Courtelary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courtelary
Blason de Courtelary
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Jura bernois
communes limitrophes
(voir carte)
Cormoret, Nods, Cortébert, Mont-Tramelan, Les Breuleux, La Chaux-des-Breuleux
Maire Otto Borruat (PSA)
Code postal 2608
N° OFS 0434
Démographie
Population 1 290 hab. (31 décembre 2013)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 45″ N 7° 04′ 20″ E / 47.179169, 7.0722447° 10′ 45″ Nord 7° 04′ 20″ Est / 47.179169, 7.07224  
Altitude 695 m
Superficie 2 217 ha = 22,17 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Courtelary

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Courtelary

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Courtelary
Liens
Site web www.courtelary.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Courtelary est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Courtelary se trouve à 14 km à vol d’oiseau de Bienne, dans la partie médiane du Vallon de Saint-Imier, le long du cours de la Suze.

Le point culminant du territoire communal est à 1263 m sur la Montagne du Droit et à 1540 m sur les hauteurs de la chaîne de Chasseral.

Le territoire communal est occupé à raison de 5 % par l’habitat, 43 % par la forêt, 51 % par les zones agricoles et 1 % de sol improductif.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de Courtelary remonte à 962, avec le nom de Curtis Alerici. Par la suite apparurent d’autres toponymes : Curte Alesi (1175) et Cortaleri (1178). Le nom du lieu provient vraisemblablement de la cour d'un Bourguignon du nom d’Alaric. Courtelary appartenait alors à l’Abbaye de Moutier-Grandval, mais le chapitre de Saint-Imier possédait des également des biens sur le territoire de Courtelary.

Le village appartenait à l’Evêché de Bâle, mais l’influence de Bienne se fit de plus en plus sentir. En 1530, les Biennois introduisirent la réforme dans le vallon de Saint-Imier, contre la volonté des habitants. Les Biennois affermèrent le château à la ville de Soleure. En 1604, une cour de justice est installée à Courtelary. En 1606, le village devient le siège des baillis d’Erguël.

Après que les troupes françaises eurent envahi l’évêché de Bâle en 1792, une assemblée législative du Pays d'Erguël se réunit sans succès à Courtelary dans le but de créer une république indépendante. De 1797 à 1815, Courtelary appartint à la France et fut le chef-lieu d'un canton du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1800, du département du Haut-Rhin, auquel le Mont-Terrible fut rattaché. Par décision du congrès de Vienne, l’Erguël fut rattaché au canton de Berne en 1815 et devint une préfecture en 1831.

Transports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La société Camille Bloch, sise à Courtelary, est le dernier fabricant indépendant de chocolat suisse.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Chaque année en avril a lieu le Country Music festival de Courtelary. En octobre se déroulent les "Dix Bornes de Courtelary", un cross organisé par le club athlétique local.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Curiosité naturelle[modifier | modifier le code]

Le Creux-de-Glace est une doline dans laquelle la neige persiste durant toute l'année.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)