Eugène Ier de Ligne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eugène Ier de Ligne
Image illustrative de l'article Eugène Ier de Ligne

Titre 8e Prince de Ligne
(18141880)
Autre titre Prince d'Amblise et d'Épinoy
Prédécesseur Charles-Joseph de Ligne
Successeur Louis de Ligne
Distinctions Chevalier de la Toison d'or
Ordre de Léopold
Autres fonctions Ambassadeur
Ministre d'État belge
Président du Sénat belge
Biographie
Dynastie Maison de Ligne
Nom de naissance Eugène François Charles Lamoral
Naissance 28 janvier 1804
Bruxelles, Département de la Dyle (Empire français)
Décès 20 mai 1880 (à 76 ans)
Bruxelles (Royaume de Belgique)
Père Louis-Eugène de Ligne
Mère Louise van der Noot de Duras
Eugène de Ligne
Ambassadeur du Drapeau de la Belgique Royaume de Belgique
Paris, Drapeau français Royaume de France
1842 - 1848
Prédécesseur Charles Le Hon
Successeur Firmin Rogier
Biographie
Eugène Ier de Ligne
Fonctions
4e Président du Sénat du Drapeau de la Belgique Royaume de Belgique
25 mars 185218 juillet 1879
Prédécesseur Augustin Dumon-Dumortier
Successeur Camille, baron de Tornaco
Ministre d'État du Drapeau de la Belgique Royaume de Belgique
13 mai 1863
Prédécesseur Baron Adolphe de Vrière
Successeur Sylvain Van de Weyer
Biographie
Parti politique Libéral

Eugène Ier de Ligne

Eugène Ier François Charles Lamoral, 8e prince de Ligne, né le 28 janvier 1804 à Bruxelles où il est mort le 20 mai 1880, est un diplomate et homme politique belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène était le fils du prince Louis-Eugène de Ligne (1766-1813) et de Louise van der Noot. À la suite de la mort de son grand-père Charles-Joseph en 1814, son père et son oncle ayant précédé celui-ci dans la mort, le prince Eugène devint le chef de la Maison de Ligne et se retrouva à la tête d'un vaste patrimoine foncier (6000 hectares en Belgique).

Lors de la révolution belge de 1830, il fit partie des notables partis à Vilvorde convaincre en vain le prince Guillaume de ne pas entrer avec ses troupes dans Bruxelles. Le prince de Ligne regagna ensuite son domaine de Belœil. La légende veut qu'il fut candidat au trône du nouveau pays ou du moins que les révolutionnaires lui auraient offert la couronne. Ce n'est qu'une légende.[réf. nécessaire]

Qu'il ne fût pas en sympathie avec les fondateurs de la Belgique, il le démontra clairement en 1834. Avec d'autres orangistes notables, parmi lesquels son beau-père Georges de Trazegnies, il souscrivit parmi les donateurs pour le rachat des chevaux du haras de Tervuren qui avaient appartenu au Prince d'Orange, afin de les lui offrir. La colère populaire à l'encontre d'un tel geste se manifesta par la mise à sac de sa résidence bruxelloise. En guise de protestation, de Ligne se retira à Vienne. Ce n'est qu'en 1837 qu'il se réconcilia avec la Belgique. Le roi Léopold Ier lui en sut gré et le nomma immédiatement représentant belge au couronnement de la reine Victoria à Londres.

Carrière diplomatique et politique[modifier | modifier le code]

Le prince Eugène mena ensuite une brillante carrière diplomatique et politique. De 1842 au renversement du roi Louis-Philippe Ier en 1848, il fut ambassadeur à Paris, poste que seul un personnage aussi fortuné que lui pouvait remplir sans problèmes financiers. À cette époque, la carrière diplomatique nécessitait une vie mondaine très active, très représentative et très coûteuse pour lesquels les états ne défrayaient pas leurs représentants.

De retour en Belgique en 1848, le prince Eugène fut élu sénateur par l'arrondissement d'Ath. Il sera le président du Sénat belge pendant 27 ans de 1852 à 1879. Ce record n'a jamais été égalé et fait de lui le doyen des présidents de la Haute Assemblée.

