Charte du Hamas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Charte du Hamas, publiée le 18 août 1988, définissait l’idéologie de l'organisation islamiste palestinienne Hamas. Elle comprend 36 articles répartis en cinq chapitres[1]. L'interprétation à donner à son caractère antisémite marqué et à ses objectifs est sujet à controverses.

Contexte[modifier | modifier le code]

La charte du Hamas a été publiée en août 1988, soit 8 mois après la fondation du mouvement au tout début de la Première Intifada dans les Territoires palestiniens occupés. L'objectif premier était de s'approprier le leadership du mouvement national palestinien détenu par l'OLP, tout en déclarant nulle et non avenue sa charte jugée trop éloignée des principes de l'Islam[2].

Contenu[modifier | modifier le code]

La charte identifie le Hamas comme étant une branche des Frères musulmans en Palestine et déclare que ses membres sont des musulmans qui « craignent Allah et élèvent la bannière du djihad face aux oppresseurs »[3]. Elle traduit les positionnements politique et idéologique du Hamas ; à savoir la création d'un État islamique sur les territoires de l'ancienne Palestine mandataire, la mise en place d'activités sociales visant à prêcher la foi, la lutte contre les « impérialismes sioniste et occidental », l'annihilation d'Israël et le refus de toute négociation, et un antisémitisme affiché[4].

Selon Pierre-Alain Clément, chercheur en sciences politiques, les articles de la Charte du Hamas recoupent les thématiques suivantes[4]:

  • L’islam comme fondement sociétal : « l’islam est sa règle de vie; il en tire ses idées, ses concepts de même que ses points de vue sur l'univers, sur la vie et sur l'homme » (Article 1) ; référence aux « pieux ancêtres » (Article 5), aux « traditions de leurs ancêtres » (Article 35), référence constante des salafistes[4].
  • La création d’un État théocratique : « Quant à ses objectifs : combattre le Mensonge, le défaire et le détruire pour que règne la Vérité, que les patries soient restituées, que l’appel à la prière annonçant l’établissement de l’État de l’islam soit lancé du haut de leurs mosquées » (Article 9)[4].
  • Le jihad contre Israël jusqu’à sa destruction : « [Le Hamas] est l’un des épisodes du jihad mené contre l’invasion sioniste » (Article 7) ; « Il n’y a rien de plus fort et de plus profond dans le patriotisme que le jihad qui, lorsque l’ennemi foule du pied la terre des Musulmans, incombe à tout Musulman et à toute Musulmane en tant qu'obligation religieuse individuelle ; la femme alors n'a pas besoin de la permission de son mari pour aller le combattre ni l'esclave celle de son maître » (Article 12) ; « Seul le fer peut émousser le fer; seule la profession de foi de l’islam véridique peut l'emporter sur leur profession de foi falsifiée et futile » (Article 34) ; la situation actuelle en Palestine est mise en perspective avec les invasions passées (croisades, Tatars...) : « De même que les Musulmans ont su faire face à ces invasions, planifier leurs réactions et les défaire, de même sont-ils en mesure de faire face à l’invasion sioniste et de la défaire » (Article 35)[4].
  • Le nationalisme islamique : « [Le Hamas] œuvre à planter l’étendard de Dieu sur toute parcelle de la Palestine » (Article 6) ; « Le patriotisme [al-wataniyya], du point de vue du Mouvement de la Résistance Islamique, est un article de la profession de foi [‘aqida] religieuse (…) Si les divers patriotismes sont liés à des causes matérielles, humaines ou régionales, le patriotisme du [Hamas] relève également de tous ces facteurs ; mais, au-dessus de tout cela, sa cause première est la soumission à la Seigneurie divine » (Article 12)[4].
  • Le refus des négociations : « La terre de Palestine est une terre islamique waqf pour toutes les générations de Musulmans jusqu’au jour de la résurrection. Il est illicite d’y renoncer en tout ou en partie, de s’en séparer en tout ou en partie » (Article 11) ; « Renoncer à quelque partie de la Palestine que ce soit, c’est renoncer à une partie de la religion » (Article 13) ; « Le peuple palestinien a trop d’honneur pour dilapider son avenir, son droit et son destin en activités futiles [les initiatives de paix] » (Article 13)[4].
  • Le fondamentalisme réactionnaire : « [Le Hamas] s’est créé à un moment où l'islam avait disparu de la réalité de la vie : tous les critères de jugement avaient alors été déréglés, (…) les valeurs avaient été changées » (Article 9)[4].
  • La charité et la solidarité : « [Le Hamas], ouvrant le chemin du soutien à tous les déshérités et celui de la défense de toutes les victimes de l'injustice de toute la mesure de sa force, … » (Article 10) ; « La société musulmane est une société solidaire (…) La plongée adoucissante dans l'esprit islamique constitue une priorité pour la société qui affronte un ennemi à la cruauté nazie dans ses pratiques, un ennemi qui ne fait aucune distinction entre l’homme et la femme, le vieillard et le jeune » (Article 20)[4].
  • L’éducation : « Il faut que l'éducation (…) soit une éducation islamique fondée sur l’accomplissement des obligations religieuses, l’étude conscientisée du Livre de Dieu, (…) une étude conscientisée de l’ennemi, de ses ressources matérielles et humaines » (Article 16)[4].
  • La complémentarité hommes/femmes : « Dans la bataille de libération, la femme musulmane a un rôle qui n'est pas inférieur à celui de l’homme : être l’usine à hommes » (Article 17) ; « Au foyer d’un combattant du jihad comme dans la famille d’une combattante du jihad, (…) la femme tient le premier rôle dans le maintien de la maison » (Article 18)[4].
  • L’antisémitisme et l’amalgame juif et sioniste : citation d’un célèbre hadith appelant au meurtre des Juifs : « L’Heure ne viendra pas avant que (…) les pierres et les arbres eussent dit : « Musulman, serviteur de Dieu ! Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le. » (Article 7) ; « … tu trouves [les ennemis] sans cesse sur la brèche dans le domaine des médias et des films (…) [Ils agissent] par l’intermédiaire de leurs créatures membres de ces organisations sionistes aux noms et formes multiples, comme la franc-maçonnerie, les clubs Rotary, les sections d’espionnage, etc., qui toutes sont des nids de subversion et de sabotage » (Article 17) ; « Grâce à l'argent, ils règnent sur les médias mondiaux, les agences d'informations, la presse, les maisons d'édition, les radios, etc. » (Article 22)[4].
  • Le respect des autres mouvements « nationalistes sur la scène palestinienne » et unité : « [Le Hamas] les encourage tant qu’ils ne font allégeance ni à l’Orient communiste ni à l’Occident croisé (…) [et] se tient à leurs côtés comme soutien et appui. Il n'en sera jamais autrement, en parole comme en acte, au présent comme dans le futur » (Article 25) ; « Notre patrie est une, notre malheur est un, notre destin est un et notre ennemi est commun » (Article 27)[4].
  • La tolérance religieuse sous la houlette islamique : « À l'ombre de l’islam, les disciples des trois religions, islamique, chrétienne et juive, peuvent coexister dans la sécurité et la confiance » (Article 31)[4].

