Expedition Everest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Everest (homonymie).

Expedition Everest

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de l'attraction

alt=Description de cette image, également commentée ci-après


Vue globale de l'attraction.

Localisation Disney's Animal Kingdom, Drapeau des États-Unis États-Unis
Coordonnées géographiques 28° 21′ 30″ N 81° 35′ 11″ O / 28.358304, -81.58630728° 21′ 30″ Nord 81° 35′ 11″ Ouest / 28.358304, -81.586307
Ouverture 7 avril 2006
Constructeur Walt Disney Imagineering
Vekoma
Données techniques
Structure Métal
Type Montagnes russes assises
Hauteur maximale 41 m
Longueur 1348,4 m
Vitesse maximale 80 km/h
Durée du tour 2 min. 50
Nombre d’inversion(s) 0
Taille minimale
requise pour l’accès
1,13 m
Coût 100 millions USD

Fiche de Expedition Everest sur rcdb.com

Images de Expedition Everest sur rcdb.com

Expedition Everest est une attraction unique de type montagnes russes située dans la section Asie de Disney's Animal Kingdom, quatrième parc à thèmes de Walt Disney World Resort.

Concept et Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom complet de l'attraction est « Expedition Everest - Legend of the Forbidden Mountain »[1].

Le 26 janvier 2006, Disney annonce l'ouverture d'Expedition Everest en avril 2006 au Disney's Animal Kingdom[2]

Des grandes montagnes russes Disney[modifier | modifier le code]

Depuis Matterhorn Bobsleds, ouverte en 1959, les parcs Disney se sont créés une tradition de montagnes russes hors du commun, soigneusement thématisées et ne ressemblant pas aux assemblages de bois ou de métal des autres parcs de loisirs. Dans le but de poursuivre cette tradition et d'ajouter une attraction à sensation forte au parc Disney's Animal Kingdom, les imagineers ont conçu Expedition Everest. L'attraction est devenue le plus grand parcours de montagnes russes qu'ils aient jamais construit.

Expedition Everest est hébergée dans une montagne artificielle, la plus haute du complexe de Walt Disney World Resort, rejoignant Big Thunder Mountain, Splash Mountain situés à Magic Kingdom et Mount Gushmore situé à Blizzard Beach, sur la liste des montagnes construites par Disney en Floride. Si la "montagne" d'Expedition Everest était réelle, ce serait le quatrième point culminant de l'État de Floride à 106 mètres au-dessus du niveau de la mer. La silhouette de la montagne reprend celle du Mont Everest.

Le thème de l'attraction est basé sur une expédition dans les hautes montagnes de l'Himalaya dont l'une de ses particularités, la rencontre avec le Yéti est un hommage aux premières montagnes russes des parcs Disney, Matterhorn Bobsleds.

La technologie[modifier | modifier le code]

Expedition Everest est la première attraction à utiliser le nouveau système de rail de Vekoma: les rails sont situés non pas à l'intérieur des traverses mais à l'extérieur, donnant l'apparence d'un chemin de fer classique plutôt que celle de montagnes russes. Ce dispositif a déjà été utilisé mais seulement pour des petites montagnes russes destinées aux enfants.

Afin d'améliorer l'attraction, les rails du parcours sont indépendants de la structure en béton de la montagne. Les effets de vibrations sont absorbés par la voie, ce qui permet également au béton de ne subir aucune contrainte. Une particularité originale consiste en une section parcourue en marche arrière.

La structure de l'attraction est constituée de trois éléments imbriqués mais qui ne se touchent pas et ont des fondations distinctes[3] :

  • le décor et l'ossature du bâtiment
  • la voie des montagnes russes
  • le support de l'audio-animatronic du yéti

L'attraction[modifier | modifier le code]

La longue file d'attente parfaitement thématisée, permet de parcourir les salles d'expositions et le camp de départ d'une expédition dans l'Himalaya avec des dizaines d'objets authentiques ou recréés d'une manière réaliste (par exemple: empreinte d'un pied de yéti).

Elle débouche dans la gare d'un petit village des hauts plateaux népalais (parfaitement reconstituée dans ses moindres détails), où les visiteurs embarquent dans les wagons d'un train suranné. L'ascension des montagnes commence.
Un pic rocheux surmonté d'un monastère est la première étape. Suivie par la vertigineuse montée d'un pont qui s'élance dans le vide depuis le monastère vers une imposante montagne. Ensuite la voie pénètre dans les tunnels du massif.
Après une première accélération, le train s'arrête dans une voie détruite. Il repart brutalement en arrière et légèrement en vrille, plaquant les passagers contre les dosserets des wagons tout en croisant dans cette course le légendaire yéti.
Une autre voie sans issue permet de repartir en avant et de sortir de la montagne par une impressionnante chute où la vitesse du train atteint son maximum. Après quelques virages rapides, le train rentre à la gare.

Cette attraction bénéficie du système FastPass

Cette attraction interagit avec les Pal Mickey

L'attraction a ouvert le 7 avril 2006 et cette inauguration a clôturé les commémorations du 50e anniversaire du premier Disneyland situé en Californie.

Comme pour Tower of terror située aux Disney's Hollywood Studios, la hauteur de cette attraction est limitée à 199 pieds (foot ou feet, unité de mesure anglo-saxonne), soit environ 61 mètres car à partir de 200 pieds, la présence d'un avertisseur lumineux est obligatoire pour le trafic aérien.

Le concept d'aiguillage et de marche arrière a été repris sur la nouveauté de Hong Kong Disneyland Big Grizzly Mountain Runaway Mine Cars.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Imagineers, Disney's Animal Kingdom At Walt Disney World , p. 98
  2. & STATE/MIKET26_1_expedition-everest-disney-animal-kingdom Everest could take Disney to new heights Mike Thomas, Sentinel Columnist, January 26, 2006
  3. (en) The Imagineers, Disney's Animal Kingdom At Walt Disney World , p. 99
  4. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2006 - Key Dates »,‎ 5 mars 2007 (consulté le 28 janvier 2010), p. 51

Lien externe[modifier | modifier le code]