En 1856, le prince de Ligne représenta le roi des Belges au couronnement du tsar Alexandre II de Russie à Moscou. En 1863, le roi Léopold Ier lui octroya le titre honorifique de Ministre d'Etat. Il fut également chevalier de l'Ordre de la Toison d'or et président de la Société centrale belge d'agriculture.

Outre son domaine de Belœil, il disposait dans la capitale belge d'un hôtel, ancien hôtel du comte de Lannoy, situé en face du parc royal de Bruxelles, au croisement de la rue Royale et de la rue des Colonies où le prince donne régulièrement des réceptions et bals. En tournée en Belgique avec son orchestre de Vienne, Johann Strauss en personne y joue des valses pour les invités d'un bal organisé par le prince de Ligne.

Durant sa carrière politique, le prince Eugène resta un des plus fermes soutiens du libéralisme constitutionnel. Mais ce libéralisme devenant de plus en plus anticlérical, il refusa de suivre son parti dans cette voie. En 1879, il vota contre la loi scolaire sur l'enseignement primaire et renonça à la présidence du Sénat et à son mandat de sénateur.

Décès[modifier | modifier le code]

Il mourut en 1880 à l'âge de 76 ans à Bruxelles mais repose à Belœil. Lors de son décès, le prince Eugène était un des hommes les plus riches de Belgique. Sa fortune fut partagée entre les enfants et petits-enfants de ses trois mariages successifs. Son petit-fils Louis, 9e prince de Ligne, reçut le domaine de Belœil. Son fils cadet Charles obtint le château et les terres d’Antoing.

Titres[modifier | modifier le code]

« Par décision rétroactive d'Albert Ier, roi des Belges, du 31 mai 1923 :

  • Les descendants d'Eugène de Ligne « sont autorisés à continuer à porter le prédicat d'Altesse dont il a été fait usage pour leur Maison depuis le XVIIIe siècle » ;
  • Article II : Le prince Louis-Ernest-Henri-Lamoral de Ligne est autorisé à continuer à porter le titre de prince d'Amblise et d'Épinoy.
    Ce titre est transmissible par ordre de primogéniture masculine dans la descendance directe et légitime de son aïeul le prince Eugène-François-Charles-Lamoral de Ligne[1].
     »

Fonctions héréditaires[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Fils de Louis-Eugène de Ligne (12 mai 1766 - Bruxelles 10 mai 1813 - Bruxelles) et de Louise van der Noot de Duras (15 septembre 1785 - Bruxelles 4 mars 1863 - Paris), Eugène s'est marié trois fois:

