Louis Hayes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Hayes

Description de cette image, également commentée ci-après

Louis Hayes en 1971.

Informations générales
Nom de naissance Louis Sedell Hayes
Naissance 31 mai 1937 (77 ans)
Détroit (Michigan)
Genre musical jazz (hard bop, post-bop)
Instruments batterie
Années actives depuis 1955
Influences Charlie Parker, Kenny Clarke, Max Roach

Louis Hayes est un batteur américain de jazz dans la pure tradition du style hard bop. Il a notamment accompagné Horace Silver et Oscar Peterson pendant quelques années mais il est surtout connu pour sa collaboration avec Cannonball Adderley.


Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Louis Hayes grandit à Détroit dans un environnement musical puisque son père est musicien amateur (batterie et piano), un de ses cousins est batteur[1],[2]. Son père commence par l'initier à la lecture musicale au piano puis à la batterie. Clarence Stamps, son cousin batteur prend la relève de 1948 à 1951 en lui apportant toutes les bases essentielles pour jouer correctement de cet instrument. Le saxophoniste Charlie Parker est à cette période l'une de ses principales influences[3]. Les deux années suivantes il effectue des études à l'école de musique Wurlitzer et il forme en 1951 son premier groupe à seulement 13 ans, se produisant en particulier au club Klein’s Show Bar à Détroit[4]. Quatre ans plus tard, à seulement 18 ans il accompagne le saxophoniste Yusef Lateef, une collaboration qui dure près de deux ans[n 1]. De cette collaboration, Lateef reconnaît l'excellent travail apporté par son batteur ainsi que leur bonne entente mutuelle[5].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Hayes s'installe à New York en aout 1956 et intègre peu de temps après le nouveau quintet du pianiste Horace Silver en remplacement de Art Taylor, sur les recommandations de trompettiste Donald Byrd et du contrebassiste Doug Watkins[6]. Avec Silver il effectue un tournée en Europe et enregistre cinq albums, son interprétation sur l'album Six Pieces of Silver lui permet notamment de gagner en reconnaissance. La collaboration avec le pianiste s'étale sur plus de deux années. C'est aussi une période durant laquelle Hayes participe à des séances d'enregistrement avec d'autres musiciens en particulier pour le saxophoniste John Coltrane et le pianiste free-jazz Cecil Taylor[7]. Il accompagne le groupe de Silver jusqu'en octobre 1959 lorsque le saxophoniste Cannonball Adderley lui propose davantage d'argent pour rejoindre son nouveau quintet[n 1],[6]. Il poursuit son jeu de hard bopper amorcé avec Silver et dans un style davantage soul avec Adderley; ces deux musiciens lui ont laissé la liberté de s'exprimer librement à la batterie une fois le format fixé[8]. Lorsque Hayes achève sa collaboration avec Adderley en 1965, il remplace alors Ed Thigpen dans le trio du pianiste Oscar Peterson. Cette première participation prend fin deux ans plus tard, il rejoindra Peterson à nouveau de 1971 à 1972.

Entre 1967 et 1968, Hayes dirige le groupe de hard bop Jazz Communicators avec le saxophoniste Joe Henderson et le trompettiste Freddie Hubbard. Quelques années plus tard au début des années 1970, il retrouve Hubbard en intégrant pour quelques mois son quintet puis il rejoint Peterson une nouvelle fois. À partir de 1972, Hayes forme son propre quintet et y joue jusque 1975[n 2] ; il comprendra entre autres des musiciens comme Woody Shaw et Dexter Gordon. Ensuite il codirige avec le saxophoniste Junior Cook un quintet pendant près de deux ans jusque 1976 avec lequel il effectue une tournée en Europe. Il dirige à nouveau un autre groupe avec Woody Shaw qui prend fin l'année suivante[1]. Quelques sidemen connus ont également participé au groupe de Hayes, en particulier Charles Tolliver, Curtis Fuller et Charles McPherson[9].

