Zone à urbaniser en priorité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une zone à urbaniser en priorité (ZUP), appelée plus précisément à l'origine « zone à urbaniser par priorité », est une procédure administrative d'urbanisme opérationnel utilisée en France entre 1959 et 1967 afin de répondre à la demande croissante de logements. Les ZUP étaient destinées à permettre la création ex nihilo de quartiers nouveaux, avec leurs logements, mais également leurs commerces et leurs équipements.

Prenant la forme de grands ensembles, elles ont contribué à résorber les carences en logement, mais on considère généralement qu'elles n'ont pas permis la création de quartiers dynamiques. Par métonymie, le terme de ZUP désigne aussi les quartiers et ensembles urbanistiques issus de cette procédure d'aménagement.

Les ZUP sont fréquemment l’objet d’actions de la « politique de la ville » ainsi que du programme national dit « de renouvellement urbain » mis en œuvre par l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU).

Problématique[modifier | modifier le code]

Un lotissement à Stains avant la Première Guerre mondiale : la rue n'est qu'un chemin boueux
Destructions de guerre - Ici à Brest

Le développement urbain de l’entre-deux-guerres s'est fait essentiellement par des lotissements de banlieue, vendus et découpés en parcelles par des spéculateurs sans qu'elles soient viabilisées, et sur lesquels les populations ouvrières édifièrent des baraques.

Les besoins sont énormes et les logements existants, délabrés et surpeuplés : sur les 12,6 millions de logements existant en France en 1946, le tiers est surpeuplé, la moitié est sans eau courante. 42 % des parisiens vivent alors dans des logements insalubres ou surpeuplés.

Globalement, la crise du logement est générale, puisque le nombre même de logements est insuffisant, contrairement à la situation actuelle (2007) où l'on assiste plus à une crise du marché du logement (les prix à l'achat ou à la location, les exigences des bailleurs excédant les capacités des candidats à l'achat ou à la location) qu'à une insuffisance de la quantité de logements disponibles.

À l'époque, il fallait en effet remédier aux conséquences de la guerre, où 500.000 logements avaient été détruits, et construire pour satisfaire aux besoins générés par l'exode rural qui amenait en ville des anciens ruraux, le baby-boom, puis l'accueil des populations immigrées et des rapatriés d'Algérie.

L'effort de création de logements permettra une croissance continue du nombre de logements en France, qui passera de 18,2 millions en 1968 à 21,078 en 1975, 23,7 en 1982, 26,2 en 1990 et 28,7 en 1999[1]. Les ZUP contribueront significativement à cette évolution et à l'accès au confort moderne de millions de personnes.

Définition et application[modifier | modifier le code]

Les ZUP ont été créées par le décret N°58-1464 du 31 décembre 1958[2] afin de permettre, dans les « communes ou agglomérations où l'importance des programmes de construction de logements rend nécessaire la création, le renforcement ou l'extension d'équipements collectifs » la planification et le financement de ces équipements et logements, afin de planifier et d'encadrer sur le territoire national le développement urbain, de répondre à la carence de logements face à l'accroissement démographique et de favoriser la résorption de l'habitat insalubre.

Les zones à urbaniser par priorité permettaient l'équipement rapide de terrains où l'on souhaitait localiser des opérations nouvelles d'urbanisme. La collectivité responsable, la commune ou, souvent l'État, passait une convention avec un établissement public ou une SEM qui expropriait les terrains, les équipait et les revendait aux constructeurs. Le financement était assuré en partie par l'État, dont le représentant local, le Préfet, approuvait les éléments essentiels (plan-masse, programme…)

Afin de concentrer l'effort de construction, les ZUP faisaient au minimum 500 logements, mais, généralement bien plus. En 10 ans, 195 ZUP sont aménagées, ce qui correspond à 803 000 logements[3].

Cependant, le modèle des grands ensembles montre rapidement ses limites. Alors que le programme des ZUP voulait éviter de créer des cité-dortoirs, les ZUP restent finalement des secteurs souvent très marqués par une architecture très standardisée (le « chemin de grue »), avec une sur-représentation de l'habitat social. Compte tenu de ce constat, les ZUP sont remplacées par les Zones d'aménagement concerté (ZAC) créées par la Loi d'orientation foncière de 1967. Il n'a plus été possible de créer des ZUP à partir de 1969, et les anciennes se sont soit éteintes, soit ont été remplacées par d'autres outils d'aménagement.

En effet, se développe à cette époque la politique des villes nouvelles à partir de 1970, avec cette fois-ci l'ambition de créer de vraies villes, et pas seulement des quartiers aménagés.

Rare exception, la ZUP des Ulis dans l'Essonne, créée en 1960, s'est transformée en une ville à part entière en 1977.

Les ZUP en France[modifier | modifier le code]

Voici une liste non exhaustive des ZUP, classées par région.