  1. Henri Maximilien Joseph Charles Louis Lamoral de Ligne (16 octobre 1824 - Paris 27 novembre 1871 - château de Belœil), marié, le 30 septembre 1851 à Paris, avec Marguerite (29 mars 1832 - 3 juillet 1917), fille de Ernest (17 mars 1807 - Orléans 22 janvier 1871 - Bruxelles), comte de Talleyrand-Périgord, dont :
    1. Louis Eugène (18 juillet 1854 - Paris 27 août 1918 - Belœil (Belgique)), 9e prince de Ligne, prince d'Amblise et d'Épinoy, grand d'Espagne, ambassadeur extraordinaire d'Albert Ier, roi des Belges, Chevalier grand-croix de l'Ordre royal de Victoria (25 janvier 1910), chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, marié avec Élisabeth, fille de Sosthènes II, vicomte de La Rochefoucauld (1825-1908), duc de Doudeauville et duc de Bisaccia, dont :
      1. Marie-Suzanne (Maunuy 22 juillet 1885 - Paris 13 janvier 1971), mariée le 27 janvier 1906 avec Alexander, prince de Thurn und Taxis (1881-1937)
    2. Marie-Mélanie (26 novembre 1855 - Paris 2 avril 1931 - Rome), princesse de Ligne, mariée, le 2 juin 1875 à Paris, avec Friedrich Georg (1843- 1916), Duc de Beaufort-Spontin, dont
    3. Ernest Louis Henri Lamoral (13 janvier 1857 - Paris Ier 23 juin 1937 - Bruxelles), 10e prince de Ligne, prince d'Amblise et d'Épinoy, grand d'Espagne, Chevalier de l'ordre illustrissime de la Toison d'or (1930, brevet n°1170), marié avec Diane de Cossé-Brissac, dont;
      1. Jeanne (Bruxelles (Bruxelles 2 octobre 1887 - Montabon 23 février 1974, mariée avec marquis G. de Moustier (1882-1945)
      2. Marguerite (1888-1889)
      3. Isabelle (Bruxelles 23 septembre 1889 - 11 décembre 1968), mariée avec prince Réginald de Croÿ (1878-1961)
      4. Claude (1890-1900)
      5. Henriette (Bruxelles 31 décembre 1891 - Tramécourt 19 février 1981), mariée avec Robert de Chabot-Tramecourt (1890-1944)
      6. Eugène (Beuilpont 10 août 1893 - Beloeil 26 juin 1960) marié à Philippine de Noailles (Paris 23 août 1898 - Beloeil 13 août 1991)
        1. Baudouin (Paris 27 novembre 1918 - Beloeil 3 mars 1985), 11e prince de Ligne, marié en 1946 avec comtesse Monique de Bousies (mariage dissous 1954)
        2. Isabelle (Bucarest 14 février 1921 - Marbella 12 novembre 2000), mariée au marquis de Villalobar ((Madrid 1912 - 2004)
        3. Yolande (Madrid 6 mai 1923), mariée à Charles de Habsbourg-Lorraine, archiduc d'Autriche (Baden-Wien 10 mars 1918 - Bruxelles 11 décembre 2007)
        4. Antoine de Ligne (Bruxelles 8 mars 1925 - Beloeil 21 août 2005), 12e prince de Ligne, marié avec princesse Alix du Luxembourg (Berg, 7 août 1929), dont:
          1. Michel de Ligne (Beloeil 26 mai 1951), 13e prince de Ligne, marié avec princesse Eleonora d'Orléans-Braganza (Jacarézinho 20 mai 1953)
            1. Alix de Ligne (née en 1984)
            2. Henri de Ligne (né en 1989)
          2. Wauthier (Beloeil 10 juillet 1952), marié avec comtesse Marguerite de Renesse (Louvain 6 juin 1955)
          3. Anne (Beloeil 3 avril 1954) mariée au prince Antonio d'Orléans Braganze
          4. Sophie (Beloeil 23 avril 1957) mariée au marquis Philippe de Nicolaÿ (mariage dissous 1998)
          5. Antoine (Colmarberg 28 décembre 1959) marié à la comtesse Jacqueline de Lannoy (Uccle 15 mars 1966)
          6. Yolande (Beloeil 16 juin 1964) mariée avec Peter Townsend (Windsor 29 juin 1945)
      7. Baudouin (1896-1914)
      8. Charlotte-Beatrix (Moulbaix 28 août 1898 - Frasnes 8 novembre 1982, mariée au comte Paul de Lannoy (1898-1981)
      9. Thérèse (Bruxelles 27 décembre 1905 - ), mariée au comte Bernard d'Ursel (1904-1965)
    4. Eugène (Paris 15 décembre 1858 - 17 juin 1882 - Paris) ;
    5. Maurice Bernhardt (Paris 22 décembre 1864 - 21 décembre 1928), né d'une relation adultère avec Sarah Bernhardt (1844 - 1923) ;
  2. Louis (2 mars 1827 - 13 avril 1845) ;
  1. Nathalie (31 mai 1835 - Belœil † 23 juillet 1863 - Trazegnies), mariée, le 15 septembre 1853 à Belœil, avec Rudophe (13 mars 1823 - Dülmen, Westphalie 8 février 1902 - cercle nautique de Cannes), 11e duc de Croÿ, dont postérité ;
