Joe Henderson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henderson.

Joe Henderson

Description de cette image, également commentée ci-après

Joe Henderson avec Neil Swainson

Informations générales
Nom Joseph Henderson
Naissance
Lima, États-Unis
Décès (à 64 ans)
San Francisco, États-Unis
Genre musical Jazz
Instruments Saxophone ténor
Années actives 1963-2001
Labels Blue Note, Milestone, Verve, Red Records

Joe Henderson, né Joseph Henderson le et décédé le , est un saxophoniste ténor et compositeur de jazz américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les années de formation[modifier | modifier le code]

Joe Henderson naît à Lima dans l'Ohio dans une famille de 15 enfants (5 sœurs et 9 frères). Il découvre le jazz grâce aux enregistrements des Jazz at the Philharmonic appartenant à l'un de ses frères. Encouragé par ses parents et par son frère aîné James T., il commence à pratiquer la batterie, puis le saxophone ténor à 13 ans en étudiant le répertoire de Lester Young. Très vite, il compose pour l'orchestre de son lycée et se produit dans des clubs locaux. C'est à sa famille qu'il dédiera son premier album pour les remercier "d'avoir été aussi compréhensifs et tolérants" pendant ses années de formation.

Plus tard, Henderson étudie la musique au collège d'État du Kentucky (Kentucky State College) puis à l’université Wayne de Détroit (Wayne University) à l’âge de 18 ans sous la direction de Herbert Murphy.

Il devient bientôt actif sur la scène jazz de cette ville, et participe à des jam sessions en compagnie des stars new-yorkaises de passage. Ces opportunités l’encouragent à apprendre la flûte, la basse, et surtout à développer ses compétences pour le saxophone et la composition. Ses camarades de classe, parmi lesquels on peut citer Yusef Lateef, Barry Harris, ou Donald Byrd, lui apportent aussi d’autres sources d’inspiration.

Il semble que sur les conseils d'un batteur local, John Jarette, Henderson se soit mis à écouter des musiciens comme Lester Young, Stan Getz, Dexter Gordon et Charlie Parker. À cette époque, il est aussi influencé par Flip Phillips, Lee Konitz et les Jazz at the Philharmonic.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Joe accomplit deux ans (1960–1962) de service militaire : d'abord à Fort Benning, où il participe à un concours des jeunes talents militaires et remporte le premier prix et à Fort Belvoir, où il est choisi pour faire partie d'une tournée mondiale destinée à distraire les troupes. Alors qu'il se trouve à Paris, il rencontre Kenny Drew et Kenny Clarke. Il est ensuite envoyé dans le Maryland.

Après son service militaire, il s’installe à New York où il est pris en main par le trompettiste Kenny Dorham. Chaque soir, ils vont écouter Dexter Gordon jouer au Birdland. Un soir, Gordon lui demande de jouer avec son groupe et c'est évidemment avec joie que Joe accepte l'invitation.

Les années Blue Note[modifier | modifier le code]

De 1963 à 1968, il enregistre en sideman sur une trentaine d’albums du mythique label Blue Note. Bien que ces premiers enregistrements soient empreints d’une forte influence hard bop, son jeu embrasse non seulement le be-bop, le R&B ou le latin, mais aussi l’Avant-garde jazz. Ses participations incluent le quintette d’Horace Silver jusqu’en 1964 — on lui doit un solo sur Song for My Father, le fameux tube du pianiste —, l’album The prisoner de Herbie Hancock, l’avant-gardiste Black Fire de Andrew Hill et le célèbre The Sidewinder de Lee Morgan.

On notera aussi, en 1967, une association aussi remarquable que brève avec le quintet de Miles Davis en compagnie de Herbie Hancock, Wayne Shorter, Ron Carter et Tony Williams. Ce groupe n'a malheureusement pas laissé d'enregistrements.

Les années Milestone[modifier | modifier le code]

Il signe chez Milestone en 1967 et sa carrière prend un nouveau départ. Il va diriger les Jazz Communicators avec Freddie Hubbard en 1967 et 1968. Il apparaît aussi en tant que flûtiste sur l'album Fat Albert Rotunda de Herbie Hancock chez Warner Bros en 1969. C'est à cette époque que Henderson commence à expérimenter le jazz-funk fusion, le studio overdubbing et d'autres effets électroniques. Des albums comme Power to the People (1969), In Pursuit of Blackness (1971) et Black Narcissus (1976) reflètent, au sein de sa musique, une conscience politique et sociale croissante.

