Diogo Cão

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cao (homonymie).
Plaque commémorative

Diogo Cão (ou Diégo Caô, en français Jacques ou Diego Cam) était un explorateur portugais (1450 - 1486) qui fit deux voyages le long de la côte atlantique de l'Afrique au XVe siècle. La tradition fixe sa naissance à Vila Real, où une maison est signalée comme sa maison natale. Fils de soldat, il entre dans la marine à l'âge de 14 ans. Il devient capitaine en 1480. Il est d'abord chargé d'assurer la sécurité des comptoirs portugais dans les eaux africaines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diogo Cão arrivant au Kongo.
Padrão de Santa Maria (Angola), de Diogo Cão.
Pierre de Ielala, avec les inscriptions de Diogo Cão.

Au cours de son premier voyage (1482-1483), il fut chargé par le roi du Portugal Jean II de poursuivre l'exploration des côtes d'Afrique. Il emporte avec lui pour la première fois le Padrão, une borne de pierre surmontée d'une croix afin de marquer les territoires conquis par la Couronne portugaise. C'est à l'embouchure du fleuve Congo qu'il a reconnu qu'il place le premier Padrão en 1483. Il prend contact avec le royaume Kongo qui lui parlent d'un puissant royaume à l'intérieur des terres. Il y envoie des émissaires pensant qu'il s'agit du fameux royaume du prêtre Jean. Il poursuivit la côte africaine vers le sud jusqu'au Cap Sainte-Marie en Angola à 13° de latitude sud où il plante une deuxième croix. Il est le premier européen à s'engager aussi loin dans l'hémisphère sud.

Durant son second voyage (1485-1486), il descendit davantage vers le sud, jusqu'à Cape Cross en Namibie où il plante une nouvelle borne. Il remonta le fleuve Congo qu’il considérait comme la voie d’accès vers le royaume du prêtre Jean jusqu'aux environs du site de Matadi. Là, en octobre ou novembre 1485, près des chutes de Ielala, il laisse une inscription gravée sur la pierre qui témoigne de son passage et de celui de ses hommes : “Aqui chegaram os navios do esclarecido rei D.João II de Portugal – Diogo Cão, Pero Anes, Pero da Costa” ("ici sont arrivés les navires du roi très éclairé Dom Jean II de Portugal - Diogo Cão, Pero Anes, Pero da Costa”).

Les Kongos désignaient le fleuve par le mot nzadi ou nzere, c’est de là que les Portugais tirèrent le nom Zaire, qui donna en français « Zaïre ».

Liens externes[modifier | modifier le code]