  • Sa troisième femme est Hedwige Lubomirska (29 juin 1815 - Przeworsk 14 février 1895 - Bruxelles), fille de Henryk Lubomirski (pl), épousée le 28 octobre 1836 à Vienne (Autriche), dont il eut :
  1. Charles Joseph Eugène Henri Georges Lamoral (17 novembre 1837 - Bruxelles 11 mai 1914 - Bruxelles), chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, marié, le 1er juin 1876 à Paris, avec Charlotte (19 juillet 1852 - La Chapelle-sur-Oudon 27 juin 1933 - Bruxelles), fille de Etienne Charles de Gontaut (1818 - 1871), marquis de Biron, dont :
    1. Une fille,
    2. Henri Florent Eugène François Joseph Lamoral (29 décembre 1881 - Bruxelles 15 mai 1967 - Montreux (Vaud)), mariée avec Charlotte de La Trémoille (1892-1971), (20 novembre 1892 - Paris 27 octobre 1971 - Paris), fille de Louis Charles Marie de La Trémoille, dont :
      1. Jean Charles Lamoral de Ligne-La Trémoille (en) (16 juin 1911 - 9 juillet 2005), marié, le 11 mars 1942, avec Maria del Rosario de Lambertye-Gerbéviller, dont :
        1. Hedwige Marie (née en 1943), mariée avec Charles, prince de Mérode ;
        2. Charles-Antoine de Ligne-La Trémoille (né le 30 septembre 1946), entrepreneur, prétendant au trône du royaume de Jérusalem[4], marié (1°) le 7 octobre 1971 (divorcé en 1975) à lady Moira Beatrice Forbes, fille de Arthur Forbes, 9e comte de Granard (en), puis marié (2°), le 23 janvier 1976, à la princesse Alyette Isabelle Odile Marie de Croÿ-Rœulx, dont il a deux fils
          1. Edouard Lamoral Rodolphe (né le 27 septembre 1976 - Paris), marié en septembre 2009[5] (château d'Antoing) avec l'actrice italienne Isabella Orsini, dont :
            1. Althea Isabella Orsini de Ligne la Trémoïlle (née le 12 mai 2010) ;
          2. Charles Lamoral Joseph Malcolm (né le 25 février 1980 - Paris)
        3. Nathalie Marie (1948–1992), marié en 1973 à Alain Aimery Edmond Armand, prince de Polignac;
  2. Edouard (7 février 1839 - Bruxelles 17 octobre 1911 - La Neuville), chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, marié avec Mlle Thurlow-Cunynghame, puis, le 12 mars 1874 à Baden-Baden, avec Eulalie zu Solms-Braunfels (2 février 1851 - 16 août 1922), dont :
    1. Albert (1874 - 1957), Bailli Grand-Croix de Saint-Jean de Jérusalem, Grand officier de la Légion d'honneur, marié, dont postérité ;
  3. Isabelle (15 avril 1840 - Bruxelles 11 mars 1858 - Bruxelles) ;
  4. Marie Georgine de Ligne, Léon Bonnat, 1899.
    Marie Georgine Sophie Hedwige (19 avril 1843 - Bruxelles 3 mars 1898 - Paris), mariée le 8 juillet 1862 à Belœil, avec Sosthènes II, vicomte de La Rochefoucauld (1825 † 1908), 13e marquis de Surgères, 10e duc de Bisaccia (1851 - Deux-Siciles), 4e duc de Doudeauville (1887), ambassadeur, député de la Sarthe (1871-1898), président du Jockey Club de Paris, bailli de l'Ordre de Malte, dont postérité (Famille La Rochefoucauld-Doudeauville)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Wauters, La famille de Ligne, dans: Biographie Nationale de Belgique, Tome XII, Bruxelles, 1892-93, col. 141-143
  • Albert DE LIGNE, Le prince Eugène de Ligne, 1895-1880, 1940
  • Antoine DE LIGNE, prince Eugène de Ligne, dans: Biographie belge d'outre-mer, 1973, col. 331-332
  • Carlo BRONNE, Beloeil et la Maison de Ligne, 1979
  • Oscar COOMANS DE BRACHÈNE, État présent de la noblesse belge, Annuaire 1993, Bruxelles, 1993
  • Prince (Antoine) DE LIGNE, Pas de 'lignée' sans les femmes, dans: Revue Générale, 2000
  • G. MARTIN, Histoire et généalogie des maisons de Ligne et d'Arenberg, I. Maison de Ligne, 2005
  • Humbert DE MARNIX DE SAINTE ALDEGONDE, État présent de la noblesse belge, Annuaire 2009, Bruxelles, 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « roglo.eu », Eugène de Ligne (consulté le 18 novembre 2010)
  2. Base LEONORE
  3. « roglo.eu », Georges Philippe de Trazegnies (consulté le 20 novembre 2010)
  4. Revendications de la Maison de Brienne au trône du Royaume de Jérusalem (en)
  5. Photos du mariage sur www.isabellaorsini.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]