Analyses[modifier | modifier le code]

Cette section est en cours de réécriture ou de restructuration importante. Les informations peuvent être modifiées à tout moment par le ou les utilisateurs ayant apposé ce bandeau. (La date de pose de ce bandeau est inconnue. Vous pouvez la préciser (consulter l’aide de ce modèle).)

Jim Zanotti, analyste des affaires moyen-orientales pour le Congrès des États-Unis, écrit que « plusieurs analystes » considèrent que « la charte met en avant un ordre du jour sans aucun compromis, particulièrement militant et antisémite »[5]. Quant à Alain Gresh, il écrit : « Enfin, le texte de la Charte a des connotations antisémites, avec une référence au Protocole des sages de Sion (un faux créé par la police tsariste au début du XXe siècle), ainsi qu’une dénonciation des « complots » des loges maçonniques, des clubs Rotary et Lyons… Ces notations antisémites sont condamnables et condamnées largement ». Gresh considère que « ces délires, notamment sur Le Protocole des sages de Sion, se retrouvent fréquemment dans certains livres et articles publiés dans le monde arabe. »[6].

Antisémitisme[modifier | modifier le code]

La charte se focalise sur les « Juifs ». Elle affirme par exemple que « la lutte [contre eux] est très importante et très sérieuse » et appelle à la création « d'un État islamique en Palestine à la place d'Israël et des Territoires palestiniens occupés » et à l’anéantissement et la disparition de l’État d'Israël[3]. Elle abonde également en références antisémites. Gilles Paris dans Le Monde souligne par exemple l'article 22 qui indique que « les ennemis ont amassé d'énormes fortunes qu'ils consacrent à la réalisation de leurs objectifs. À travers l'argent, ils ont pris le contrôle des médias du monde entier (...), ils ont financé des révolutions dans le monde entier (...), pour détruire les sociétés et promouvoir les intérêts du sionisme » ou l'article 32 qui assure que « le plan sioniste n'a aucune limite ; après la Palestine, ils veulent s'étendre du Nil jusqu'à l'Euphrate. Dès qu'ils ont occupé un espace, ils regardent vers un autre, conformément au plan qui apparaît dans les Protocoles des Sages de Sion »[7].

