Europe de la liberté et de la démocratie directe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Europe libertés démocratie)
Aller à : navigation, rechercher
Europe de la liberté et de la démocratie directe
Image illustrative de l'article Europe de la liberté et de la démocratie directe
Chambre Parlement européen
Législature(s) 7e, 8e
Fondation 2009 (succède au groupe Indépendance/Démocratie)
Ancien(s) nom(s) Europe libertés démocratie (ELD, 2009-2014)
Co-présidents Nigel Farage, David Borrelli
Représentation
46 / 751
Idéologie Euroscepticisme
Site Web www.efdgroup.eu

Le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe[1] (ELDD, en anglais : Europe of Freedom and Direct Democracy Group, EFDD) est un groupe parlementaire du Parlement européen, créé le 1er juillet 2009[2] et comprenant 46 députés européens. Jusqu'au 24 juin 2014 le groupe s'appelait Europe libertés démocratie (ELD, en anglais : Europe of Freedom and Democracy Group, EFD)[3]. Le groupe est dissous le 16 octobre 2014[4], pour être recréé le 20 octobre grâce à l'adhésion du Polonais Robert Iwaszkiewicz.

Histoire[modifier | modifier le code]

À sa création il est essentiellement formé autour des Britanniques de l'UKIP et des Italiens de la Ligue du Nord, ces derniers le quittant en mai 2014. La plupart de ses membres faisaient auparavant partie du Groupe Indépendance/Démocratie (IND/DEM) et certains appartenaient à l'Alliance pour l'Europe des nations (AEN). La plupart des partis membres, sauf l'UKIP, ont fondé en 2011 le Mouvement pour l'Europe des libertés et de la démocratie.

Pour la 7e législature, il était coprésidé par Nigel Farage et Francesco Speroni. Philippe de Villiers était vice-président du groupe jusqu'en juin 2014[5].

À la suite des élections européennes de 2014 le Parti populaire danois, le parti des Vrais Finlandais et le Parti politique réformé quittent le groupe EFD pour les Conservateurs et réformistes européens[6]. D'autres le quittent pour rejoindre l'Alliance européenne pour la liberté. Mais il réussit à se renforcer avec l'arrivée notable du Mouvement 5 étoiles italien[7].

Le 24 juin 2014, il change de nom pour devenir Europe libertés démocratie directe (ELDD, en anglais : Europe of Freedom and Direct Democracy Group, EFDD)[3] : il est coprésidé par Nigel Farage et David Borrelli.

Le 16 octobre 2014, il est dissous car il ne comprend plus de députés européens en provenance d'au moins sept États membres, du fait de la défection de la députée lettone Iveta Grigule[8]. À la suite d'une négociation avec le parti d'extrême-droite polonais Congrès de la Nouvelle droite, le député Robert Iwaszkiewicz adhère au groupe Europe libertés démocratie le 20 octobre, ce qui lui permet de se reconstituer sous des critiques liées aux positions négationnistes du leader de ce parti[9].

Positionnement parlementaire[modifier | modifier le code]

La charte du groupe dégage quatre points fondamentaux : la défense de la libre coopération entre États, le respect de la singularité des histoires et des traditions des peuples européens, le respect de leurs décisions souveraines, et le respect de la liberté de vote des délégations nationales.

D'après le site du MPF[10], le groupe s'articule également autour du rejet du Traité de Lisbonne, de la supranationalité et du renforcement de l'intégration européenne, qui se font selon eux au détriment des libertés des États.

Entre 2009 et 2014 le groupe Europe libertés démocratie est d'après VoteWatch celui dont la cohésion et le taux de participation étaient les plus faibles[11],[12].

Composition[modifier | modifier le code]

Membres pour la législature 2009-2014[modifier | modifier le code]

Pays membre Parti/liste Affiliation Eurodéputés
Drapeau de la Belgique Belgique Frank Vanhecke (ex-Vlaams Belang) - 1
Drapeau du Danemark Danemark Parti populaire danois MELD 1
Drapeau de la Finlande Finlande Vrais Finlandais MELD 1
Drapeau de la France France Mouvement pour la France MELD 1
Drapeau de la Grèce Grèce Alerte populaire orthodoxe (LAOS) MELD 2
Drapeau de l'Italie Italie Ligue du Nord
Magdi Allam
MELD
ex-PPE
9
1
Drapeau de la Lituanie Lituanie Ordre et justice MELD 2
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Parti politique réformé - 1
Drapeau de la Pologne Pologne Pologne solidaire MELD 4
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni - 9
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Parti national slovaque MELD 1

Membres pour la législature 2014-2019[modifier | modifier le code]

Composition actuelle
Pays membre Parti Affiliation Eurodéputé(s) Notes
Drapeau de la France France Joëlle Bergeron 1 Indépendante, ex-FN
Drapeau de l'Italie Italie Mouvement 5 étoiles 17
Drapeau de la Lituanie Lituanie Ordre et justice MELD 1
Drapeau de la Pologne Pologne Robert Iwaszkiewicz 1 Membre du Congrès de la Nouvelle droite (KNP), rejoint individuellement le groupe ELDD le 20 octobre 2014
Drapeau de la République tchèque République tchèque Parti des citoyens libres 1
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) 23
Drapeau de la Suède Suède Démocrates suédois 2
Total 46


Anciens membres
Député Pays membre Parti d'origine Parti actuel Nouveau groupe européen Cause du départ
Iveta Grigule Drapeau de la Lettonie Lettonie Union des paysans de Lettonie Non-Inscrits (octobre 2014-avril 2015)
ADLE (depuis avril 2015)
Selon Nigel Farage, coprésident du groupe, Iveta Grigule aurait subi des pressions de Martin Schulz, président du Parlement européen, pour quitter ce groupe et recevoir un poste à la délégation parlementaire au Kazakhstan[13].