En 1959, 2 ZUP sont créées sur le territoire de l'Algérie alors française, dans la ville d'Alger :

Ces projets sont abandonnés en 1962, lorsque l'Algérie devient indépendante.

Alsace[modifier | modifier le code]

Aquitaine[modifier | modifier le code]

Auvergne[modifier | modifier le code]

Bourgogne[modifier | modifier le code]

Bretagne[modifier | modifier le code]

  • ZUP de Bellevue (dit B2 ou Brest 2), actuel quartier de Bellevue, commune de Brest : 8300 logements construit de 1958 à 1977 regroupant 20 287 habitants. Architecte-urbaniste : Henry Auffret (voir Canton de Brest-Bellevue)
  • ZUP "zone nord", actuel quartier de Ker-huel, commune de Lannion (Côtes-d'Armor) : créée en 1962-1971, 586 logements. Architecte-urbaniste : Michel Marty
  • Quartier de Kervénanec, communes de Lorient et Plœmeur : ZUP créée en 1962, construite de 1966 à 1976. Architecte en chef : André Schmitz
  • La ZUP de Maurepas, commune de Rennes : 4200 logements, de 1955 à 1966. Architectes en chef : Jean-Michel Legrand et Jacques Rabinel
  • La ZUP de Villejean - Malifeu, commune de Rennes: créée en 1959. 6000 logements de 1963 à 1975, architecte-urbaniste : Louis Arretche
  • La ZUP du Blosne, dite ZUP Sud, commune de Rennes, aujourd'hui appelée quartier Le Blosne, a été créée entre 1959 et 1975. Architecte-urbaniste : Michel Marty. Actuellement 19 000 habitants.
  • Quartier Kermoysan à Quimper : ZUP créée en 1962, construite de 1960 à 1977. architecte-urbaniste : Henry Auffret
  • ZUP du Plateau-Central, commune de Saint-Brieuc : créée en 1960
  • ZUP de La-Croix-Saint-Lambert, commune de Saint-Brieuc : créée en 1967
  • ZUP de Ménimur à Vannes : créée en 1966. Architecte en chef : Henry Auffret

Centre[modifier | modifier le code]

Champagne-Ardenne[modifier | modifier le code]

Franche-Comté[modifier | modifier le code]

Le quartier de Planoise, à Besançon
  • ZUP des Résidences Bellevue, commune de Belfort : créée en 1959. 2000 logements construits de 1959 à 1970
  • ZUP de l'Avenue-d'Altkirch, commune de Belfort : créée en 1963
  • Planoise, sur la commune de Besançon (Doubs) : créée en 1962. 8600 logements construits de 1960 à 1977 ; plus de 20 000 habitants. Architecte-urbaniste : Maurice Novarina
  • ZUP de Saint-Ylie actuel quartier des Mesnils Pasteur, commune de Dole (Jura) : créée en 1962. 1850 logements construits de 1962 à 1978. Architecte-urbaniste : Maurice Novarina
  • La Petite-Hollande, commune de Montbéliard (Doubs) : créée en 1963

Île-de-France[modifier | modifier le code]

La procédure des ZUP est utilisée sur 22 sites dans la région entre 1958 et 1969, pour une superficie totale de 5 900 ha (équivalent de la moitié de Paris) pour réaliser à terme 140 000 logements.

À l'exception de la Seine-et-Marne, les départements cités ci-dessous, datant de la loi du 10 juillet 1964, n'existaient pas au moment de la création de la plupart des ZUP.

Seine-et-Marne[modifier | modifier le code]

Yvelines[modifier | modifier le code]

Essonne[modifier | modifier le code]

Les Ulis, conçus par l'architecte Robert Camelot

Hauts-de-Seine[modifier | modifier le code]

  • ZUP de Gennevilliers, actuel quartier du Luth : créée en 1965. Architectes-urbanistes : C. Auzolle et Othello Zavaroni
  • ZUP de Meudon-la-Forêt, créée en 1959

Seine-Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Val-de-Marne[modifier | modifier le code]

Val-d'Oise[modifier | modifier le code]

Languedoc-Roussillon[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Limousin[modifier | modifier le code]

Lorraine[modifier | modifier le code]

Midi-Pyrénées[modifier | modifier le code]

Nord-Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

Basse-Normandie[modifier | modifier le code]

  • ZUP Saint-Paterne, actuel quartier de Perseigne à Alençon : créée en 1960
  • Quartier des Provinces à Octeville, commune de Cherbourg-Octeville : créée en 1960. 3233 logements construits de 1963 à 1980
  • Quartier du Chemin Vert à Caen : créée le 19 octobre 1960. 4000 logements
  • Quartier de la Pierre-Heuzé à Caen : créée le 19 octobre 1960. 1500 logements
  • Quartier Saint-Sauveur, commune de Flers (Orne) : créée en 1963
  • Hérouville-Saint-Clair, agglomération de Caen : créée le 19 octobre 1960. 10 000 logements
  • ZUP du Plateau Saint-Jacques, actuel quartier de Hauteville à Lisieux : créée en 1961. Architecte-urbaniste : Georges Duval
  • ZUP du quartier Saint-Georges, commune de Saint-Lô : créée en 1960