Les politologues François Thual et Frédéric Encel notent que la Charte exprime un « antisémitisme outrancier » où l'on « convoque plusieurs versets du Coran dans une interprétation assassine. » Ils rapportent que « l’objectif avoué du Hamas [est] la liquidation d’Israël, l’expulsion ou le meurtre de Juifs (« des singes ou des porcs ») et l’instauration sur toute la Palestine d'un État théocratique avec la sharia pour seule loi »[8]. Des universitaires israéliens comme Meir Litvak ou Benny Morris[9],[10] mettent également l'accent sur le caractère « ouvertement antisémite » de la charte du Hamas.

L'universitaire américain Jeffrey Herf (en) met en avant la propagande antisémite dans le monde arabe[11] comme vecteur de l'influence de « l'idéologie nazie » sur la charte[12]. Pour l'universitaire Bassam Tibi (en), la charte du Hamas traduit l'évolution de la judéophobie (une « haine ») vers l'antisémitisme (une « idéologie génocidaire » initialement absente dans l'Islam) au sein de la pensée islamiste. Selon lui, cette évolution est due principalement au penseur Saïd Qotb, membre des Frères musulmans et « maître à penser de l'Islamisme »[13]. Basam Tibi souligne par exemple que pour Saïd Qutb, l'Islam mène une « guerre cosmique contre les Juifs » et les Américains (respectivement, le « mal » et les « Croisés ») dans le cadre d'un « jeu à somme nulle » ; ce qui expliquerait l'appel à l'éradication d'Israël, l'« État juif », mis en avant dans l'article 22 de la charte[13]. Jeffrey Herf (en) estime également que la charte reflète bien les intentions et les motivations profondes du Hamas et qu'on devrait lui accorder plus d'importance quand on analyse les actions du mouvement islamiste, comme lors des différentes confrontations à Gaza entre 2006 et 2014[12]. Bassam Tibi (en) partage les craintes de Herf. Il voit en effet dans l'éradication d'Israël prôné par la charte du Hamas le risque d'un « nouvel Holocauste » face auquel il met au défi « [c]es européens qui soutiennent le Hamas (...) de répondre »[13].

Mise en perspective[modifier | modifier le code]

Pour Khaled Hroub (en)[14] et Gilbert Achcar[15], si la Charte du Hamas fait effectivement référence à des textes antisémites comme le Protocole des Sages de Sion, elle ne serait plus représentative de ce qu'est le Hamas aujourd'hui et de leur point de vue, « le discours du Hamas est devenu beaucoup plus subtil que celui de la Charte »[14]. Selon Khaled Hroub, le Hamas s'est également éloigné de sa charte depuis qu'il a décidé d'établir un bureau politique[16] comme quand en 2010, le leader du Hamas Khaled Mechaal déclarait que la Charte est « un document historique qui n'est plus pertinent mais qu'il ne peut pas être changé pour des raisons internes »[17].

Selon Jean-François Legrain du CNRS, Khaled Mechaal, le dirigeant du Hamas, relativise l'importance de la Charte du Hamas : « Ce dernier a exhorté ses interlocuteurs à ignorer cette charte, sans pour autant l’abjurer. ». Jean-François Legrain résume les raisons de cette attitude : « Elle n’est en aucun cas une référence politique ou théologique officielle. Il y a un gros contresens sur cette question. La charte du Hamas est assimilée à celle de l’OLP qui, elle, était officielle. Chaque terme en avait été débattu et voté. La charte du Hamas a été rédigée en août 1988 par un anonyme sans grande culture politique ou théologique. Elle n’a jamais été adoptée ou amendée par une quelconque assemblée du Hamas et n’a jamais servi de référence. »[18]

Par ailleurs Khaled Hroub (en) rapporte que la charte a été rédigée par une unique personne, de surcroît membre de la « vieille garde » des Frères musulmans et coupé des réalités du monde sans la consultation et l'approbation des dirigeants[19].

Pour Pierre-Alain Clément de l'UQÀM, les Accords d'Oslo ainsi que des pressions internes et internationales ont poussé le Hamas à mettre de côté le dogmatisme originel de sa charte et à manier son idéologie avec plus de flexibilité[4]. Dans ce contexte, les objectifs d'annihilation d'Israël et de fondation d'un État islamique ne seraient plus pertinents[4]. De même, le maintien d'un certain niveau de vie pour les Palestiniens et les missions sociales dans lesquelles le Hamas s'est investi (prônées par les articles 10, 16, 20 et 21 de la Charte) ne sont pas compatibles avec la lutte armée avec Israël (articles 7, 12 et 34)[4]. En revanche, à la date de février 2009 le Hamas semble toujours rester sur une stratégie de refus des négociations et d'un processus de paix (articles 11 et 13) comme l'attestent les attentats-suicides commis sur le sol israélien[4].

