Identité, tradition, souveraineté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ITS.
Identité, tradition, souveraineté
Image illustrative de l'article Identité, tradition, souveraineté
Chambre Parlement européen
Fondation janvier 2007
Disparition novembre 2007
Idéologie Nationalisme
Souverainisme

Identité, tradition, souveraineté (ITS) est un groupe politique de sensibilité souverainiste, nationaliste ou d'extrême droite du Parlement européen, créé le 17 janvier 2007 et dissout le 14 novembre 2007.

Historique[modifier | modifier le code]

Les précédentes tentatives de regroupement politique nationaliste au Parlement européen avaient échoué, du fait des deux conditions prévues pour la création d'un groupe d'eurodéputés :

  • nombre minimal de vingt députés ;
  • venant de cinq pays différents.

L'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie au sein de l'Union européenne le 1er janvier 2007 a permis, grâce au renfort des députés de ces pays, la création de ce groupe[1]. Bruno Gollnisch a annoncé le 10 janvier 2007 la constitution du groupe politique, lors d'une conférence de presse à Bruxelles. La reconnaissance officielle du groupe a eu lieu lors de la session plénière du Parlement européen le 15 janvier.

En mars 2007, le député roumain libéral Dumitru Gheorghe Mircea Dumitru Coşea a rejoint l'ITS, et en mai, 2 bulgares sont élus aux européennes (Slavcho Binev et Desislav Chukolov). Le groupe ITS compte alors 23 députés.

Dissolution[modifier | modifier le code]

Suite à une déclaration d'Alessandra Mussolini qualifiant les Roumains de « délinquants d'habitude »[2], à l'occasion du meurtre d'une femme en Italie par un jeune immigré roumain d'origine rom, une polémique italo-roumaine éclata au sein du groupe ITS. Sous la pression du groupe, l'eurodéputé italienne démissionna[3],[4] ; un geste qui ne suffira pas à apaiser les eurodéputés Roumains, dont les membres du Parti de la grande Roumanie et son président Corneliu Vadim Tudor, démissionnèrent à leur tour[5], estimant que les propos d'Alessandra Mussolini relevaient « de la xénophobie, de l’intolérance et du racisme de type fasciste ». Finalement, la brouille italo-roumaine n'est peut-être qu'un casus belli qui tombe à pic. En effet, une nouvelle élection européenne débutait en Roumanie, et le ralliement du PGR à ITS n'était pas bien perçu par l'opinion locale. De plus, Tudor pointe le manque de moralité du groupe, dont Ashley Mote accusé de fraude. Ainsi, le groupe, passant sous la barre des 20 députés nécessaires[6], a été annoncé comme dissous par le président du Parlement européen le 14 novembre 2007 sous une salve d'applaudissements de l'assemblée. Les eurodéputés de l'ex-groupe siègent dorénavant en tant que non-inscrits au Parlement européen.

Principes constitutifs du groupe[modifier | modifier le code]

Le groupe ITS est constitué sur les principes suivants :

  • Reconnaissance des intérêts nationaux, des souverainetés, des identités et des différences ;
  • Engagement en faveur des valeurs chrétiennes, de l'héritage, de la culture et des traditions de la civilisation européenne ;
  • Engagement en faveur de la famille traditionnelle en tant que trait d'union naturel de la société ;
  • Engagement en faveur des libertés et des droits hérités par tous ;
  • Engagement en faveur du respect de l'état de droit ;
  • Opposition à une Europe unitaire, bureaucratique et à un super Etat européen ;
  • Engagement en faveur de l'établissement de la responsabilité directe des gouvernants envers le peuple et de la transparence dans la gestion des fonds publics.

Composition du groupe avant sa dissolution[modifier | modifier le code]

À la création de ce nouveau groupe parlementaire, l'extrême droite française est en tête de l'Europe nationaliste. La majeure partie du groupe est composé d'élus du Front national (parti politique français), certains des autres membres sont issus de partis membres d'Euronat, lequel est un groupement informel de partis d'extrême droite.

Pays Parti(s) national(aux) Nbre de députés Membres
Drapeau de la France France Front national 7 Bruno Gollnisch, Carl Lang, Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen, Fernand Le Rachinel, Jean-Claude Martinez, Lydia Schénardi
Roumanie Roumanie Parti de la grande Roumanie 6 Daniela Buruiană, Eugen Mihăescu, Viorica Moisuc, Petre Popeangă, Cristian Stănescu, Dumitru Coşea
Drapeau de la Belgique Belgique Vlaams Belang 3 Philip Claeys, Koenraad Dillen, Frank Vanhecke
Drapeau de l'Italie Italie Alternativa sociale, Fiamma tricolore 2 Alessandra Mussolini (AS), Luca Romagnoli (FT)
Drapeau de l'Autriche Autriche Parti autrichien de la liberté 1 Andreas Mölzer
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Koalizija Ataka (Union nationale attaque) 3 Dimitar Stoyanov, Slavcho Binev, Desislav Chukolov
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Indépendant (ancien membre du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni) 1 Ashley Mote

Membres du bureau en 2007[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'extrême droite s'organise au Parlement européen, Le Figaro, publié le 10 janvier 2007
  2. Plus de groupe d'extrême-droite à Strasbourg, Le Journal du Dimanche, 14 novembre 2007
  3. Alessandra Mussolini quitte le groupe d'extrême droite au Parlement européen, AFP, 12 novembre 2007
  4. Alessandra Mussolini trop xénophobe pour ses collègues d'extrême-droite, Libération, 12 novembre 2007
  5. Dissolution d'ITS, groupe de Bruno Gollnisch au Parlement européen, Le Monde, le 15 novembre 2007
  6. Dissolution du groupe d'extrême-droite, La Libre Belgique, 14 novembre 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]