Histoire philatélique et postale de la Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tête-bêche de Guillaume Tell

Ceci est une introduction à l'histoire postale et philatélique de la Suisse.

Départements français[modifier | modifier le code]

Lettre de Nyon de 1811 avec une marque d'entrée en France par Genève

Une partie de la Suisse a été occupée par la France peu après la Révolution et sous l'Empire. Cette région a été découpée en départements (voir Liste des 130 départements de 1811. L'administration postale a donc mis en place des marques postales linéaires sur le même modèle que celui de la France[1].

Ainsi Genève était le chef-lieu du département du Léman et avait comme numéro de département 99. On trouve donc des lettres avec la marque 99 GENEVE. On rencontre également des marques d'entrée en France par Genève (donc opérant comme bureau français).

Plus précisément et concernant le Léman, la plus grande partie provenait de la Savoie et de l'Ain et y retourna en 1815. Les bureaux de poste qui ont émis des marques postales linéaires étaient les suivants : Bonneville, Cluses, Collonges, Évian, Ferney-Voltaire, Frangy, Gex, La Roche-sur-Foron, Sallanches, Thonon.

Deux autres départements ont été en majeure partie rattachés à la Suisse en 1815 : le Mont-Terrible et le Simplon.

Mont-Terrible[modifier | modifier le code]

Le département du Mont-Terrible a été sous administration française du 23 mars 1793 au 17 février 1800 où il fut rattaché au Haut-Rhin. Son numéro de département était le 87.

En 1815, ce territoire fut partagé entre le département du Doubs (Montbéliard) et la Suisse (actuel canton du Jura et Jura bernois).

Ville Marque
port du
Marque
port payé
Marque
déboursé
Date remarques
Porrentruy 87 PORENTRUY P 87 P
PORENTRUY
manuscrit puis DEB... 1797 Empreinte en noir ou à sec
Bienne 87 BIENNE P 87 P
BIENNE
- 1799
Delémont 87 DELLEMONT - - 1794
Montbéliard 87 MONTBELLIARD P 87 P
MONTBELLIARD
- 1797 maintenant en France

On trouve également les marques suivantes :

  • « COMMUNE DE COURTELARY R.F. » (Courtelary)
  • « Dépt du mont Terrible »

Simplon[modifier | modifier le code]

Le département du Simplon a été sous administration française du 15 octobre 1810 au 15 mars 1815. Son numéro de département était le 127.

Ville Marque
port du
Marque
port payé
Marque
déboursé
Date remarques
Sion 127 SION P 127 P
SION
D 127 P
SION
1810 On trouve des empreintes avec le 17 gratté
Brigue 127 BRIG P 127 P
BRIG
- 1811 On trouve des empreintes avec le 17 gratté
Loèche 127 LOECHE P 127 P
LOECHE
- 1813
Martigny 127 MARTIGNY P 127 P
MARTIGNY
D 127 B
MARTIGNY
1810 Empreintes en noir et rouge
Sierre 127 SIERRE - -
Saint-Maurice-en-Valais 127 St MAURICE EN VALAIS P 127 P
St MAURICE EN VALAIS
D 127 B
St MAURICE EN VALAIS
1811 Empreintes en noir et rouge
Viège 127 VIEGE - -

On trouve également des courriers avec :

  • Préfet Dépt du Simplon
  • Préfet du Simplon

Postes locales et cantonales[modifier | modifier le code]

Zürich[modifier | modifier le code]

4 et 6 rappen de Zürich 1843

Les 4 et 6 rappen de Zürich sont les deux premiers timbres-poste émis par les postes du canton suisse de Zurich le 1er mars 1843.


Genève[modifier | modifier le code]

Double de Genève 1843

Le Double de Genève est le nom donné aux premiers timbres émis par la poste du canton suisse de Genève en 1843.


Bâle[modifier | modifier le code]

Colombe de Bâle 1845

La Colombe de Bâle est le nom donné au premier timbre émis par la poste du canton suisse de Bâle en 1845.

Un bureau français a également fonctionné à Bâle. Il disposait en particulier d'un cachet d'oblitération par losange petits chiffres ayant pour numéro 3705 et d'un cachet gros chiffre ayant pour numéro 5081[2].


Les postes fédérales au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'adoption de la constitution fédérale de 1848 a ouvert la poste aux émissions fédérales.

Premières émissions[modifier | modifier le code]

Timbre Rayon II à 10 rappen de 1850

La première émission s'est étalée entre 1850 et 1852. Elle était basée sur une taxation liée à la distance.

Pour les lettres ordinaires les tarifs étaient les suivants[3] (les valeurs étaient exprimées en Rappen, traduction alémanique de centimes).

Type Tarif Distance (lieues) Distance (Km)
Poste locale 2 ½ Rappen
Rayon I 5 Rappen moins de 2 moins de 9,6
Rayon II 10 Rappen de 2 à 10 de 9,6 à 48
Rayon III 15 Rappen de 10 à 40 de 40 à 200
Rayon IV 20 Rappen au-delà de 40 au-delà de 200

Quatre types de timbres furent émis correspondant aux quatre premiers niveaux. La mention de distance figurait dans le bandeau en haut du timbre, avec un embryon de multi-linguisme. En effet, la première valeur existait avec deux lilellés : « POSTE LOCALE » et « ORTS-POST. ».

Helvetia[modifier | modifier le code]

Helvetia de 1854

Le 15 septembre 1854, la Suisse a lancé sa première série utilisant la silhouette « Helvetia ». Elle était non dentelée et a donné lieu à plusieurs fabrications (Berne et également Munich) de plusieurs séries. Le multilinguisme était plus affirmé, les valeurs étant exprimées en centimes, rappen (allemand) et centesimi (italien).

Ces timbres contenaient un dispositif « anti-faussaire » qui sera souvent repris par la suite sous la forme d'un fil de soie englobé dans le support papier.

De 1900 à 1914[modifier | modifier le code]

Émissions de bienfaisance[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 1998, La Poste Suisse est une société de service postal appartenant à la Confédération suisse et ayant son siège à Berne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. E.H. de Beaufond. Les marques postales des départements conquis. Les éditions E. H. de Beaufond Paris.1957
  2. Attention ce numéro avait été également affecté à un bureau d'Algérie. Il faut donc disposer d'une lettre ou d'un fragment avec un cachet à date pour lever l'ambigüité. Voir la liste des bureaux de poste français classés par oblitération Gros Chiffres
  3. Association suisse des négociants en philatélie (ASCAT) Catalogue des timbres suisses 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]