Chahid[modifier | modifier le code]

L'universitaire Meir Hatina de l'Université hébraïque de Jérusalem a étudié la charte dans le contexte de l'ethos du sacrifice et du martyr dans l'Islam : le Chahid. Il note qu'au contraire de mouvements comme le Jihad islamique, la charte met en avant, dans la lutte contre Israël, le prêche et l'éducation plutôt que le martyr au nom de Dieu. Il souligne également que la charte n'a eu aucun impact sur les principes mis en avant dans la Révolution islamique en Iran, et qui inspirèrent la vénération du martyr propre au Jihad islamique. Le Hamas de son côté utiliserait l'image du martyr pour stimuler l'enthousiasme et le recrutement mais pas comme modèle à suivre[20].

Propagande[modifier | modifier le code]

Selon Matthew Levitt (en), expert du terrorisme islamiste, le Hamas se livrerait à une guerre de propagande qu'il dénomme « Jihad médiatique » en relation avec les préceptes de la charte et que « le livre, l'article, le bulletin, le sermon, la thèse, le poème populaire, l'ode poétique, la chanson, la pièce de théâtre etc » sont les meilleurs vecteurs à la mobilisation[21]. Il note cependant que cette propagande du Hamas servirait à faire la promotion du Jihad mais également du martyr auprès des Palestiniens et ce à tous les niveaux du système éducatif[22].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction française de la Charte par Jean-François Legrain, chercheur au CNRS
  2. Shaul Mishal et Avraham Sela, The Palestinian Hamas: Vision, Violence, and Coexistence, Columbia University Press, 2006, p. 43.
  3. a et b (en)The Palestinian Hamas: Vision, Violence & Coexistence By Shaul Mishal, Avraham Sela, page 45
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Pierre-Alain Clément, Note de recherche sur le Hamas - Positionnement politique et idéologie, Université du Québec à Montréal, février 2009, p. 12-14.
  5. Jim Zanotti, « Hamas : Back and Issues for Congress », sur Federation of American Scientists,‎ 2 décembre 2010
  6. Alain Gresh, « Qu’est-ce que le Hamas ? », sur Blog du Monde Diplomatique,‎ 27 janvier 2009
  7. Gilles Paris, « Depuis la Charte de 1987, le Hamas a modulé ses positions au gré des circonstances », sur Le Monde,‎ 28 décembre 2001
  8. François Thual et Frédéric Encel, Géopolitique d'Israël, Paris, éd. Points, coll. « Points. Essais »,‎ 17 mars 2011, EPUB, 508 p. (lire en ligne)
    Le code ISBN est celui de la réédition électronique au format EPUB.
  9. (en)The Anti-Semitism of Hamas by Meir Litvak in Islamophobia and anti-Semitism pg 87
  10. Benny Morris, Victimes - Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexes,‎ 2003 (ISBN 2-87027-938-8), p. 627
  11. Jeffrey Herf (en), Nazi Propaganda for the Arab World, Yale University Press, 2009.
  12. a et b Jeffrey Herf (en), Why the fight ? Hamas too little known fascist charter., the American Interest, 1er août 2014.
  13. a, b et c Bassam Tibi (en), From Sayyid Qutb to Hamas, the Middle-East Conflit and the Islamization of Antisemtism, the Yale Initiative for the Interdisciplinary Study of Antismitism, 2010, p.3 ; pp.17-19.
  14. a et b Olivier Danino, le Hamas et l'édification de l'État palestinien, Karthala, 2009, p. 94.
  15. Gilbert Achcar, The Arabs and the Holocaust: The Arab-Israeli War of Narratives, Picador, 2009, p. 253.
  16. A "New Hamas" through Its New Documents, Journal of Palestine Studies
  17. Mazin Qumsiyeh on the History and Practice Of Nonviolent Palestinian Resistance, Washington Report on Middle East Affairs, mai-juin 2010, p. 40-42
  18. Modèle:Url=http://www.iremam.cnrs.fr/legrain/200910 courrier atlas.pdf
  19. Khaled Hroub, Hamas, The Other Press, 2009, p. 33
  20. Meir Hatina, Martyrdom in Modern Islam: Piety, Power, and Politics, Cambridge University Press, 2014, p. 118.
  21. Matthew Levitt (en), Martyrdom in Modern Islam: Piety, Power, and Politics, Yale University Press, 2007, p. 139-140.
  22. Matthew Levitt (en), Martyrdom in Modern Islam: Piety, Power, and Politics, Yale University Press, 2007, p. 124-134.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]