Après une brève association avec Blood, Sweat & Tears en 1971, Henderson déménage à San Francisco où il se met à enseigner.

Les années de la maturité et de la renommée[modifier | modifier le code]

Même s'il travaille occasionnellement avec Griffith Park Band et Chick Corea, Henderson reste essentiellement un leader au cours des années 1980. Compositeur renommé et prolifique, il se met aussi à réinterpréter des standards et ses propres compositions de jeunesse.

C'est l'époque où Blue Note cherche à positionner l'artiste à l'avant-plan de la scène du jazz. En 1986, le label édite un double album intitulé State of the Tenor enregistré au célèbre Village Vanguard de New York City. Ces albums (avec Ron Carter à la basse et Al Foster aux percussions réexplorent la formule du trio utilisée par Sonny Rollins en 1957 sur ses propres albums live au Vanguard enregistrés sous le même label. Henderson y établit son répertoire de base pour les huit années suivantes avec la ballade Ask Me Now de Monk comme titre d'accroche.

Mais c'est surtout en 1987, après la sortie de l'album An Evening with Joe Henderson, un live en trio avec Charlie Haden et Al Foster sous le label italien indépendant Red Records que la carrière de Joe Henderson va prendre un nouvel essor. L'album est acclamé et suivi en 1991, sous le même label, d'un autre album très remarqué The Standard Joe. Verve signe un contrat avec lui et positionne l'artiste sur le devant de la scène du jazz contemporain. Désormais célèbre et célébré, il enregistre en 1992 un de ses meilleurs albums Lush Life: The Music of Billy Strayhorn qui sera un succès commercial et critique, suivi la même année par un album d'hommage à Miles Davis (So Near, so Far) et en 1994 par un album d'hommage à Antônio Carlos Jobim (Double Rainbow), puis en 1997 par l'interprétation de l'opéra Porgy and Bess de George Gershwin.

Décès[modifier | modifier le code]

Joe Henderson décède le 30 juin 2001 à 64 ans d'une insuffisance cardiaque après une longue lutte avec un emphysème[1].

Il est enterré au Dayton National Cementery, dans l'Ohio, parmi plus de 44 000 autres vétérans de l'Armée des États-Unis.

Discographie[modifier | modifier le code]

La discographie de Joe Henderson en tant que leader comme en tant que sideman est importante.

Voir la discographie de Joe Henderson.

En tant que leader[modifier | modifier le code]

Blue Note[modifier | modifier le code]

Milestone[modifier | modifier le code]

  • 1967 : The Kicker
  • 1967 : Tetragon
  • 1969 : Power to the People
  • 1970 : At The Lighthouse -If You're Not Part of the Solution, You're Part of the Problem
  • 1971 : Joe Henderson in Japan
  • 1971 : In Pursuit of Blackness
  • 1972 : Black is the Color
  • 1973 : Multiple
  • 1973 : Canyon Lady
  • 1973 : The Elements
  • 1975 : Black Miracle
  • 1976 : Black Narcissus

Verve[modifier | modifier le code]

Red Records[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Evening with Joe Henderson
  • 1991 : The Standard Joe
  • 2009 : More from an Evening with Joe Henderson

Jazz Door[modifier | modifier le code]

  • 1973 : 6tet/4tet (1973)
  • 1994 : Live (1994)
  • 2001 : Sunrise in Tokyo: Live in 1971

Autres labels[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Barcelona (Enja Records)
  • 1979 : Relaxin' at Camarillo (Contemporary Records)
  • 1980 : Mirror, Mirror (Pausa Records)
  • 1999 : Warm Valley (West Wind Records)
  • 1989 : Jon Ballantyne Trio Sky Dance Joe Henderson (Justin Time)

En tant que sideman[modifier | modifier le code]

Voir la discographie de Joe Henderson.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ben Ratliff, « Joe Henderson, Saxophonist And Composer, Dies at 64 », sur nytimes.com, The New York Times,‎ 3 juillet 2001 (consulté en juillet 2010).