Christiane Rochefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christiane Rochefort

Description de cette image, également commentée ci-après

1979.

Autres noms Dominique Féjos
Activités Écrivain, journaliste
Naissance 17 juillet 1917
Paris XIVe
Décès 24 avril 1998 (à 80 ans)
Le Pradet
Langue d'écriture Français
Genres Roman, essai, traduction

Œuvres principales

Compléments

  • Militante féministe, fondatrice du mouvement Choisir la cause des femmes

Christiane Rochefort est une femme de lettres française, née le 17 juillet 1917 à Paris XIVe et morte le 24 avril 1998 au Pradet (Var).

Elle publia certains livres sous le pseudonyme de Dominique Féjos, avant le véritable début de sa carrière littéraire avec Le Repos du Guerrier, à 41 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombe de Christiane Rochefort au cimetière du Père-Lachaise

Après des études inachevées de psychiatrie, puis d'ethnologie et de psychologie à la Sorbonne, Christiane Rochefort effectua des emplois de bureau au ministère de l'Information et, pendant plusieurs années, du journalisme pour le Festival de Cannes d'où elle sera renvoyée. Elle a également travaillé avec Henri Langlois à la Cinémathèque de Paris.

Artiste passionnée et aux talents variés, elle consacra une grande part de son temps à la musique, au dessin, à la peinture, à la sculpture ainsi qu'à l'écriture. Militante, elle participe activement au premier MLF et, en 1971, contribuera avec Simone de Beauvoir, Jean Rostand et quelques autres, à créer le mouvement féministe Choisir la cause des femmes.

Elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (22e division)[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son écriture à la fois précise, souvent fulgurante, volontiers excessive, souvent poétique, et dont les tonalités changent d'un roman à l'autre, fait de Christiane Rochefort une figure atypique de la littérature du dernier quart du vingtième siècle. Deux fois lauréate de prix littéraires prestigieux (Prix de la Nouvelle Vague en 1958, Prix Médicis en 1988), elle élabore une œuvre composite où les études psychologiques (Les Petits Enfants du siècle, 1961) côtoient les études de mœurs (Encore heureux qu'on va vers l'été, 1975) et des ouvrages parfois sidérant d'étrangeté créatrice et de génie pour le surnaturel et l'excessif baroques, tel Archaos ou le Jardin étincelant (1973), qui décrit, sous des allures de conte traditionnel sinon d'historiographie officielle imaginaire, et dans une langue aussi brillante que fleurie, la naissance et les aventures de celui qui deviendra, par succession héréditaire, le Roi du pays d'Archaos.

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Traductions et adaptations[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie (partielle) & théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2-9146-1148-0), p. 684

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]