Fin de Carrière[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980 et 1990, Hayes joue régulièrement en freelance et enregistre souvent en sideman. En 1983, il codirige cependant un quartet avec le saxophoniste Joe Farrell, une association qui s'achève l'année suivante. En 1985 il effectue une tournée européenne avec le trio formé par le pianiste McCoy Tyner[7]. Après près de 20 ans d'absence en studio d'enregistrement il propose en 1997 l'album Louis at Large, qui reçoit un bon accueil critique[10]. À la fin des années 1990, Hayes dirige à nouveau quelques groupes et participe au Cannonball Adderley Legacy Band, un groupe rendant hommage au saxophoniste. L'album Dreamin’ of Cannonball paraît en 2002.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

En leader[modifier | modifier le code]

Enregistrement Nom de l'album Label
1960 Louis Hayes Vee Jay Records
1977 The Real Thing Muse Records
1989 Light and Lively SteepleChase Records
1989 Una Max SteepleChase Records
1994 Blue Lou SteepleChase Records
1994 Nightfall SteepleChase Records
2000 Ichi-Ban Timeless
2000 The Super Quartet Timeless
2009 The Time Keeper Allegro Music

En sideman[modifier | modifier le code]

Enregistrement Nom de l'album Leader Label
1956 6 Pieces of Silver Horace Silver Blue Note Records
1957 The Cats John Coltrane, Tommy Flanagan, Kenny Burrell New Jazz Records
1957 Strange Blues Jackie McLean Prestige Records
1957 Jazz Moods Yusef Lateef Savoy
1957 Cliff Craft Clifford Jordan Blue Note Records
1957 A Long Drink of the Blues Jackie McLean New Jazz
1959 Coltrane Time John Coltrane United Artists Records
1959 Finger Poppin' with the Horace Silver Quintet Horace Silver Blue Note Records
1960 The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery Wes Montgomery Riverside Records
1961 Lush Life John Coltrane Prestige Records
1962 Nancy Wilson/Cannonball Adderley Nancy Wilson Capitol Records
1962 Blue & Sentimental Ike Quebec Blue Note Records
1967 The Kicker Joe Henderson Milestone Records
1969 The Hub of Hubbard Freddie Hubbard MPS Records
1973 A Night at Boomer's Cedar Walton Muse Records
1977 Something in Common Sam Jones Muse Records
1982 The History of an Artist Oscar Peterson Pablo Records

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lorsque Hayes quitte le groupe en 1956, Yusef Lateef le remplace par le batteur Frank Gant.
  2. À partir 1974, Hayes intègre son frère Gerald dans son quintet, au saxophone alto.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Leonard Feather, Ira Gitler, The Biographical Encyclopedia of Jazz, Oxford University Press,‎ 2007, 744 p. (ISBN 978-0-195-32000-8), p. 304.
  2. (en) Modern drummer: MD., vol. 22, Modern Drummer Publications,‎ 1998.
  3. (en) Lars Bjorn, Jim Gallert, Before Motown: A History of Jazz in Detroit, 1920-60, University of Michigan Press,‎ 2001, 256 p. (ISBN 978-0-472-06765-7), p. 154-155.
  4. Roland Guillon, Anthologie du hard bop, Editions L'Harmattan,‎ 2007, 256 p. (ISBN 978-2-296-59753-2).
  5. (en) Yusef Lateef, Herb Boyd, The Gentle Giant: The Autobiography of Yusef LaTeef, morton books,‎ 2005, 355 p. (ISBN 978-1-929-18812-3), p. 71.
  6. a et b (en) Horace Silver, Phil Pastras, Let's Get to the Nitty Gritty: The Autobiography of Horace Silver, University of California Press,‎ 2007, 282 p. (ISBN 978-0-520-25392-6), p. 91;102.
  7. a et b (en) Ian Carr, Digby Fairweather, Brian Priestley, The rough guide to jazz, Rough Guides,‎ 2004, 927 p. (ISBN 978-1-843-53256-9), p. 348.
  8. (en) Ron Spagnardi, The Great Jazz Drummers, Hal Leonard Corporation,‎ 1992, 128 p. (ISBN 978-0-793-51526-4), p. 69.
  9. Philippe Carles, André Clergeat, Jean-Louis Comolli, Le Nouveau Dictionnaire du jazz, Robert Laffont,‎ 2011, 1457 p. (ISBN 2-221-11592-9), p. 570.
  10. (en) Thomas Conrad, « Louis At Large. -à partir de l'article de Down Beat », sur business.highbeam.com,‎ 1 mai 1997 (consulté le 25 aout 2012).