Selon d'autres versions, Iveta Grigule aurait quitté le groupe à cause de contradictions politiques portant notamment sur le conflit russo-ukrainien et sur l'euro. En effet, au sein du groupe eurosceptique, Iveta Grigule a voté en faveur de toutes les résolutions contre la Russie (contrairement au parti UKIP, pro-Poutine) et elle s'est montrée favorable à l'euro alors que certains membres du groupe parlementaire comme les députés du Mouvement 5 étoiles italien demandent un référendum sur la sortie la zone euro. L'appartenance de Grigule commençait également à déranger en Lettonie car l'eurodéputée est membre de l'Union des paysans de Lettonie, un parti centriste et écologiste membre de la coalition gouvernementale anti-Poutine, actuellement au pouvoir[14].

Amjad Bashir Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni UKIP
(2012-2015)
Parti conservateur britannique
(depuis janvier 2015)
CRE Le 23 janvier 2015, Amjad Bashir a rencontré le Premier ministre conservateur britannique David Cameron dans le but de préparer sa defection du parti UKIP[15]. Le lendemain, avant l'annonce officielle de la défection, UKIP a annoncé la suspension d'Amjad Bashir pour des raisons financières décrites comme très « sérieuses » et affirme avoir transmis des preuves aux autorités compétentes[16]. Depuis, Amjad Bashir a qualifié ces allégations d'« absurdes » et a demandé au parti UKIP de revenir sur ces accusations, faute de quoi il entamerait une procédure judiciaire pour diffamation[17].
Janice Atkinson Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni UKIP
(2011-2015)
Indépendante
(depuis mars 2015)
Non-Inscrits Le 19 mars 2015, Janice Atkinson a été suspendue du parti UKIP à la suite de « graves allégations de nature financière »[18]. Elle a été définitivement exclue du parti le 23 mars 2015[19] après la publication d'enregistrements sonores par le journal The Sun démontrant l'implication de la parlementaire européenne et de son personnel dans des affaires financières illégales[16].
Valentinas Mazuronis Drapeau de la Lituanie Lituanie Ordre et justice Parti du travail ADLE (depuis mai 2015) Le 19 mai 2015, Valentinas Mazuronis a annoncé sur les réseaux sociaux quitter le groupe eurosceptique pour rejoindre le groupe ADLE. Il écrit notamment : « Je ne suis pas eurosceptique donc je vais défendre les intérêts européens de la Lituanie au sein du groupe ADLE »[20]. À la fin du mois d'avril, Valentinas Mazuronis avait quitté le parti national-conservateur Ordre et justice pour rejoindre le Parti du travail, centriste et affilié au groupe parlementaire européen ADLE, ce qui explique son choix au Parlement européen[21].

Annexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Europe libertés démocratie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Parlement européen commencera sa nouvelle législature avec sept groupes politiques, site du Parlement européen
  2. The Parliament
  3. a et b Nigel Farage renames EP political group
  4. « Dissolution du groupe europhobe dirigé par Nigel Farage au Parlement européen », publié et consulté le 16/10/2014
  5. « Europe de la liberté et de la démocratie : Francisco Speroni et Nigel Farage », Parlement européen,‎ (consulté le 18 juillet 2009)
  6. (en) Dutch MEP joins Conservatives, Farage in trouble, Euractiv
  7. Five Star Movement votes online to join Farage's EFD, Euractiv
  8. « Parlement européen: le groupe europhobe dirigé par Ukip s'effondre », L'Express,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Rajeev Syal, « Ukip does deal with far-right, racist Holocaust-denier to save EU funding », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  10. http://www.pourlafrance.fr/actualites/discours-et-interventions/www.pourlafrance.fr/actualites/discours-et-interventions/rentree-des-eurodeputes.html
  11. Cohesion of (trans-national) political groups in the European Parliament, VoteWatch
  12. Average participation in (roll-call) votes in EP plenary by political groups, VoteWatch
  13. http://www.theguardian.com/politics/2014/oct/16/ukip-efdd-group-collapse-brussels
  14. http://www.votofinish.eu/?p=1355
  15. http://news.sky.com/story/1414289/ukip-mep-defects-to-conservative-party
  16. a et b http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/ukips-suspended-members-janice-atkinson-joins-list-as-police-investigate-her-expenses-10123094.html
  17. http://www.bbc.com/news/uk-politics-32195966
  18. http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/generalelection/ukip-mep-janice-atkinson-suspended-and-axed-as-election-candidate-over-financial-allegations-10120992.html
  19. http://www.bbc.co.uk/news/uk-32028343
  20. https://www.facebook.com/valentinas.mazuronis/posts/10200764203144358?pnref=story
  21. http://www.bernardinai.lt/straipsnis/2015-05-19-v-mazuronis-ketina-palikti-euroskeptikus-europos-parlamente/131026

Lien externe[modifier | modifier le code]