XIV.

Sa carrière[modifier | modifier le code]

Ignace Brice fut d’abord élève de son père et de l’Académie de Bruxelles : il reçut une forte influence de Jacques Louis David, exilé à Bruxelles. Il devint professeur à l’Académie où il succéda à son père. Il exposa à Bruxelles en 1815, 1824, 1827, 1830 et 1833. Il exposa également à Gand, Anvers et Amsterdam. Il figure parmi les fondateurs de la Société des Beaux-arts de Bruxelles.

Peintre de genre, il fut également un excellent portraitiste et un dessinateur de talent. Son style est sobre, classique et dépouillé et, outre l’influence de David, il fait parfois penser aux peintres de Port-Royal du XVIIe siècle, comme Philippe de Champaigne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Portrait lithographié de Thérèse Langhendries, supérieure de l’hôpital Saint-Jean de Bruxelles
  • La Sainte Famille entourée d'anges, huile, 1818 (conservé à Bruxelles au Centre Public d'aide sociale.
  • La cuisinière et le marchand de volailles (1827), Rijksmuseum (Amsterdam), exposé au salon de Bruxelles de 1827
  • La jeune dame avec sa fille dans un jardin, Salon national de 1842
  • Portrait de Louis-Xavier Gomand (1803-1875)
  • Portrait de Jean-Louis van Dievoet, oncle de son épouse, secrétaire du Parquet de la Cour de cassation (1777-1854), 61 × 70 cm, portrait remarquable où l’on ressent l’influence de Jacques Louis David.
  • Portrait de Henri Joseph Meeûs, maître brasseur, époux de Marie Magdeleine van der Borcht.
  • Le Prestidigitateur, huile sur toile, 120 × 108 cm.
  • Portrait d'Hortense Poelaert (1815-1900), épouse d'Eugène van Dievoet (1804-1858), 1840, huile sur toile, 71 × 85 cm.
  • Portrait d'Adrien Joseph Eugène Oorlof.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul De Zuttere, « Les Brice, peintres à Bruxelles aux XVIIIe et XIXe siècles », dans L'Intermédiaire des Généalogistes, Bruxelles, n° 190, 1977, p. 258-265.
  • Paul De Zuttere, « Contribution à l'œuvre des peintres Antoine et Ignace Brice », dans L'Intermédiaire des Généalogistes, Bruxelles, n° 345, 2003, p.113-121.
  • Messager des sciences historiques: ou Archives des arts et de la bibliographie de Belgique, Société royale des beaux-arts et de littérature de Gand, Société royale d'agriculture et de botanique de Gand. Publié par P.F. de Goesin-Verhaeghe, 1879: page 469, "Ignace Brice (fils de maître)".

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Caveau Brice-Van Dievoet, section P. 6.
  2. ACTE DE NAISSANCE À BRUXELLES LE 16 BRUMAIRE AN XIII (7 novembre 1804) : "370. Du Dixhuitième jour du mois de Brumaire l’an treize de la République française. Acte de Naissance de Jeanne Hortence Van dievoet. Née le Seizième Jour du mois de Brumaire courant, à quatre heures de rélevée, fille de Jean Baptiste Van dievoet, Commis de Négociant, et de Cathérine Jeanne Cuerens, Conjoints, domiciliés Montagne de la félicité Sixième Section N° 1341. Le sexe de l’enfant a été reconnu être Feminin. Premier témoin Pierre Cuerens, Juris Consulte, agé de soixante un ans, domicilié Montagne Susdite. Second témoin Corneil Vankerckhoven, Peruquier agé de quarante sept ans, demeurant rue des Comediens. Sur la réquisition à nous faite par Jean Baptiste Van dievoet, Pere de l’Enfant. Et ont Signé. Constaté, suivant la loi, par moi Henri Joseph Van Langhenhoven Maire de la Ville de Bruxelles, faisant les fonctions d’Officier public de l’Etat-civil, soussigné après Lecture".

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]