Louis de Ligne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis de Ligne
Titre 9e Prince de Ligne
(18801918)
Autre titre Prince d'Amblise et d'Épinoy
Prédécesseur Eugène Ier de Ligne
Successeur Ernest de Ligne
Distinctions Chevalier grand-croix de l'Ordre royal de Victoria
Chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem
Autres fonctions Ambassadeur
Biographie
Dynastie Maison de Ligne
Nom de naissance Louis Eugène Henri Marie de Ligne
Naissance 18 juillet 1854
Paris
(Drapeau français Empire français)
Décès 27 août 1918 (à 64 ans)
Belœil
(Drapeau de la Belgique Royaume de Belgique)
Père Henri de Ligne
Mère Marguerite de Talleyrand-Périgord
Conjoint Élisabeth de La Rochefoucauld
Enfants Marie (1885-1971)
Louis Eugène de Ligne
Ambassadeur du Drapeau de la Belgique Royaume de Belgique
Londres, Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
1909 - 1934
Biographie

Louis Eugène Henri Marie, 9e prince de Ligne (18 juillet 1854, Paris - 27 août 1918, Belœil), prince d'Amblise et d'Épinoy, grand d'Espagne, est un dipomate belge, ambassadeur extraordinaire d'Albert Ier, roi des Belges.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils du prince Eugène de Ligne, Louis de Ligne devient le chef de la Maison de Ligne à la mort de son grand-père en 1880. Il aura pour tâche de reconstruire le château de Belœil après l'incendie de 1900 et d'enrichir la bibliothèque.

Il était cousin germain de la reine Victoria[1]. À l'occasion de la visite à Windsor de S.M.I. le prince Hiroyasu Fushimi (1875-1946), le 25 janvier 1910, le roi Édouard VII (1901-1910) nomma deux Chevaliers grand-croix de l'ordre royal de Victoria (GCVO) : le fils du mikado du Japon et S.E. Louis de Ligne, ambassadeur extraordinaire d'Albert Ier roi des Belges (1909-1934).

Louis était aussi chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[2].

Il a été le tuteur de la malheureuse impératrice Charlotte du Mexique (sœur du roi Léopold II de Belgique), atteinte de folie, qui vivait au château de Bouchout. Durant la Première Guerre mondiale, le prince Louis refuse de livrer aux Allemands les fonds de la Croix-Rouge de Belgique qu'il présidait. Arrêté par l'occupant, il en recevra l'ordre de ne pas quitter Belœil.

Le château de Belœil, province de Hainaut.

Fils de Henri Maximilien Joseph Charles Louis Lamoral de Ligne (16 octobre 1824, Paris - 27 novembre 1871, château de Belœil (Belgique)) et de Marguerite de Talleyrand-Périgord (1832-1917), Louis épousa Élisabeth (4 août 1865, La Vallée-aux-Loups, Châtenay-Malabry - 9 novembre 1946), fille de Sosthène II, vicomte de La Rochefoucauld (1825-1908), duc de Bisaccia, dont il n'aura qu'une seule fille,

  • Marie Suzanne Marguerite Louise[3] (22 juillet 1885, Mauny-13 janvier 1971, Paris), épouse (29 janvier 1906 à Paris, divorce en 1919) d'Alexandre « della Torre e Tasso » (8 juillet 1881-11 mars 1937), prince de Thurn und Taxis, 1er duc de Castel Duino (it), dont elle a Raymond della Torre e Tasso (1907-1986), 2e duc de Castel Duino, marié le 28 novembre 1949 à Eugénie de Grèce.

Afin que le château de Belœil et son domaine reste aux mains de la Maison de Ligne, il lègue le château, le parc, la bibliothèque et les archives à son neveu Eugène II et le reste de sa fortune et de ses hectares de forêt à sa fille. Le titre de prince de Ligne passe alors à son frère Ernest.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « roglo.eu », Louis Eugène de Ligne (consulté le 18 novembre 2010)
  2. « www.heraldique-europeenne.org », Maison de Ligne (consulté le 17 novembre 2010)
  3. « gw0.geneanet.org », Marie de LIGNE (consulté le 21 novembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]