Haute-Normandie[modifier | modifier le code]

  • Le Bourg Lecomte, commune de Bernay (Eure) : créée en 1968
  • ZUP de Canteleu, agglomération de Rouen : créée en 1960. Architecte-urbaniste : Adrien Brelet
  • La Madeleine à Évreux : créée en 1961. Architecte-urbaniste : Adrien Brelet
  • Caucriauville ou Cité Saint-Pierre au Havre : créée en 1960. 6000 logements construits de 1959 à 1970. Architecte-urbaniste : cabinet Sonrel-Duthilleul
  • Le Montgaillard, commune du Havre : créée en 1968
  • ZUP de Belleville-et-Hamelet, commune de Louviers : créé en 1966. Architecte-urbaniste : Imanuel Wiener
  • ZUP des Petits Prés, commune de Pont-Audemer
  • ZUP de La Grand'Mare, communes de Rouen et de Bihorel : créée en 1960, agrandie en 1964. Construite de 1960 à 1968
  • ZUP de Grand-Quevilly près de Rouen : créée en 1961
  • ZUP des Valmeux, commune de Vernon (Eure) : créée en 1962

Pays de la Loire[modifier | modifier le code]

Une barre HLM de la ZUP de Angers sud (quartier de La Roseraie)
  • Monplaisir (dite "ZUP Nord-Briollay") à Angers : créée le 16 mars 1960 sur 83 ha et 2650 logements prévus. 2300 logements construits à partir de 1963[4]
  • La Roseraie (dite "ZUP Sud") à Angers : créée le 8 juillet 1965 sur 158 ha et 6000 logements prévus. Architecte-urbaniste : Madelin. 6500 Logements construits à partir de 1966[4]
  • Les Fourches à Laval : créée en 1959
  • ZUP "Saint-Nicolas-Chartière", actuel quartier Saint-Nicolas à Laval : créée en 1963. Architecte-urbaniste : Favette
  • Allonnes, à proximité du Mans : créée en 1959. Architectes-urbanistes : Paul Herbé et Jean Le Couteur
  • Les Sablons-Gazonfier au Mans : créée en 1959. Architecte-urbaniste : Roger Faraut
  • ZUP d'Éraudière et de La Beaujoire, commune de Nantes : créée en 1963
  • Bellevue à Nantes/Saint-Herblain : créée en 1959. Architecte en chef : Marcel Favraud
  • ZUP de l'Ile-Beaulieu-Malakoff, commune de Nantes, créée en 1961. Architecte en chef : Fernand Riehl

Picardie[modifier | modifier le code]

  • ZUP d'Henriville, appelée aussi "ZUP Sud", commune d'Amiens : créée en 1967
  • ZUP Nord, commune d'Amiens : créée en 1959
  • ZUP Nord-Ouest, quartier d'Etouvie-Montières, commune d'Amiens : architectes-urbanistes : Yervante Toumaniantz et Claude Guislain
  • ZUP Argentine, commune de Beauvais : architecte-urbaniste  : Jean de Mailly
  • ZUP de La-Glacière, commune de Compiègne, actuel quartier des Maréchaux : créée en 1960
  • ZUP de l'Obier, commune de Nogent-sur-Oise, près de Creil : créée en 1960
  • ZUP Nord, quartier de Saint-Siméon, commune de Noyon : créée en 1966
  • ZUP « zone nord-est », commune de Saint-Quentin, actuel quartier Europe : créée en 1961

Poitou-Charentes[modifier | modifier le code]

Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

Rhône-Alpes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SOURCE : INSEE
  2. JO du 4 janvier 1959, page 269
  3. Jean-Marc Stébé, La réhabilitation de l'habitat social en France, éd. PUF, 1995, p. 29
  4. a et b Jacques et Elizabeth Soppelsa, "L'Évolution récente d'Angers", Annales de Géographie, 1971, n° 441, p. 565-567 [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Monnier et Richard Klein, Les années ZUP, architectures de la croissance (1960-1973), éd. Picard, 2002, 302 p.
  • S. Biarez, « Les zones à urbaniser en priorité : logique et contradictions », Bulletin de l’Institut international d'administration publique, n°24, octobre-décembre 1972, p.756.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Archilog : Base de donnée du CNRS sur les Archives du logement. Contient notamment un inventaire quasi exhaustif des dossiers administratifs des ministères successivement chargés de la construction et de l'urbanisme pour la création des ZUP en France
  • Résultat de recherche ‘ZUP’ dans ArchiWebture, base de données du Centre d'archives de l'Ifa (Cité de l'architecture et du patrimoine).