Diogo Gomes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gomes.
Cette statue de bronze surplombe le port de Praia en hommage à ce grand navigateur qui découvrit en 1460 l'île de Santiago - la plus grande de l'archipel du Cap Vert. Elle est située en haut des remparts qui enserrent le quartier du Plateau.

Diogo Gomes (également connu sous le nom de Diogo Gomes de Sintra), né vers 1420 et mort après 1502, est un navigateur portugais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diogo Gomes fait partie de l'entourage d'Henri le Navigateur et à ce titre participe aux découvertes portugaises du XVe siècle. On lui impute la découverte des Îles Selvagens en 1438. En 1445, il fait partie de l'expédition militaire de Gil Eanes et de Lançarote de Lagos sur l'île de Tider. En 1456, on le retrouve à l'estuaire du Rio Geba, dans l'actuelle Guinée-Bissau. Il remonte ensuite le fleuve Gambie jusqu'à la ville de Cantor, à la recherche de connexions entre les régions aurifères du Sénégal et du haut Niger, le comptoir de Tombouctou et les routes sahariennes qui débouchent au Maroc.

Entre deux expéditions, Diogo Gomes occupe des fonctions d'administrateur, comme celle de trésorier de la ville de Sintra, ou de magistrat.

Diogo Gomes a laissé un des premiers témoignages des expéditions d'Henri le Navigateur, sous la forme d'un texte intitulé De prima inuetione Guinee.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Avelino Teixeira da Mota. Diogo Gomes, Primeiro Grande Explorador do Gâmbia (1456). in: Actas da 2ª Conferência Internacional dos Africanistas Ocidentais, Lisbonne, 1950, pp. 309-317.
  • Diogo Gomes de Sintra. Descobrimento Primeiro da Guiné (estudo preliminar, edição crítica, tradução, notas e comentário de Aires A. Nascimento. Introdução histórica de Henrique Pinto Rema). Lisbonne: Edições Colibri, 2002. 174p.

Liens externes[modifier | modifier le code]